Fondateur de l'Association des travailleurs domestiques de l'Équateur - CARE

Fondateur de l'Association des travailleurs domestiques de l'Équateur sur le pouvoir de l'organisation

«Nous devions nous unir.»

Maria Cruz Sanchez, 50 ans, est employée de maison en Équateur depuis son adolescence. Elle travaillait 15 heures par jour, six jours par semaine, vivant avec une famille, s'occupant de leurs enfants et préparant leurs repas - le tout pour 25 $ par mois. Elle se sent chanceuse parce qu'elle n'a pas été maltraitée. Beaucoup de ses amis n'ont pas eu cette chance, ne sont parfois pas payés et, pire encore, ont été agressés sexuellement par les personnes pour lesquelles ils travaillaient. Les temps changent pour ces femmes.

Aujourd'hui, Maria est mère de cinq enfants, nettoie deux maisons et dirige l'Association des travailleurs domestiques - une organisation unique en son genre qu'elle a aidé à former en 2003 pour défendre leurs droits. «Vous n'avez vraiment rien si vous êtes toute seule», dit Maria. «Nous devions nous unir. Au début, de nombreux membres avaient peur que leurs employeurs le découvrent, alors nous nous sommes tranquillement organisés. Désormais, ils sont les acteurs du changement qu'ils souhaitent dans leurs communautés. » Depuis leur organisation, les membres du groupe ont défilé dans les rues et ont rencontré le président équatorien pour affirmer leurs objectifs: reconnaître le travail domestique comme un vrai travail; créer un salaire minimum (375 $ / mois); et instaurer une journée de travail de huit heures.

L'Association des travailleurs domestiques est maintenant une organisation nationale opérant dans six provinces. Maria est occupée à rallier les femmes, car il reste encore beaucoup à faire. Même maintenant que les lois du travail existent, de nombreux employeurs ne respectent toujours pas le salaire minimum. «Nous voulons aider à améliorer la vie des femmes», dit Maria. «Lorsqu'une femme comprend ses droits, elle peut faire quelque chose.»