La place d'une femme… emploie d'autres femmes - CARE

La place d'une femme… emploie d'autres femmes

Delil Souleiman / CARE

Delil Souleiman / CARE

L'entreprise agricole prospère d'Amal dans le nord-est de la Syrie lui offre une indépendance financière ainsi que la possibilité de créer des emplois.

Avant de faire face aux intempéries et aux parasites, Amal* a d'abord dû faire face à des cœurs et des esprits qui estimaient que diriger une entreprise agricole était inapproprié pour une femme syrienne.

« Les gens de la communauté m'ont dit que je devrais arrêter de faire ce que je fais. "C'est une affaire d'hommes", disaient-ils. Mais je n'ai pas arrêté et j'ai continué à faire mon travail. Heureusement, mon mari est incroyablement favorable. Il est ingénieur agronome. Chaque fois que je suis frustré ou découragé, il me dit de continuer.

Amal, 44 ans, vit avec son mari et ses cinq enfants à Al Hassakeh, dans le nord-est de la Syrie, où elle a lancé son entreprise il y a six ans. Ses parents l'ont obligée à quitter l'école alors qu'elle était en sixième, même si son plus grand rêve était de continuer à aller à l'école et plus tard d'étudier à l'université.

Malgré de nombreux défis, son entreprise était florissante.

Amal*, 44 ans, vit avec son mari et ses cinq enfants dans le nord-est de la Syrie. Amal a commencé à travailler dans l'industrie agricole il y a six ans. Malgré de nombreux défis, son entreprise est florissante.

« Je n'aime pas demander de l'argent. J'aime gagner le mien.

Amal*

Il y a quelques mois, Amal a participé à une formation CARE et a ensuite reçu 5,000 XNUMX $ qu'elle a utilisés pour développer son entreprise, en louant un terrain pour cultiver des fruits et des légumes. Au début, il était difficile de trouver d'autres femmes qui acceptaient de travailler pour elle. "Préparer la terre pour la plantation est un travail physique difficile", se souvient-elle. "Ils avaient peur que ce soit trop épuisant pour eux."

Amal a décidé d'embaucher deux hommes pour faire le travail initial, puis a embauché une femme locale qui a pu contacter son réseau et trouver des employées supplémentaires.

Aujourd'hui, elle emploie 11 à 15 femmes selon les saisons. Beaucoup ont perdu leur mari pendant la guerre, sont divorcées ou célibataires. Ils sont particulièrement touchés par la pauvreté et sont souvent confrontés à la violence et aux abus. « Je me sens très bien dans ce que je fais et dans les opportunités que je crée pour mes employées », dit-elle. « Faire partie de ce projet a vraiment changé leur vie. Ils peuvent désormais acheter de la nourriture et d'autres produits de première nécessité pour eux-mêmes et leurs familles et n'ont pas à dépendre de la pitié des autres.

Amal sait à quel point cela fait du bien de ne dépendre de personne. Bien qu'elle et son mari aient toujours formé une bonne équipe, elle est heureuse de pouvoir désormais contribuer aux revenus de sa famille.

« Je n'aime pas demander de l'argent. J'aime gagner ma vie », dit-elle avec un grand sourire sur son visage. Les filles d'Amal vont toutes à l'école ou étudient à l'université. Elle veut s'assurer que ses filles reçoivent l'éducation qu'elle a elle-même manquée.

Après de nombreuses années de gens lui disant que la place d'une femme est sa maison, Amal est maintenant un membre respecté et vocal de la communauté. Elle reçoit de nombreuses demandes d'autres femmes qui souhaitent travailler pour elle, et les membres masculins de la communauté respectent ce qu'elle a accompli pour elle-même et ses employés.

« Mon rêve est que les parents éduquent à la fois leurs fils et leurs filles », dit-elle. « En tant que société, nous ne pourrons pas réussir si les femmes ne reçoivent pas un soutien adéquat. Une main ne peut pas applaudir. Nous devons être forts en tant que communauté, et une communauté se compose à la fois d'hommes et de femmes.

* nom changé