Femmes photographes d'Afrique de l'Ouest - CARE

Femmes photographes d'Afrique de l'Ouest

Une femme est assise dans un marché en plein air.

Photo: Lina Ayaba MENSAH / SOINS

Photo: Lina Ayaba MENSAH / SOINS

5 femmes de 5 pays documentent l'impact du COVID-19 sur leurs communautés.

La photographie professionnelle et le photojournalisme restent des industries dominées par les hommes dans une grande partie du monde. À l'été 2020, CARE a chargé cinq femmes de différents pays d'Afrique de l'Ouest de documenter l'impact du COVID-19 sur leurs communautés, en particulier sur les femmes et les jeunes. Ils ont entrepris de raconter les histoires qui, selon eux, étaient les plus importantes, dans leurs propres mots. Ils ont souligné l'impact spécifique de la pandémie sur certaines des communautés les plus vulnérables de leur pays, telles que les travailleurs informels, les personnes âgées et les jeunes.

Ces photos offrent un aperçu de l'impact du coronavirus sur tous les aspects de la vie des gens: de la scolarité aux affaires au Bénin, en Côte d'Ivoire, au Ghana, en Sierra Leone et au Togo et sur la manière dont ils s'adaptent pour y faire face.

Bénin

«Je m'appelle Laeila Adjovi, dans mon travail quotidien, je suis journaliste à la radio et à la télévision. J'ai toujours été photographe à côté, et cela est devenu une partie de plus en plus importante de ma vie ces dernières années - en particulier le photojournalisme et la photographie documentaire, ainsi qu'un peu de photographie d'art. J'espère que ces photos montrent comment ces femmes ont su s'adapter face au COVID-19. Ils montrent la résilience qu'ils ont ainsi que l'effet de l'épidémie sur leur vie quotidienne et leur entreprise et leur vie personnelle en tant que femmes et mères. Ce fut une expérience très enrichissante.

Une femme coud.

C'est une photo de Katraelle que je l'ai choisie car la machine est au premier plan, elle tenait un magasin d'alimentation mais durant cette crise elle s'est tournée vers la confection de vêtements pour enfants qu'elle vend en ligne.

Ce que j'ai trouvé important, c'est le soutien qu'elle a pu obtenir pendant la pandémie de la part des autres et la façon dont elle s'est adaptée avec créativité et résilience économique - comme beaucoup de femmes africaines et de femmes ici au Bénin! Elle a une boutique et a pu l'adapter pendant la pandémie - son amie Mariam lui a prêté une machine à coudre et lui a appris à l'utiliser pour qu'elle puisse s'en sortir sans arrêter son entreprise et en équipe, ils survivent maintenant ensemble à la crise. .

Une femme est assise dans un étal vendant des vêtements dans un marché en plein air.

Cette femme - Sandrine - est une vendeuse de vêtements d'occasion, cette image est très typique de la pandémie ici au Bénin. Il y a eu beaucoup de rumeurs et de désinformation pendant cette épidémie et cette anxiété. Il y a eu de nombreuses rumeurs sur des vêtements venant de loin - de Chine ou d'Europe - et apportant le virus avec eux, elle a donc dû faire beaucoup de sensibilisation sur le fait qu'il ne propage pas le virus, pour essayer et maintenir son gagne-pain.

Une femme soutient un bébé.

Voici Evelyne, elle est étudiante, mais elle fait actuellement une pause après avoir donné naissance à sa fille. Elle a également été personnellement affectée par la crise. Sa mère est tombée malade au début de l'épidémie et il était vraiment difficile de l'emmener à l'hôpital et il y avait une réelle inquiétude et un risque qu'elle attrape le virus si elle y entrait.

J'ai choisi cette photo parce que sa fille de 7 mois, Bestie, est également dedans. Elle et des millions comme elle ne connaîtront que cette ère COVID-19 - nous ne savons pas comment cela va se passer et cela me fait me demander à quoi ressemblera la vie après, et comment nos enfants vivront avec cette nouvelle normalité avec des masques, social la distanciation, qui a profondément affecté tout le monde au jour le jour.

Côte d'Ivoire

«Je m'appelle Jessica Nadi. Depuis le début du COVID-19, le gouvernement de Côte d'Ivoire a pris pas mal de mesures pour arrêter la propagation mais le virus, ainsi que ces mesures ont eu un effet important sur la plupart des gens, en particulier les femmes travaillant dans le secteur informel. »

Faire ce travail m'a vraiment permis de voir l'effet de cette crise de santé publique sur eux, c'était une fenêtre sur la vie des gens. Pour moi, ce projet a été une expérience différente et riche en émotions. Parfois, c'était aussi très difficile car c'est actuellement la saison des pluies ici en Côte d'Ivoire qui posait de réels défis pour protéger mon équipement photo, et cela signifiait aussi parfois que je devais m'arrêter pour aider avec les inondations soudaines.

Mais toute la difficulté en valait la peine car j'ai rencontré des femmes exceptionnelles. En général, j'ai été vraiment frappé par la ténacité de ces femmes; ce sont eux qui soutiennent leur famille. Cela m'a fait prendre conscience de la véracité du proverbe africain qui dit «si la femme abandonnait, le monde s'effondrerait» et ces femmes n'ont pas abandonné parce que le monde, leur famille, ce sont elles qui le gèrent. Donc, ils n'ont pas abandonné. Les femmes ne se sont pas effondrées.

Une femme donne deux pouces vers le haut.

C'est une femme du nom de Farida, elle a commencé ses activités économiques, en tant que restauratrice, juste avant que la crise n'éclate. Mais avec la pandémie, elle n'a pas abandonné et, heureusement, elle a réussi à persévérer, malgré cela. J'ai vraiment adoré sa capacité de résilience; elle l'a incarné et a gardé une bonne attitude tout au long du temps que nous avons passé ensemble.

Une femme dans un masque facial.

Il s'agit de Clarisse, elle a 53 ans et est divorcée avec 2 enfants dont elle est responsable ainsi que sa mère malade. Elle possède un magasin d'essence et est vendeuse de riz, mais lorsque le COVID-19 a frappé, il lui est devenu difficile de continuer à vendre car cela impliquait de devoir beaucoup voyager pour livrer à ses clients. Elle a donc rapidement changé de stratégie et a pu trouver un moyen de continuer à satisfaire ses clients; elle a fini par déménager dans la maison d'un ami qui vit à côté de son magasin d'essence qui était devenu sa seule source de revenus. Parallèlement à tout cela, elle défend également les droits des femmes, leur bien-être et leurs moyens de subsistance au sein de la société en général et est passionnée par la microfinance et aide les femmes à accéder au financement et à épargner. Son histoire m'a vraiment touché et m'a aussi beaucoup appris.

Une femme dans un bandeau rouge s'assoit et sourit.

C'est Alima, je l'appelle la «femme positive», pendant tout le temps que nous étions ensemble, elle n'a cessé de répéter des déclarations positives et d'exprimer la positivité. Elle est mère de 2 enfants et avant la crise, elle vendait du jus, mais elle a été forcée d'arrêter lorsque COVID-19 a commencé car trop de ses clients normaux sont passés au travail à domicile. Mais elle ne s'est pas découragée! Elle a réorienté son entreprise pour vendre du beurre de cacahuète et des pistaches, car les gens étaient plus concentrés sur les produits alimentaires.

Elle a dit quelque chose qui m'a vraiment affecté pendant que nous parlions. Que dans la vie il y a des hauts et des bas et que nous ne pouvons pas tout arrêter simplement parce que nous sommes actuellement dans une mauvaise passe - nous devons continuer sur la voie. Cela a vraiment résonné avec moi - j'ai trouvé incroyable qu'elle puisse rester si positive et cela m'a vraiment inspiré et a également résonné avec moi car c'est ce que j'ai essayé de me dire.

Ghana

«Je m'appelle Joy Addai, j'ai une passion pour raconter des histoires et voir les choses sous un jour différent; capturer des moments et des thèmes qui seraient considérés comme «prêts à l'emploi». Je ne dirais pas que je suis un photographe très expérimenté mais c'est quelque chose qui me passionne et qui cherche toujours à m'améliorer.

En fait, j'ai trouvé facile d'être une femme et d'approcher les hommes car ils ont réagi positivement, leur principal problème et question était de savoir où finirait l'image. Beaucoup m'ont également demandé de partager leurs photos avec eux par la suite.

Une femme un masque facial tresse les cheveux d'une autre femme.

C'est une femme que j'ai photographiée dans un centre animé d'Accra. Sarah est une coiffeuse de 36 ans et une chrétienne fervente.

Je voulais regarder son histoire du point de vue de l'impact et de ses aspirations futures. Pour moi, cette histoire était basée sur la religion et la foi en tant que contexte plus large à tout cela. Dès la première minute où vous entrez dans la boutique, la première chose que vous entendez est la musique chrétienne. Quand je lui ai demandé ce qu'elle pensait du COVID-19, elle a dit qu'elle croyait que Dieu prendrait soin d'elle. Vous pouvez le voir même sur cette image avec l'écriture sur son masque facial. Dans sa communauté locale, elle est connue sous le nom de `` mains ointes '' parce que tout ce qu'elle touche est rendu beau et elle aspire un jour à pouvoir créer sa propre école de beauté et former plus de femmes.

Elle est ambitieuse et a mis en place des mesures face à la pandémie - elle a installé des installations de lavage des mains à l'extérieur du magasin et utilise un masque. Mais elle m'a également dit que si une cliente arrive sans masque, elle n'est pas en mesure de les refuser, elle doit gagner de l'argent - dans cette situation, elle ne peut que faire de son mieux pour se protéger et protéger son personnel.

Une femme sourit en atteignant une étagère dans un bar.

Aunty Ivy tient un petit bar. J'ai choisi de la photographier à cause de son âge - elle a la soixantaine - en tant que femme plus âgée à risque plus élevé de contracter le virus, j'ai demandé pourquoi elle ne restait pas à la maison? Elle m'a dit que même si le COVID-60 était venu, c'était comme ça qu'elle se nourrissait donc elle devait vendre. Au Ghana, nous avons été bloqués pendant environ 19 mois. Après cela, elle est retournée au travail immédiatement mais a constaté que la plupart des boissons qu'elle vend étaient périmées.

Avant que le COVID-19 ne frappe, elle avait prévu d'obtenir un prêt bancaire pour se développer, mais elle m'a dit maintenant qu'elle ne savait pas comment elle le pouvait pour le moment, mais une fois que le COVID-19 passera, elle essaiera toujours d'obtenir de l'argent pour se développer. peut prendre sa retraite avec un peu de chance. Ce qui m'a vraiment frappé, c'est à quel point elle était une travailleuse acharnée et à quel point elle était si heureuse et avait un sourire si contagieux!

Un homme masqué attache un masque facial sur le visage d'un autre homme.

Soloman et Foster ont attiré mon attention de loin - Soloman avait ce sac en caoutchouc comme masque facial. Quand j'ai demandé comment le COVID-19 les avait affectés, ils m'ont dit qu'ils étaient tous les deux à l'école avant qu'il ne frappe, mais que leurs familles ne pouvaient pas se permettre la télévision ou les moyens numériques nécessaires pour mener à bien l'école à domicile que l'école offrait donc plutôt. Au lieu de s'asseoir et de soutenir leurs familles, ils ont décidé de sortir et de vendre des sacs en polyéthylène pendant la journée. Ils utilisent ces mêmes sacs sur leur visage afin de mieux faire connaître et commercialiser leur produit!

Pour eux, COVID-19 signifie qu'ils sont essentiellement non scolarisés et attendent que le COVID-19 passe pour pouvoir retourner et poursuivre leurs études et explorer leurs futures carrières et leur vie. Donc, cette histoire concerne, pour moi, l'impact du COVID-19 sur l'éducation.

Sierra Leone

«Je m'appelle Fatmata Jalloh, et en tant que photographe, je suis également une conférencière motivante pour les filles et les femmes. J'ai commencé à photographier à l'âge de 16 ans et j'aime l'utiliser comme une plateforme sociale pour de bon. Je photographie généralement à l'intérieur dans un studio et je ne fais pas vraiment de photographie de rue, donc cela a été une excellente opportunité pour moi. J'ai toujours eu le sentiment que les images en disent long sans avoir à utiliser de mots. C'est un média et une responsabilité tellement importants et je ne le prends pas à la légère.

La photographie compte beaucoup pour moi car avec la photographie, je peux prendre soin de moi, de mes frères et sœurs et de mes parents plus âgés. Donc, je me vois comme une femme forte dans la photographie, et aussi un modèle pour les autres jeunes filles à venir.

L'espace de la photographie en Sierra Leone est très dominé par les hommes. En tant que femme photographe, je ne suis souvent pas prise au sérieux ou ma capacité à prendre des photos n'est pas prise au sérieux. Ils pensent souvent que c'est quelque chose que nous faisons pour notre propre amusement et non en tant que profession. Mais grâce à ce projet, je leur ai prouvé qu'ils avaient tort!

Une femme parle à un groupe d'adolescentes.

J'ai déjà utilisé l'argent de cette mission de CARE pour acheter plus d'équipement et commencer à former d'autres filles à la photographie - je commence avec seulement 5 pour le moment, mais j'espère m'étendre.

Une femme à un stand de fruits détient des bananes et autres fruits.

Tutu est un vendeur de légumes sur un marché local. J'adore cette photo car il s'agit d'une femme plus âgée qui est plus vulnérable au COVID-19 J'ai été ému par son histoire et j'ai l'impression que cette photo en dit long en elle-même; la nourriture est là, mais il n'y a pas de clients.

En tant que vendeur de légumes, votre produit ne dure pas longtemps, et maintenant, à cause du virus, les gens ne sont pas là pour l'acheter et ça se passe. Tutu m'a expliqué qu'elle en gagnait 200,000 50,000 par jour et qu'il lui est maintenant difficile d'en obtenir XNUMX XNUMX par jour. Non seulement c'est plus difficile à son âge, mais elle est aussi une mère célibataire.

Les gens sont assis sur des motos garées.

Saidou est chauffeur de taxi moto. En Sierra Leone, la majorité des jeunes sont des cyclotaxis, car il n'y a pas d'autres emplois là-bas. Les premiers coureurs à qui j'ai parlé ont dit qu'il ne voulait pas me parler, et il était difficile de les convaincre car ils ont l'habitude de se faire prendre en photo par des inconnus sans demander ni explication.

Il m'a dit que les choses avaient été très difficiles depuis le COVID-19, les coureurs attendaient et il n'y avait pas de passagers. Les gens ont peur de prendre les motos-taxis car ils sont perçus comme transportant beaucoup de gens et il y a donc une stigmatisation autour d'eux selon laquelle ils sont plus susceptibles de transmettre le virus. Avant le COVID-19, il pouvait gagner jusqu'à 150 leones par jour et avec cela, il devait payer le loyer du vélo et nourrir sa famille. Il avait l'habitude de manger deux fois par jour, mais maintenant il ne peut aller acheter de la nourriture qu'une fois par jour.

Le chômage des jeunes a considérablement augmenté en raison du COVID-19, de sorte que le nombre de motards a également augmenté.

Un homme se tient devant des paquets de chaussures dans une stalle en plein air.

Voici Sorie Alimamy Kamara - un vendeur de chaussures, mais quand je suis allé lui rendre visite, il n'y avait pas de clients. Il m'a dit que même si les gens achetaient des chaussures, ils n'avaient nulle part où les porter car les églises et les mosquées sont toutes fermées, donc ils ne viennent pas. Je lui ai demandé comment il réussissait à survivre, et même à manger un repas quotidien, et il m'a dit que c'était très difficile - certains jours, il n'arrive pas à vendre quoi que ce soit et il doit donc emprunter de l'argent à d'autres commerçants pour pouvoir manger pour la journée. Il m'a dit que cela faisait environ 2-3 semaines qu'il n'avait pas pu gagner, et j'ai fini par lui acheter des chaussures juste pour l'aider.

Togo

«Je m'appelle Lina Mensah, mon métier et ma passion est la photographie - c'est en fait un métier familial - ma mère et mon père sont tous les deux photographes, tout comme mes grands-parents avant eux. J'ai choisi cette profession pour pouvoir être indépendante et subvenir à mes besoins et à ceux de ma famille.

J'étais intéressé d'apprendre comment les femmes survivent au COVID-19 au Togo. Les gens ont été vraiment touchés ici et il y a beaucoup de peur. Les gens restent à la maison, mais beaucoup ne peuvent pas et sont obligés de sortir pour subvenir aux besoins de leur famille, en mettant des masques et en s'acquittant de leur travail, ce qui est très inspirant.

Une femme en masque et gommages se tient dans un couloir.

Voici Mme Boukari, elle est infirmière, elle travaille dans une unité de santé communautaire qui prend en charge les personnes touchées par le COVID-19 après avoir été transférées de son hôpital à domicile sans pratiquement aucun préavis. Elle m'a raconté qu'au début il y avait beaucoup d'anxiété et que les gens ne voulaient pas aller à l'hôpital de peur de contracter la maladie, comme vous pouvez le voir sur la photo, il n'y a personne derrière elle.

Mais j'ai choisi cette photo car c'est une personne remarquable avec une belle âme et quand nous nous sommes rencontrés, elle m'a vraiment ouvert son cœur.

Un homme est assis dans une menuiserie.

Il s'agit de M. Sika, il est menuisier, fabriquant des meubles et autres articles en bois et il a environ 66 ans. Il a eu la gentillesse de me proposer de confectionner des coffrets à bijoux personnalisés pour moi et mon équipe car nous étions majoritairement composés de femmes. C'est une personne très résiliente et émouvante.

Au cours de l'entretien, il a presque pleuré parce que le COVID-19 a eu un grand effet sur lui et sa famille - en particulier sa femme, qui était mécontente de ne pas avoir réussi à gagner assez d'argent pour le traiter mal à la maison.

J'ai même pris des photos pour lui afin de l'aider à promouvoir davantage son entreprise.

Une femme est assise dans un marché en plein air.

Nadine est étudiante à l'université. Mais quand COVID-19 a frappé, elle ne voulait pas rester à la maison à regarder la télévision, alors elle est allée voir sa grande sœur vendre des oranges pour essayer de gagner de l'argent. Quand je suis entré dans le marché, il m'a frappé à quel point il était vide. Elle m'a dit qu'elle ne vend qu'environ 30% des produits et que la vie est très difficile, mais elle continue de sourire et c'est quelque chose que j'admire vraiment.

Je pense qu'elle m'a séduit parce qu'elle m'a rappelé une fille qui avait l'habitude d'aider dans le studio photo de mon père et je pense que beaucoup d'autres jeunes pourraient apprendre beaucoup d'elle.

Crédits photos

Laeila Adjovi - Bénin

Jessica Nadi - Côte d'Ivoire

Joy Addai - Ghana

Fatmata Jalloh - Sierra Leone

Lina Mensah - Togo