Pourquoi les agricultrices sont essentielles pour faire face à la crise alimentaire en RDC - CARE

Pourquoi les agricultrices sont essentielles pour faire face à la crise alimentaire en RDC

Isabelle Niyotwagirwa présente ses Luffas bio dans sa ferme de Mutaho. Ayant identifié une lacune sur le marché, Isabelle est passée de la vente de marchandises au marché à l'agriculture. Grâce à l'agriculture, elle fournit non seulement des fruits frais à des prix abordables à la communauté, mais emploie également des femmes et des jeunes dans ses fermes.

 Toutes les photos de David Mutua/CARE

 Toutes les photos de David Mutua/CARE

Isabelle Niyotwagirwa a fait passer sa ferme de 2 à 5 acres et compte jusqu'à 10 employés grâce à des décisions commerciales judicieuses et au soutien de groupes d'épargne locaux.

Dans les contreforts entourant le volcan du mont Nyiragongo en République démocratique du Congo, Isabelle Niyotwagirwa et deux ouvriers agricoles sont à pied d'œuvre pour commencer une nouvelle campagne de plantation après une récolte réussie. La poussière monte dans l'air lorsque leurs houes frappent le sol, le préparant pour de nouvelles cultures de pruneaux, de bananiers, de racines de flèche, d'amarante et de chou.

Isabelle est passée à l'agriculture après avoir tenu un petit kiosque au marché. « J'ai vu comment les gens importaient de la nourriture et des fruits de l'extérieur du pays et j'ai remarqué que c'était non seulement de mauvaise qualité mais très cher. J'ai donc décidé de cultiver, car le sol ici est plein de nutriments très bénéfiques pour notre corps », dit-elle.

La RDC dispose d'environ 200 millions d'acres de terres arables disponibles. Il abrite la deuxième plus grande forêt tropicale au monde, reçoit plus de 58 pouces de pluie par an et possède une variété de sols idéaux pour l'agriculture. Le gouvernement affirme que le pays pourrait nourrir près de deux milliards de personnes. Malheureusement, ce n'est pas le cas car seulement 10 % des terres arables sont utilisées pour l'agriculture.

Quantité de terres arables utilisées pour l'agriculture en RDC

La RDC connaît actuellement la plus grande crise alimentaire au monde avec 27.3 millions de personnes confrontées à la faim et à la malnutrition. Plusieurs facteurs ont rendu le pays incapable de répondre aux besoins alimentaires des citoyens. Les épidémies récurrentes – y compris EBOLA, le choléra et COVID-19 – ont eu un impact négatif sur l'économie et ont entraîné le ralentissement ou la fermeture complète des entreprises. Le conflit prolongé a poussé de nombreuses personnes à abandonner leurs fermes de peur de perdre la vie. Des réseaux de transport délabrés signifient que la chaîne d'approvisionnement entre la ferme et le marché est quasi inexistante, faisant grimper les prix des produits et des ressources agricoles.

Isabelle a fait face à de tels défis lorsqu'elle a commencé à cultiver. « C'était assez difficile d'obtenir des graines. Obtenir des pesticides était également un grand défi et sans eux, les plantes peuvent être détruites par les parasites. Ma ferme est à côté de la forêt et donc quand il pleut, les eaux de crue emportent mes récoltes.

27.3

Million

personnes confrontées à la faim et à la malnutrition en RDC

En 2019, Isabelle a rejoint un AVEC, un groupe d'épargne qui permet aux membres de mettre en commun des ressources, de contracter des emprunts et de bénéficier mutuellement des intérêts collectés. Les AVEC relient également les membres à la formation professionnelle et au soutien par le biais de partenariats avec d'autres organisations.

« Ces groupes contribuent à la lutte contre l'insécurité alimentaire car la formation que reçoivent les femmes les aide à s'engager dans l'agriculture et l'élevage », explique Pacifique Murabaze, responsable technique aux Amis de Justice (ADJ), partenaire du projet.

ADJ a mis Isabelle en contact avec le projet Mawe Tatu, qui travaille avec les femmes pour améliorer leur statut socio-économique, ce qui à son tour améliore les ménages et les communautés. « Le programme soutient les participants au projet non seulement avec une formation sur la comptabilité, l'épargne et les meilleures pratiques, mais fournit également des semences, des outils agricoles et un soutien monétaire. Jusqu'à présent, dans la commune de Nyiragongo, 16,525 50 sont impliqués dans des groupements et XNUMX% d'entre eux sont impliqués dans l'agriculture », explique Pacifique.

Mawe Tatu a aidé l'entreprise d'Isabelle à prospérer. « L'agriculture a aidé ma famille et moi parce que lorsque je travaille à la ferme, je peux vendre les produits et obtenir de l'argent pour payer les choses. Cela m'a permis de dépendre de moi-même. Cela m'a également permis de m'engager dans d'autres projets et d'obtenir de l'argent pour acheter plus de terres à cultiver.

Isabelle a commencé avec deux acres, mais grâce aux économies réalisées grâce à la vente de produits, elle possède maintenant cinq acres et emploie cinq travailleurs permanents. Pendant la saison de croissance et de récolte, elle est en mesure de doubler son personnel à 10 ouvriers agricoles.

CARE International en RDC a atteint 27,000 XNUMX femmes à travers Mawe Tatu et vise à en atteindre encore plus dans ses efforts continus pour résoudre les graves problèmes de sécurité alimentaire du pays. « Mawe Tatu pense qu'investir davantage pour aider les femmes à développer des chaînes de valeur dans l'agriculture serait une bonne chose pour couvrir non seulement les besoins de leurs communautés mais aussi au-delà de leurs provinces, vers leur pays. C'est pourquoi nous pensons que si nous pouvons introduire des fonds agricoles dans les AVEC, cela permettra aux femmes qui travaillent dans l'agriculture d'améliorer leurs entreprises et de couvrir leurs besoins tout en luttant contre la famine dans notre communauté », explique le Dr Caroline Kasongo, Mawe Chef de projet Tatu.

« Grâce à la collaboration avec les AVEC, mes enfants étudieront bien et ne dormiront pas le ventre vide. J'appelle les femmes à s'impliquer dans l'agriculture car cela aide non seulement la famille, mais nous permet également d'être autonomes », explique Isabella.

Mawe Tatu est mis en œuvre par CARE International en RDC en collaboration avec des organisations partenaires, COMEN, Guichet d'Economie Locale (GEL), Amis de Justice (ADJ) et ZMQ Développement.

Cette femme a arrêté de confectionner des robes et a commencé à coudre des masques pour lutter contre le COVID en RDC

En septembre 2021, Françoise Mbweki avait fabriqué 1,000 XNUMX masques pour aider à protéger sa communauté. En savoir plus

En savoir plus

Des dizaines de milliers de personnes fuient Goma, en RDC, à la suite d'une éruption volcanique

Une employée de CARE RDC partage son expérience de fuite avec son fils de 8 mois. En savoir plus

En savoir plus

Les femmes mènent la pandémie de la faim

La pandémie COVID-19 se déroule dans un monde qui traverse déjà une crise de la faim. Malgré les nombreux obstacles auxquels elles sont confrontées, les femmes et les filles jouent un rôle déterminant dans les systèmes alimentaires et mènent déjà la charge pour relever les défis liés au COVID-19. En savoir plus

En savoir plus