Au Malawi, les femmes et les filles risquent d'être victimes d'abus dans les camps - CARE

Alors que la menace d'inondation se poursuit au Malawi, les femmes et les filles risquent d'être victimes d'abus dans les camps

Photo: Joseph Scott / CARE

Photo: Joseph Scott / CARE

Photo: Joseph Scott / CARE

Après une période de sécheresse de trois semaines, le ciel s'est ouvert avec une bruine régulière chez Mary, dans le district de Nsanje, au sud du Malawi. Mary, 18 ans, s'est agenouillée pour prier, remerciant ses dieux pour les pluies qui étaient si désespérément nécessaires pour sauver ses récoltes de sorgho frappées par la sécheresse. Puis la bruine s'est transformée en un orage violent, avec des vents violents. Bientôt, son bonheur s'était transformé en peur. Son village se trouve dans les basses terres fertiles et est sujet aux inondations.

«Je suis sortie et j'ai vu mes voisins porter tout ce qu'ils pouvaient et courir dans les hautes terres», dit-elle. «Je suis entré dans la maison, j'ai attrapé mon enfant et une couverture et j'ai suivi mes voisins.»

Lorsque Mary a atteint la rivière qui sépare sa communauté et les hautes terres, elle était pleine. Elle a dû sauter dans un canoë pour l'emmener de l'autre côté. Lorsqu'elle atteignit les hautes terres, elle n'en croyait pas ses yeux. Tout son village a été submergé et les récoltes ont été emportées par de violentes inondations.

Mary a voyagé pendant environ trois heures pour atteindre le camp de Bitilinyu, à environ 20 kilomètres de son village, où de nombreuses personnes de sa communauté et des environs cherchaient refuge contre les inondations.

«Quand je suis arrivée, l'endroit était tellement plein», dit-elle. «Nous n'avions pas d'endroit où dormir, alors nous nous sommes simplement assis sous l'abri ouvert, qui est devenu notre maison pendant une semaine.

Finalement, elle s'est vu attribuer une tente, qu'elle partage avec trois autres familles. «J'avais maintenant un endroit pour dormir mais je n'avais pas de nourriture. Mon enfant pleurait toujours de faim. Mes autres collègues étaient confrontés au même problème. Nous n'avions rien à manger », dit-elle.

Alors que la situation des inondations s'aggravait, les groupes humanitaires et le gouvernement sont arrivés avec une aide alimentaire. Mais elle et d'autres personnes déplacées ont besoin de plus.

«Ce que nous avons obtenu a à peine duré une semaine», dit-elle. «Nous n'avons pas non plus assez de toilettes, tant de femmes se tournent vers la brousse où elles risquent d'être maltraitées.»

Risque accru de violence sexiste

Mary dit qu'en tant que mère célibataire, la vie dans le camp a été difficile. De nombreux jeunes hommes la traquent pour obtenir des faveurs sexuelles en échange de nourriture. Elle dit que les progrès augmentent chaque jour et qu'elle craint maintenant de devenir la cible d'abus sexuels.

«J'ai toujours peur de m'endormir», dit-elle. «Nos tentes n'ont pas de portes, il est donc facile pour quelqu'un de se glisser et de vous maltraiter.»

En réponse, CARE s'empresse de créer des comités de protection ici et dans six autres camps de déplacés à Nsanje.

«CARE prend au sérieux les questions de protection, en particulier dans une telle situation d'urgence où les femmes et les filles sont vulnérables», déclare Hodges Zakariya, responsable du genre et de la protection pour CARE à Nsanje. «Nous travaillons avec le département de la protection sociale et d'autres agences pour nous assurer que chaque activité doit comporter une session de sensibilisation à la violence sexiste.»

CARE a été activement impliqué dans plusieurs aspects de la réponse humanitaire depuis que les inondations ont frappé les basses terres de Nsanje il y a deux semaines. CARE a distribué des bâches en plastique pour couvrir les abris temporaires ainsi que des articles d'eau et d'assainissement - y compris des seaux et du chlore pour la purification de l'eau - à plus de 1,500 XNUMX ménages dans le camp de Bitilinyu.

Mais ce sont les comités de protection qui joueront un rôle plus critique pour les femmes vulnérables comme Mary. Déjà, ils dirigent des sessions dans les camps, disant aux gens d'être conscients des risques d'abus sexuels, des droits de l'homme et de l'enfant, et comment signaler l'exploitation et le harcèlement sexuels. Ils mettent également en place des mécanismes officiels de plainte et de réponse dans tous les camps. Jusqu'à présent, si les comités ont reçu des plaintes de harcèlement sexuel, aucun cas de violence sexuelle n'a été signalé dans les camps.