La femme yéménite aide les personnes déplacées à prévenir le COVID-19 - CARE

Cette femme yéménite s'emploie à empêcher les personnes déplacées de contracter le COVID-19

Un portrait de femme en niqab.

Photo: Bassam Saleh / CARE

Photo: Bassam Saleh / CARE

Mona est une PDI au Yémen, où elle dirige un projet d'hygiène dans un camp pour personnes déplacées à l'intérieur du pays.

En 2017, le Yémen a connu la pire épidémie de choléra de l'histoire moderne, avec des millions de cas dans le pays. L'épidémie, qui à un moment donné tuerait une personne presque toutes les heures, a entraîné 3,757 60 décès. Près de XNUMX% des cas concernaient des enfants.

«Peu importe mes efforts, je ne pourrai jamais oublier la souffrance des jeunes enfants que j'ai observés qui ont contracté le choléra», dit Mona.

L'épidémie a motivé Mona, 22 ans, à commencer à faire du bénévolat avec CARE pour aider à arrêter la propagation de la maladie dans le camp pour les Yéménites déplacés où elle et sa famille ont déménagé après avoir fui la violence dans le gouvernorat d'Al Hudaydah en 2016. Quelques jours après son arrivée, le père de Mona est tombé malade et décédés.

4 millions de personnes ont été forcées de quitter leurs maisons en raison du conflit

Dans les camps de déplacés, le manque de systèmes d'égouts et de latrines laisse souvent les gens sans autre choix que de se soulager en plein air. De plus, de nombreuses personnes dans le camp n'ont pas accès à des bidons propres lorsqu'ils remplissent l'eau des pompes, ce qui les expose à des infections ou maladies potentielles, comme le choléra.

En réponse, Mona s'efforce de promouvoir les pratiques d'hygiène dans le camp, ce qui est particulièrement important maintenant pour aider à freiner la propagation du COVID-19.

«Être une personne déplacée m'a toujours encouragé à faire quelque chose pour aider d'autres personnes déplacées», dit Mona. «J'ai toujours eu un fort désir et une détermination à aider à la fois ma famille et ma communauté.

En raison de six années de conflit, les deux tiers des personnes au Yémen ont besoin d'une aide humanitaire, ce qui en fait la pire crise humanitaire au monde. Environ 4 millions de personnes ont été déplacées à l'intérieur du pays, comme Mona et sa famille. Au milieu d'une pandémie, les Yéménites ont du mal à accéder à l'eau, à l'assainissement et à l'hygiène, ce qui les expose à un risque accru de COVID-19.

Une femme s'accroupit pour parler à un homme assis par terre.
Mona a lancé une initiative pour nettoyer et stériliser les réservoirs d'eau aux points de distribution et fait également partie d'une équipe de bénévoles avec CARE Yemen qui fait du porte-à-porte dans le camp pour distribuer des kits d'hygiène. Photo: Bassam Saleh / CARE

«Je [suis] constamment inquiète que mon peuple soit infecté par le choléra, le paludisme et le dernier COVID-19», dit Mona.

La moitié des dispensaires du pays étant fermés ou fonctionnant partiellement, le système de santé du Yémen n'est pas suffisamment préparé pour faire face aux flambées de COVID-19. Au 16 mars, il y avait plus de 2,900 cas officiellement signalés et plus de 700 décès, bien que la capacité de dépistage du pays soit limitée et que l'ONU, qui a exprimé sa préoccupation concernant la notification, a déclaré que le nombre réel de cas était probablement beaucoup plus élevé. Mona a lancé une initiative pour nettoyer et stériliser les réservoirs d'eau aux points de distribution et fait également partie d'une équipe de bénévoles avec CARE Yemen qui fait du porte-à-porte dans le camp pour distribuer des kits d'hygiène comprenant du savon, du détergent et d'autres articles essentiels. Elle fait également la promotion de pratiques telles que le lavage des mains, l'hygiène alimentaire et l'utilisation appropriée des latrines.

2/3 des personnes au Yémen ont besoin d'une aide humanitaire

«Lors de mes visites, je me concentre toujours sur l'éducation des enfants parce qu'ils sont les plus vulnérables, en plus de leur incroyable capacité à s'adapter et à changer les comportements de leurs familles», dit-elle.

Au cours de l'année dernière, CARE et de nombreuses autres organisations humanitaires au Yémen ont intégré la réponse à la pandémie dans le travail existant. Des milliers de bénévoles communautaires à travers le pays qui ont joué un rôle pendant les épidémies de choléra éduquent maintenant leurs communautés sur le virus et la prévention.

«Je ressens une immense joie lorsque je donne des kits d'hygiène aux familles déplacées», dit Mona. «J'ai remarqué que les maladies transmissibles ont commencé à diminuer dans le camp, en particulier chez les enfants, grâce à une prise de conscience accrue.»

Comment la broderie syrienne traditionnelle a fait de cette mère et réfugiée le soutien de sa famille

Après avoir fui la guerre en Syrie, Mona Zeinati dirige maintenant son propre atelier, où elle travaille avec d'autres femmes syriennes dans la couture et la broderie. En savoir plus

En savoir plus

Cette Syrienne a bâti une entreprise laitière florissante en Jordanie

Avec seulement quelques casseroles, ustensiles, un four et un petit réfrigérateur, Abeer Abbas a créé une opération locale durable et rentable. En savoir plus

En savoir plus

'Je m'appelle Maryam'

En cette Journée internationale de la fille, Nina Lu élève la voix pour raconter l'histoire de la détermination inébranlable d'une fille. En savoir plus

En savoir plus