icône (sur le bord gauche de l'écran) icône (sur le bord gauche de l'écran) icône (sur le bord gauche de l'écran) icône (sur le bord gauche de l'écran) icône (sur le bord gauche de l'écran) icône (sur le bord gauche de l'écran) icône (sur le bord gauche de l'écran)

Le réfugié combattant la violence sexuelle

Photo: Camille Nozieres / CARE

Photo: Camille Nozieres / CARE

Photo: Camille Nozieres / CARE

Plus tôt cette année, des dizaines de milliers de Congolais ont risqué leur vie pour fuir leur pays ravagé par le conflit et chercher refuge en Ouganda. Pema * en fait partie.

À l'époque, les combats faisaient rage en Ituri, sa province d'origine en République démocratique du Congo.

«Notre village a été attaqué pendant la nuit. Après m'avoir violée, les rebelles ont volé notre troupeau et enlevé mon mari et mon enfant aîné. Je n'ai plus entendu parler d'eux depuis. Je pense à mon fils tout le temps. Il me manque tellement », dit-elle.

Après avoir subi des viols, des déplacements et des violences, elle tente maintenant de reconstruire sa vie avec ses 10 enfants dans le camp de réfugiés de Kyangwali en Ouganda. Désireuse d'aider les personnes souffrant de traumatismes similaires, elle est devenue bénévole avec CARE. Elle éduque les femmes et les filles sur la violence sexuelle et sexiste et le mariage précoce, dont elle est une survivante.

«Je peux les aider parce que je l'ai vécu moi-même. Je ne veux pas que cela arrive aux autres.

Pema est tombée enceinte à la suite d'un viol à 14 ans. En raison de la pression de sa famille, elle a été forcée de se marier avec son violeur et, dans les années qui ont suivi, a été fécondée de force avec 10 autres enfants. En raison de son jeune âge, ses grossesses ont entraîné des complications potentiellement mortelles.

«Lors de ma dernière grossesse, j'ai failli mourir», dit-elle. «Après avoir donné naissance à mes jumeaux, je suis resté inconscient pendant deux jours. Les médecins m'ont dit que je ne survivrais à aucune des grossesses suivantes et, heureusement, ont convaincu mon mari de signer les papiers pour ma stérilisation.

Aujourd'hui, Pema rencontre les femmes et les filles du camp pour les informer de leurs droits et des solutions existantes en cas de viol et d'agression. Elle fait partie des 40 autres bénévoles qui jouent un rôle crucial dans l'identification de la violence sexuelle et sexiste dans leurs communautés.

«Ce que je fais avec CARE est très important pour moi», dit Pema. «Je suis très heureux de le faire, car personne ne devrait souffrir comme moi.»

* Le nom a été changé

Retour au sommet