De réfugiée à pharmacienne, cette fille construit un avenir meilleur - CARE

De réfugiée à pharmacienne, cette fillette de 12 ans se construit un avenir meilleur

Photo: Nusrat Daud Pritha / CARE

Photo: Nusrat Daud Pritha / CARE

Photo: Nusrat Daud Pritha / CARE

Noor Kajol a été témoin d'atrocités indescriptibles en fuyant le Myanmar, mais la vie au Bangladesh lui donne de l'espoir.

Noor Kajol aime rester occupé. La fillette de 12 ans remplit ses journées à étudier l'arabe, à jouer à des jeux avec des amis et à faire de l'art. Réfugiée du Myanmar vivant maintenant dans un camp géré par CARE au Bangladesh, elle a quitté le Myanmar avec sa famille il y a un an dans la vague de centaines de milliers de réfugiés fuyant la violence extrême dans le pays. Elle a deux sœurs aînées et trois frères plus jeunes et, contrairement à tant d'enfants du camp, ses parents sont toujours en vie.

Sa famille vit dans un petit abri du camp sans électricité. Et bien que les abris soient chauds et deviennent faibles après les pluies, Noor Kajol dit que c'est une meilleure façon de vivre. Au Bangladesh, elle est capable de poursuivre ses études, de se promener librement, de jouer et de dessiner tout ce qu'elle veut. Elle se rend compte que si elle était restée au Myanmar, elle n'aurait peut-être pas survécu, et encore moins réaliser son rêve de devenir pharmacienne.

«Les filles qui terminent la 10e peuvent travailler dans les pharmacies. Je veux aussi travailler dans une pharmacie, ou devenir médecin si possible », dit-elle.

De nombreuses filles, dont Noor Kajol, ont été témoins d'atrocités telles que des viols et des morts violentes au Myanmar. En réponse, CARE gère ce que l'on appelle des espaces amis des femmes, des centres communautaires où les femmes et les enfants locaux peuvent trouver refuge, socialiser, rechercher des conseils et assister à diverses formations. De nombreux enfants ont perdu leurs parents et vivent maintenant comme orphelins dans les camps. Les espaces sont appréciés des enfants et des jeunes filles comme Noor Kajol, qui y viennent pour manger, jouer et se reposer.

des réfugiés du Myanmar sont des femmes et des enfants.

des réfugiés du Myanmar sont des femmes et des enfants.

La vie au Bangladesh donne de l'espoir à Noor Kajol. Elle garde son rêve de devenir médecin ou de travailler dans une pharmacie.

«Quand nous sommes arrivés au Bangladesh, nous avions très peur car c'était un endroit nouveau et inconnu, mais maintenant je suis heureux de pouvoir étudier et jouer ici sans crainte.»

Des filles comme Noor Kajol qui fuient les urgences risquent la violence et l'exploitation sur la route de la sécurité. Écoutez les histoires d'autres filles et signez la pétition pour les aider à être en sécurité dès le départ.