Sécheresse en Somalie : « Un cauchemar qui se répète » - CARE

Sécheresse en Somalie : "Un cauchemar qui se répète"

En raison du manque d'eau, de la baisse des rendements agricoles et du manque de revenus, plus de huit millions de personnes ont déjà dû fuir en Somalie, pour la plupart des femmes et des enfants. Toutes les photos : Saddam Mohamed/CARE

En raison du manque d'eau, de la baisse des rendements agricoles et du manque de revenus, plus de huit millions de personnes ont déjà dû fuir en Somalie, pour la plupart des femmes et des enfants. Toutes les photos : Saddam Mohamed/CARE

Avant la sécheresse de l'année dernière, Nurta Hassan Hussein, 25 ans, possédait 100 vaches et 80 chèvres. Mais en septembre 2021, il ne restait que trois vaches et cinq chèvres. Le manque d'eau et de pâturages a forcé Nurta et son premier enfant à quitter leur maison pour un camp de personnes déplacées à proximité de Dhobley.

"J'étais enceinte et malade quand nous sommes arrivés à Dhobley", dit Nurta. "Mon corps était faible et s'affaiblissait chaque jour. J'avais perdu de la graisse et des muscles à cause de la faim, et je me sentais fatigué, irritable et je n'arrivais pas à me concentrer. J'étais au lit la plupart du temps, incapable de marcher ou de faire mes tâches quotidiennes.

Alors que Nourta tentait de se redresser, les crises dans le reste du pays se multipliaient.

Famine possible

Maintenant, en 2022, après quatre saisons de pluie ratées et deux infestations de criquets pèlerins, ainsi que les effets économiques du COVID et de la guerre en Ukraine, les experts en sécurité alimentaire sont en saillie éventuelle famine.

Près de huit millions de personnes en Somalie souffrent désormais de graves pénuries alimentaires, plus de 200 enfants sont morts de malnutrition et des centaines de milliers de personnes ont été, comme Nurta, déplacées à la recherche de nourriture et d'eau.

Nurta Hassan Hussein, 25 ans, au centre de santé de Dhobley avec son aîné.
Nurta Hassan Hussein et sa fille à la clinique de santé de Dhobley.

La récupération prend du temps

« En octobre, je ne pouvais toujours pas marcher », raconte Nurta. "Alors ils m'ont conduit au centre de santé pour obtenir des soins médicaux."

Le centre de santé de Dhobley, où Nurta a été emmené, est géré par la Wajir South Development Association (WASDA) et soutenu par CARE International. Là, les professionnels de la santé proposent des programmes d'alimentation pour les nourrissons et les enfants, ainsi que des traitements pour les personnes souffrant de malnutrition aiguë modérée et sévère.

Quand elle est arrivée, l'infirmière a dit à Nurta que son taux d'hémoglobine était dangereusement bas et que son bras mesurait un peu plus de sept pouces de tour. Selon les experts médicaux, un faible taux d'hémoglobine peut entraîner une insuffisance cardiaque et, dans certains cas, la mort, tandis qu'un périmètre brachial (MUAC) inférieur à sept pouces et demi indique une malnutrition.

La clinique a fourni à Nurta des médicaments pour aider son hémoglobine, ainsi que des boosters nutritionnels comme des prunes pour lutter contre sa malnutrition.

« Après avoir reçu des soins au centre, ma santé s'est améliorée », dit Nurta. "Les vitamines et les fers ont aidé à augmenter mon taux d'hémoglobine, et lors de ma dernière visite, mon PB était passé à huit pouces et demi. En décembre, j'ai finalement été libéré.

La sécheresse a vu des milliers de familles être déplacées de leurs foyers tandis que plus de 700,000 XNUMX têtes de bétail ont été perdues.

Là où la crise frappe le plus

Alors que la crise humanitaire à plusieurs niveaux s'aggrave, des femmes comme Nurta en supportent le poids. Alors que de plus en plus de sources d'eau s'assèchent, les femmes et les filles sont obligées de parcourir de longues distances à pied et d'attendre de longues heures pour accéder à ce qui reste.

En outre, les coûts de l'eau ont augmenté en même temps que les prix du carburant, ce qui limite davantage l'accès pour de nombreux ménages vulnérables. L'élevage de bétail, qui constitue l'épine dorsale des revenus des familles comme Nurta, a été particulièrement touché. Des familles ont perdu des centaines de milliers d'animaux à cause du manque d'eau et de pâturages.

« Pour les communautés en Somalie, une autre famine est impensable », déclare Iman Abdullahi, directeur national de CARE Somalie/Somaliland.

"Pour les familles qui ont enduré la dernière famine, c'est un cauchemar qui se répète."

CARE intensifie sa réponse à la crise grâce à des programmes de santé et de nutrition comme celui de Dhobley, ainsi qu'une assistance en matière d'eau, d'assainissement et d'hygiène dans tout le pays. CARE fournit également un soutien alimentaire et des moyens de subsistance sous forme d'espèces et de bons, afin que les gens puissent choisir la meilleure façon de prioriser les finances de leur ménage.

"La communauté humanitaire a lancé divers avertissements et sonné l'alarme au cours des deux dernières années, mais nous n'avons pas réussi à éviter une catastrophe", a déclaré Deepmala Mahla, vice-présidente de CARE USA pour les affaires humanitaires. "Mais il n'est jamais trop tard pour réagir et sauver des vies."

 

Voir ce post sur Instagram

 

Une publication partagée par CARE (@careorg)

CARE espère que la réussite de Nurta deviendra l'une des nombreuses en Somalie, mais le besoin d'aide continue de croître.

"L'infirmière m'appelle toujours pour faire un suivi, et elle donne des médicaments et des conseils de santé", explique Nurta. « Maintenant, je peux m'occuper de mes enfants et je peux marcher et faire le travail quotidien dont ma famille a besoin. »

Pour en savoir plus sur le travail de CARE en Somalie, veuillez visiter la page d'intervention en cas de catastrophe de CARE.