The Vanuatu Photo Project : Rencontrez les photographes et écoutez leurs histoires - CARE

The Vanuatu Photo Project : Rencontrez les photographes et écoutez leurs histoires

Photographe en herbe et participante au Vanuatu Photo Project, Ann-Ruth fait réaliser son portrait par la mentor Valerie Fernandez.

Photographe en herbe et participante au Vanuatu Photo Project, Ann-Ruth fait réaliser son portrait par la mentor Valerie Fernandez.

Suivez le parcours de quatre jeunes femmes photographes ni-Vanuatu en herbe, de huit participantes au programme de leadership des jeunes femmes de CARE Vanuatu et d'un mentor professionnel en photographie.

CARE Vanuatu a demandé à quatre femmes photographes ni-Vanuatu émergentes de capturer les histoires et les portraits des diplômées du Programme de leadership des jeunes femmes (YWLP) de CARE Vanuatu. La photographe professionnelle basée à Vanuatu, Valerie Fernandez, a encadré les photographes émergents Elisa, Ann-Ruth, Talula et Winona tout au long de la mission.

« Elisa, Ann-Ruth, Talula et Winona, elles-mêmes diplômées du YWLP, ont des personnalités, des parcours et des histoires uniques très différents. Pourtant, ils partagent une passion pour la photographie, la narration et, plus important encore, l'élévation de la voix des filles et des femmes qui les entourent », a déclaré Valerie.

Talula est étudiante à l'Université du Pacifique Sud et gère l'entreprise locale Eliane Passion Sewing and Designs. Elle est diplômée du YWLP 2020-21. Photo de Valérie Fernandez.
Photographe passionnée et écrivain en herbe, Elisa est diplômée du YWLP 2019-20. Auparavant, chargée de projet chez Sista, une organisation féministe caritative basée à Vanuatu qui existe pour autonomiser les femmes et les filles, les sensibiliser et les défendre. Elle est actuellement étudiante à temps plein et termine ses études en psychologie et en travail social à l'Université du Pacifique Sud. Photo de Valérie Fernandez.
Winona est une fière diplômée du YWLP 2019-20. Elle a précédemment travaillé chez CARE au Vanuatu en tant que responsable de l'administration des ressources humaines jusqu'en juin 2021. Photo de Valerie Fernandez.
Ann-Ruth, 23 ans, a travaillé avec Further Arts, une association caritative basée au Vanuatu qui fait avancer la musique, les médias, la danse et la culture du Vanuatu. Elle dirige actuellement sa propre petite entreprise de peinture et de couture. Photo de Valérie Fernandez.

Les femmes qui ont été interviewées et photographiées ont partagé des histoires d'éducations difficiles, de perte, de détresse financière, de familles compliquées, de maternité précoce, de discrimination sexuelle, d'intolérance et d'intimidation contre les plus vulnérables. Mais ils ont également partagé des histoires de résilience contre vents et marées, de détermination, de soutien et d'encouragement de la famille, de foi, d'introspection et d'autonomisation.

Avec chaque femme, chaque histoire, chaque portrait, Valérie a vu Elisa, Ann-Ruth, Talula et Winona hocher la tête avec empathie et compréhension. Elle les a vus jeter des ponts entre ces femmes et le monde, capturant l'essence de leur joie, fierté, foi, espoirs et rêves ainsi que leur colère, leurs blessures, leurs luttes et leur vulnérabilité.

« Il était clair qu'il s'agissait de plus qu'une simple mission ordinaire », dit Valérie. "C'était quelque chose qui a déclenché la compassion et la sympathie, l'admiration et l'inspiration, ainsi que l'indignation et la détermination de continuer à faire tout ce qu'ils pouvaient pour soutenir l'égalité des sexes dans leur foyer, leur vie de tous les jours et la vie des filles et des femmes du Vanuatu.

REGINA : SEMER LES GRAINES DU SUCCÈS

Regina était une fille passionnée, apprenant et essayant toujours de nouvelles choses, comme la peinture et la couture. Elle a fréquenté l'école jusqu'à ce qu'elle tombe enceinte en 12e année. Ce fut le début d'une période très difficile de sa vie. À ce moment-là, elle a pensé : « C'est la fin de mon voyage. »

Mais elle n'était pas prête à renoncer à elle-même et à sa vie de femme et de mère, alors en 2019, elle a postulé pour le programme de leadership des jeunes femmes de CARE. Regina, maintenant âgée de 21 ans, a estimé que le programme serait une excellente occasion d'apprendre et de développer de nouvelles compétences. Pendant son inscription au programme, elle a enseigné dans une école primaire dans le cadre d'un stage d'un mois. Il y a eu des défis au cours du programme, tels que le transport, les coûts connexes et l'éducation de son enfant, mais Regina a réussi et a obtenu son diplôme en 2020.

Après avoir terminé le YWLP, elle a lancé une entreprise de couture. Avec l'aide de ses parents, elle a acheté une nouvelle machine à coudre solaire. « Le père de mon enfant n'était pas là. Même si mes parents m'ont donné du fil à retordre lorsqu'ils ont découvert que j'étais enceinte, ils nous ont soutenus et m'ont encouragé à m'inscrire à autant de programmes que possible pour acquérir de nouvelles compétences, afin que je puisse gagner un revenu pour prendre soin de mon enfant et de ma famille. , dit Régina.

Grâce au succès de son entreprise, Regina peut maintenant subvenir aux besoins de son enfant et de sa famille.

Pour toutes les jeunes femmes dont la situation est similaire à celle de Regina, elle encourage : « N'abandonnez pas et ne perdez jamais espoir. Votre passion et votre intérêt à faire ce que vous aimez vous conduiront à être une femme formidable et à réussir dans la vie.

Photo et histoire par Winona. Lire l'histoire complète de Regina.

J'ai appris que chacun a son propre parcours et ses propres histoires à raconter. Et tous sont parvenus à ce qu'ils sont maintenant grâce à des circonstances difficiles qui les ont rendus plus forts.

-

GLORINDA : LA DÉTERMINATION BRILLE À TRAVERS

Glorinda, 21 ans, a vécu avec ses parents biologiques jusqu'à la huitième année. Lorsque les problèmes financiers de ses parents l'ont empêchée d'assister aux cours, elle a été adoptée par sa tante. Cela a marqué le début d'un nouveau chapitre pour Glorinda, et un retour à l'école. En 2020, déterminée à poursuivre ses études, elle s'est rendue dans la capitale du Vanuatu, Port Vila, et s'est inscrite à l'Université du Pacifique Sud.

Quand ni elle ni ses parents adoptifs ne pouvaient payer le coût de ses cours, Glorinda a envisagé d'abandonner. Heureusement, sa sœur est intervenue pour la soutenir.

Glorinda a rejoint le programme de leadership des jeunes femmes de CARE. Elle voulait socialiser davantage, aller au-delà de sa zone de confort, devenir autonome et renforcer la confiance en soi comme fondement de son avenir. En tant que jeune femme très timide et calme, participer aux ateliers YWLP n'a pas toujours été facile, mais lui a appris de nombreuses leçons. « Je suis maintenant capable de dire ce que je pense et je suis également confiante de parler en public », dit-elle.

Glorinda a partagé des paroles de sagesse pour d'autres jeunes femmes qui ont vécu des défis similaires à elle : « Assistez à autant d'ateliers et de programmes que possible. Cela suscitera la confiance en vous pour le bien de votre avenir.

Photo et histoire par Winona. Lire l'histoire complète de Glorinda.

LOUISA : « INCLUEZ MOI, INCLUEZ NOUS TOUS »

La mère de Louisa a été la gardienne de la Vanuatu Society for People with Disability pendant 10 ans. Ainsi, en grandissant, Louisa et ses frères et sœurs ont interagi avec de nombreuses personnes qui utilisaient les services de la société. Cela a suscité chez elle le désir de travailler avec les jeunes et les enfants handicapés.

Alors qu'elle commençait à reconnaître cet intérêt à travailler avec les jeunes handicapés, elle a entendu parler du programme de leadership des jeunes femmes de CARE. Louisa, 30 ans, était particulièrement intéressée à apprendre à mieux soutenir les femmes et les filles handicapées confrontées à la violence et à la discrimination en raison de leur handicap. « Avant, j'étais un leader mais je ne savais pas exactement ce que je faisais », dit-elle.

Quels que soient les obstacles, parvenir à l'égalité des sexes au sein de la communauté des personnes handicapées est essentiel pour lutter contre la violence à l'égard de toutes les femmes et filles. Louisa soutient ce mantra Bislama, « Inkludim mi, mo inkludim yumi evriwan » qui se traduit par « Incluez-moi et incluez-nous tous ». Un rappel que nous comptons tous et qui devrait toujours montrer la voie.

Photo et histoire de Talula. Lire l'histoire complète de Louisa.

Chaque individu sur la planète a une histoire à raconter.

-

MARIE : « NOUS POUVONS ACCOMPLIR PLUS SI NOUS LUTTONS POUR LE CHANGEMENT ENSEMBLE »

Marie, 32 ans, a vécu des expériences très troublantes dès son plus jeune âge. Elle est devenue mère à l'âge de 16 ans à peine et a subi des violences conjugales. À travers tout cela, ses parents étaient toujours prêts à l'accueillir chaque fois qu'elle rentrait à la maison. Même après avoir abandonné l'école, elle a continué à suivre des cours de courte durée à chaque occasion, y compris par le biais du Centre des femmes de Vanuatu et de l'église.

Son amie l'a encouragée à postuler au programme de leadership des jeunes femmes de CARE. Elle était terrifiée à l'idée de ne pas être acceptée dans le programme. Marie a réfléchi au moment où elle a appris son acceptation : « Ne te sous-estime jamais. »

Les ateliers CARE auxquels elle a participé lui ont donné de l'espoir pour l'avenir. Maintenant, elle peut se mettre au défi de se lever et de s'exprimer. L'incompréhension, selon Marie, ne se produirait pas si les femmes et les hommes étaient traités sur un pied d'égalité. L'égalité des sexes apporte l'harmonie au pays et à la communauté. Elle a partagé: "J'ai eu la chance d'avoir intégré le programme afin de pouvoir également responsabiliser mes enfants."

Son engagement à éliminer les inégalités entre les sexes et à veiller à ce que chacun soit valorisé sous-tend tout ce qu'elle fait : « N'oubliez jamais que nous pouvons accomplir davantage si nous nous battons pour le changement ensemble, pas les uns contre les autres. »

Photo et histoire de Talula. Lire l'histoire complète de Marie.

FLORENCE : « JE SUIS VENUE POUR DÉCOUVRIR QUI JE SUIS ET CE QUE JE VEUX »

Lorsque Florence, 29 ans, grandissait, ses parents ont divorcé. Elle a trouvé le divorce très difficile, mais cela a également contribué à façonner qui elle est aujourd'hui. Les obstacles qu'elle a surmontés lui ont donné du recul et ont encouragé Florence à réfléchir de manière créative aux prochaines étapes de sa vie.

Cet état d'esprit est ce qui l'a motivée à faire partie du programme de leadership des jeunes femmes de CARE : « Je croyais en moi et que je pouvais faire tout ce que j'avais à cœur. »

Tout au long du programme, Florence a rencontré des expériences qui l'ont inspirée à grandir. Elle a acquis des connaissances et développé des compétences qui lui ont permis de devenir une leader à la maison, dans son église locale, au sein de sa communauté, sur son île et sur son lieu de travail. Florence travaille actuellement en tant que responsable de l'égalité des sexes ensemble à CARE à Vanuatu, où elle soutient la livraison du YWLP à d'autres jeunes femmes.

Malgré les obstacles auxquels elle a été confrontée, Florence connaît désormais les qualités d'un bon leader et les outils dont les leaders peuvent se servir pour atteindre leurs objectifs. "Plus important encore, à travers tout cela, j'ai découvert qui je suis et ce que je veux."

Photo et histoire par Ann-Ruth. Lire l'histoire complète de Florence.

Chaque détail compte, et regarder à travers l'objectif peut donner vie à bien plus de choses que de simplement regarder les choses avec mes yeux réels. C'est ce qui m'a motivé.

-

JACQUELINE : TRANSFORMER LES RÊVES EN RÉALITÉ

Avant même de postuler au programme de leadership des jeunes femmes de CARE, Jacqueline, 21 ans, avait observé beaucoup d'inégalités entre les sexes dans sa communauté. Quand elle était à l'école, elle a assumé des rôles de leader, et une chose qu'elle a apprise, c'est qu'il y aurait toujours des gens qui refuseraient d'écouter une femme leader, il y aurait toujours de l'opposition. C'est une expérience que partagent de nombreuses femmes et filles au Vanuatu. Jacqueline rejette les attentes sociétales inégales des femmes. Elle croit que les femmes sont importantes et capables de bien plus qu'on ne le croit.

Pour Jacqueline, être acceptée dans le YWLP a changé la donne. Jacqueline pense qu'aucune femme, quel que soit son âge ou son statut relationnel, ne devrait se sous-estimer. « Bien que nous soyons confrontés à des défis chaque jour, nous ne devons pas abandonner trop facilement pour transformer nos rêves en réalité », dit-elle.

Elle souhaite un jour devenir comptable et chef d'entreprise, voire avoir sa propre entreprise. Mais pour devenir cette version ultime d'elle, elle pense qu'elle doit d'abord devenir un bon leader.

Jacqueline estime que les mots de Madeleine Albright capturent son expérience YWLP : « Il m'a fallu du temps pour développer ma voix, et maintenant que je l'ai, je ne vais pas me taire.

Photo et histoire par Ann-Ruth. Lire l'histoire complète de Jacqueline.

ESHINA : « JE PEUX Y RÉALISER TOUT CE QUE JE PENSÉ »

Les débuts d'Eshina dans la vie n'ont pas été faciles. À seulement quelques mois, elle a été adoptée par son oncle aujourd'hui décédé. Quand il est décédé, la vie de la famille est devenue plus difficile car sa tante ne travaillait pas. Les pressions financières sur la famille l'ont finalement forcée, elle et ses cousins, à abandonner l'école. Elle a accepté sa situation et a fait de son mieux pour soutenir sa tante.

Eshina est ensuite retournée vivre avec son père biologique et, avec son aide, a pu reprendre ses études. Quelques années plus tard, cependant, son père est décédé aussi.

Adolescente seule et navrée par la perte de son oncle et de son père, Eshina a de nouveau abandonné l'école, sacrifiant ses études pour que ses frères et sœurs plus jeunes puissent continuer. Tout en réfléchissant à la perte de son père et de son oncle, Eshina a partagé: "En fin de compte, vous êtes le seul à pouvoir vous défendre."

La passion d'Eshina pour le développement des compétences en leadership et pour trouver sa voix l'a amenée au programme de leadership des jeunes femmes de CARE. Depuis qu'elle a obtenu son diplôme du programme, Eshina, 23 ans, se considère comme une jeune femme indépendante, autonome et confiante. À travers les épreuves et les défis de son parcours de leadership, Eshina continue de poursuivre ses objectifs, en plaidant pour l'égalité des sexes sur son lieu de travail et auprès de ses amis masculins. Elle continue de se réveiller chaque jour et de se dire : « Quoi que je fasse, je peux le réaliser. Rien n'est aussi impossible que nous le pensons.

Photo et récit par Elisa. Lire l'histoire complète d'Eshina.

Je me demande quelle différence cela peut faire si nous entendons des histoires de jeunes femmes leaders dans nos communautés et villages, et à quel point cela serait inspirant pour les jeunes générations de femmes.

-

ALICIA : « QUAND VOUS RESPECTEZ UN AUTRE, VOUS ATTIREZ LE MÊME RESPECT »

Alicia, 24 ans, a eu l'opportunité de terminer ses années de lycée en Nouvelle-Zélande. Être loin de chez elle pendant son adolescence lui a donné la liberté dont elle avait besoin pour se découvrir, son potentiel et sa voix. Elle ne savait pas que la décision de rentrer chez elle après plusieurs années d'études à l'étranger entraînerait de nombreux défis, à commencer par la forte opposition entre ses points de vue sur l'égalité des sexes et certains aspects traditionnels de sa culture d'origine.

Elle a vu la discrimination et la violence domestique auxquelles les femmes étaient confrontées. Elle a vu blâmer et humilier les femmes pour leurs choix, pour ce qu'elles portaient, disaient ou faisaient. Elle voulait briser le cycle du blâme et aider à créer un environnement plus sûr pour elle-même, ses sœurs et les femmes de Vanuatu.

Avec un état d'esprit déterminé, Alicia s'est efforcée de lutter contre les inégalités entre les sexes de toutes les manières possibles. Elle a assumé un rôle de leader dans son groupe de jeunes de l'église en tant que responsable de l'éducation et est devenue la secrétaire de la jeunesse presbytérienne dans le sud d'Efate. C'est ce même esprit qui l'a motivée à commencer à travailler comme conseillère au Centre des femmes de Vanuatu, fournissant des conseils aux femmes qui ont subi des violences domestiques. Cela l'a également encouragée à continuer d'élargir ses connaissances et ses compétences en leadership, et l'a finalement amenée à postuler pour le programme de leadership des jeunes femmes de CARE.

Alicia a partagé: "Il n'y a pas de limite à la distance que vous pouvez aller. Nous devrions saisir toutes les opportunités pour passer au niveau supérieur en tant que leaders. » Elle a déclaré que le YWLP était une occasion unique de redécouvrir son pouvoir en tant que jeune femme leader.

Photo et récit par Elisa. Lire l'histoire complète d'Alicia.

Le Programme de leadership des jeunes femmes de Vanuatu (YWLP) est mis en œuvre par CARE à Vanuatu avec le généreux soutien du gouvernement australien. Le YWLP est un programme de 12 mois qui promeut le leadership des jeunes femmes afin qu'elles puissent prendre des mesures pour promouvoir l'égalité des sexes et éliminer la violence à l'égard des femmes et des jeunes filles au Vanuatu. Plus de quatre-vingts jeunes femmes âgées de 18 à 30 ans, y compris des femmes handicapées et d'identités de genre diverses, ont obtenu leur diplôme du programme depuis son lancement en 2017. Ces diplômées utilisent désormais les connaissances, les compétences et la confiance renforcées par le YWLP pour réaliser l'égalité des sexes dans leur les familles, les communautés et à travers Vanuatu. Toutes les jeunes femmes présentées dans ces histoires, et celles qui ont capturé leurs photographies et leurs histoires, sont des diplômées du YWLP.

Femmes photographes d'Afrique de l'Ouest

5 femmes de 5 pays documentent l'impact du COVID-19 sur leurs communautés.

En savoir plus
Comment une humanitaire a sauvé sa famille et ses voisins d'un cyclone meurtrier

Marie Toto de CARE Vanuatu comprend les besoins uniques des communautés éloignées en temps de crise.

En savoir plus