Fournir de l'aide aux survivants du cyclone Idai - CARE

Fournir de l'aide aux survivants du cyclone Idai

Il y a une mer de boue et de gravats à perte de vue.

Dans l'un des quartiers les plus pauvres de Beira, la deuxième plus grande ville du Mozambique, la dévastation causée par le cyclone Idai est évidente. C'est tout autour de vous.

Le soleil brûlant brûle la peau. Les enfants jouent dans l'eau sale.

Il y a des décombres partout. Des parties de toitures métalliques se sont enfoncées dans la boue et les grands champs de galettes ont désormais les mêmes effets que les sables mouvants, ce qui les rend impossibles à traverser. Au milieu des allées étroites, des flaques me rappellent les immenses inondations que les gens ont vécues ici il y a à peine quelques jours. «L'eau était à la hauteur de mes hanches», me dit Manuela. Elle a couru dehors avec sa fille de huit mois, Mariam, lorsque le cyclone a fait sauter le toit de sa maison. Une petite pièce est tout ce qui restait après les inondations, dans laquelle vit désormais toute sa famille. Le reste de sa maison s'est effondré.

Le cyclone a détruit ou endommagé plus de 84,000 XNUMX maisons. Les familles ont presque tout perdu. Une femme m'a même dit qu'elle avait fui la montée des eaux avec son réfrigérateur, de peur de perdre la chose la plus précieuse qu'elle possédait.

La boue sur le sol est un mélange de brun et de vert qui porte une odeur âcre. Le sol entier semble contaminé. Seules des pierres restent aux endroits où se trouvaient les latrines. La plupart des familles se rendent en plein champ pour se soulager. Pourtant, les enfants jouent et les femmes cuisinent non loin des lieux qui sont devenus des «toilettes».

Des cas de choléra ont déjà été signalés dans certaines parties des zones touchées par le cyclone. CARE distribue des kits d'hygiène avec des solutions de purification d'eau et de savon pour aider les familles à se protéger des épidémies. Mais nous avons besoin de plus de soutien pour atteindre des centaines de milliers de personnes qui ont un besoin urgent d’aide.

Environ 750 personnes ont été réinstallées dans l'un des camps à l'extérieur de Beira, qui était autrefois un terrain de football. Avec seulement six toilettes déverrouillables disponibles, de nombreuses femmes s'associent en groupes de deux pour s'assurer qu'elles peuvent garder au moins un peu d'intimité. En plus de cela, seules cinq cabines de douche sont disponibles dans le camp - il n'est pas possible pour la plupart de se doucher régulièrement.

Près de 3 millions de personnes ont été touchées par Idai au Mozambique, au Zimbabwe et au Malawi. CARE est sur le terrain et se concentre sur la fourniture de kits d'assainissement et d'hygiène ainsi que de kits d'abris, de tentes et de moustiquaires aux personnes les plus touchées par la tempête et les inondations.

Vidéos éditées par Brooks Lee.