Axios: Vacciner l'Afrique - Les pays peinent à délivrer les quelques injections qu'ils ont - CARE

Axios: Vacciner l'Afrique - Les pays ont du mal à délivrer les quelques injections dont ils disposent

Le premier envoi de vaccins contre le coronavirus tant attendu est finalement arrivé en République démocratique du Congo le 3 mars. Un mois plus tard, ils sont toujours assis dans un entrepôt de la capitale, Kinshasa.

Pourquoi c'est important: L'Afrique est en queue de peloton mondial pour les vaccins, et la plupart des pays ne s'attendent qu'à des doses suffisantes pour couvrir une fraction de leur population cette année. Mais dans certains cas, même ces fournitures limitées peuvent ne pas être entièrement déployées avant leur expiration.

Agrandir: La RDC a reçu 1.7 million de doses d'Oxford / AstraZeneca de l'initiative mondiale COVAX. Le gouvernement a retardé le déploiement, invoquant des problèmes de santé liés au déploiement d'AstraZeneca en Europe. Mais les défis ne s'arrêtent pas là.

  • Les agents de santé des provinces n'ont pas encore été formés pour administrer le vaccin en raison d'un manque de financement, explique Freddy Nkosi, directeur national de la RDC chez VillageReach, qui conseille les gouvernements africains sur la distribution des vaccins.
  • Un système de collecte de données numériques conçu pour guider la campagne de vaccination n'est pas encore opérationnel, ajoute Nkosi.
  • Une fois le déploiement commencé, il sera difficile de transporter les doses même vers les provinces voisines en raison du mauvais état des routes, dit-il. Les autres provinces du pays géant de 86 millions d'habitants ne seront accessibles que par voie aérienne.

En supposant que les coups arrivent dans les centres de distribution et que les agents de santé sont prêts à les administrer, il se peut qu'il n'y ait pas beaucoup de demande.

  • «Il y a tellement de rumeurs qui circulent autour des vaccins, et cela contribue également à ce que tant de gens, même parmi les agents de santé, hésitent beaucoup à recevoir le vaccin», dit Nkosi.
  • VillageReach est impliqué dans une campagne d'engagement du public pour informer les gens sur les vaccins et leur éligibilité.
  • Mais la RDC est sur l'horloge. Ces 1.7 million de doses expireront dans trois mois, dit Nkosi. Si de grandes quantités restent inutilisées, non seulement cela retardera la première vague de vaccinations, mais cela réduira les appels pour de nouvelles expéditions.