Les jeunes yéménites s'attaquent au COVID-19 dans leurs communautés - CARE

Les jeunes Yéménites créent des solutions innovantes pour lutter contre le COVID-19 dans leurs communautés

Trois garçons yéménites portant des masques se tiennent devant une porte d'assainissement dans leur école

Crédit photo : CARE Yémen

Crédit photo : CARE Yémen

De la perte de revenus à l'éducation perturbée, COVID-19 a radicalement changé la vie des jeunes du monde entier. Dans la ville d'Aden, au sud du Yémen, les jeunes trouvent des moyens innovants d'aider leurs communautés à faire face à cette nouvelle réalité.

Au Yémen, où la population subit un conflit armé prolongé depuis des années, COVID 19 a ajouté une autre couche de souffrance pour des millions de personnes. Le manque d'accès aux services vitaux, y compris l'eau, l'assainissement et les services de santé, a de graves répercussions sur la vie et les moyens de subsistance des Yéménites. La pandémie de COVID-19 a encore amplifié la crise sanitaire et économique. Même avant la propagation du COVID-19 au Yémen, seulement la moitié de tous les établissements de santé du pays étaient pleinement opérationnels, laissant 20.07 millions de personnes nécessitant des services de santé.

COVID-19 a radicalement changé la vie des jeunes du monde entier. De la perte de revenus à l'interruption de l'éducation, les jeunes se sont retrouvés obligés d'explorer de nouvelles façons innovantes d'aider leurs communautés à faire face à la nouvelle réalité. Dans la ville d'Aden, au sud du Yémen, de nombreux jeunes prennent l'initiative et se portent volontaires pour aider leurs communautés malgré la situation sombre.

« Il semble que nous soyons au carrefour d'un grave risque pour la santé », déclare Sami Ahmed, 35 ans, originaire d'Aden. « De nombreuses personnes de ma région ont perdu leurs proches à cause de maladies évitables. En raison du semi-effondrement du système de santé, il est difficile de faire face à la pandémie. De plus, les résidents n'ont pas les bonnes informations sur la transmission du virus et les méthodes de prévention. »

En franchissant le portail, Ahmed, un élève de l'école de Marib, déclare : « Avec l'existence du portail de désinfection, j'assiste à ma classe sans soucis.
L'une des initiatives soutenues a créé un robot de désinfection par pulvérisation qui maintient les écoles et les établissements de santé propres et sûrs.

Sami est le directeur exécutif de l'initiative Made in Aden. Avec l'épidémie de COVID 19 et l'augmentation des cas, Sami et ses amis ont décidé d'agir. « Nous voulons soutenir notre communauté », dit-il. "Lorsque la pandémie de corona s'est aggravée, nous avons décidé d'éduquer les familles sur les symptômes et ce qu'il faut pour éviter d'attraper le virus."

«Certains des volontaires ont conçu une porte d'assainissement pour désinfecter les passants et prévenir les infections croisées. Malheureusement, nous n'avons pas pu installer le portail parce que nous n'en avions pas les moyens.

Les volontaires d'Aden ont eu la chance de trouver un financement du ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement (BMZ) et de CARE, qui ont soutenu 16 initiatives pour aider les communautés à faire face au COVID-19. Dans le cadre du projet, les membres des initiatives ciblées ont été formés à la planification stratégique, à la budgétisation, aux communications et à l'établissement de rapports. Après la formation, les initiatives ont reçu le financement nécessaire pour démarrer des activités de prévention du covid dans leurs communautés.

« J'étais excité quand j'ai entendu parler du projet de CARE. Heureusement, nous avons été sélectionnés pour participer », dit Sami. « Après la formation, nous avons reçu une subvention financière de 3,093 XNUMX $ pour installer une barrière de désinfection dans une école de Marib dans le district d'Al Mualla et une autre dans l'école Khadiga dans le district d'Al Mansoora. Les deux portes sont une solution en une étape destinée à nettoyer les mains et les vêtements sans les mouiller ni les tacher.

« En raison des coupures de courant constantes, les portes fonctionnent avec l'électricité publique et l'énergie solaire », explique l'ingénieur Saleh, l'un des créateurs des portes d'assainissement. « Il s'éteint automatiquement lorsque l'électricité est coupée. Grâce à CARE, nous avons été soutenus pour appliquer des techniques de pointe pour aider les étudiants à étudier en toute sécurité.

Le directeur de l'école Marib a déclaré : « Les enseignants, les élèves et moi-même nous sentons en sécurité lorsque nous désinfectons chaque fois que nous entrons dans l'école. Nos jeunes sont créatifs. Qui penserait que cette porte est fabriquée localement ? »

« Le système de santé n'a pas les capacités nécessaires pour faire face à la pression causée par l'épidémie de COVID-19 », déclare Sara, membre de l'une des initiatives soutenues. « Avec le système de santé fragile, il y a un besoin urgent de plus de ressources pour permettre aux établissements de santé de sauver des vies. »

« Grâce à la subvention financière que nous avons reçue dans le cadre du projet, nous avons soutenu certains laboratoires dans les hôpitaux avec des équipements et des fournitures de contrôle sanguin indispensables. Nous avons été surpris par le grand nombre de cas qui ont consommé cet équipement. En seulement deux mois, environ 3093 tests sanguins ont été effectués gratuitement. »

« Je suis tellement fière de voir des jeunes femmes coudre des masques et des combinaisons de protection. Certaines initiatives ont ciblé les groupes les plus oubliés comme les aveugles, les sourds et les détenus pour les sensibiliser aux méthodes de prévention. Je suis fière de faire partie de la solution », conclut-elle.

Une femme yéménite portant un voile noir coud un masque
CARE Yémen
L'initiative « Je suis médecin et je peux » a fourni du matériel à un laboratoire d'Al Mualla.
Amal, 25 ans, membre de l'initiative "Be Human", porte une combinaison de protection fabriquée par des stagiaires.