Les enfants réfugiés au Kenya continuent d'apprendre pendant le confinement - CARE

Comment les enfants réfugiés au Kenya continuent d'apprendre pendant le verrouillage du coronavirus

Photo : Amina Abdi

Photo : Amina Abdi

Photo : Amina Abdi

Au milieu des fermetures d'écoles et d'un verrouillage partiel au Kenya en raison du coronavirus, les enseignants diffusent leurs leçons à la radio dans le camp de réfugiés de Dadaab

«Comment épelez-vous les mots suivants: priorité, gouvernement, défenseur?» Demande Amina Abdi en s'appuyant sur un micro de Radio Gargaar dans le camp de réfugiés de Dadaab au Kenya.

Le contrôleur de la station lit un clip de musique entraînante. En quelques secondes, le téléphone de la salle de contrôle se met à sonner.

Mohammed appelle avec sa réponse, suivi de Fatma, Hassan et Khadija.

«Veuillez nous dire votre nom, d'où vous appelez et quelle école vous fréquentez?» Amina demande à chaque élève, avant d'épeler les mots à l'antenne.

Plus de 217,000 réfugiés vivent dans le camp de réfugiés de Dadaab au Kenya

Amina, une Somalienne-Kenyane, est une enseignante d'anglais et de swahili à l'école primaire d'Umoja dans le camp de Hagadera, l'un des trois camps de Dadaab, situé dans l'est du Kenya et qui abrite plus de 217,000 65 réfugiés, principalement de Somalie. Elle a travaillé comme enseignante dans le camp pendant les huit dernières années et a occupé divers postes, notamment en tant que partenaire pour l'éducation via CARE Kenya. En règle générale, elle enseigne à des classes allant jusqu'à XNUMX enfants à l'école élémentaire.

Le gouvernement kényan a fermé toutes les écoles à compter du 16 mars en raison de la pandémie de COVID-19. Aujourd'hui, de nombreux élèves de Dadaab restent à la maison, allument leurs radios et se connectent à Radio Gargaar pour leurs leçons avec des professeurs comme Amina.

 

Les enfants réfugiés savent que l'éducation est le seul moyen pour eux de poursuivre leur rêve.

.

«Les Somaliens aiment généralement écouter la BBC en somali, donc chaque famille ici doit avoir une radio pour écouter les nouvelles», dit Amina. «Nous avons pensé, ayons aussi nos leçons à travers la radio afin que nous puissions maintenant atteindre chaque enfant dans tous les coins du camp de réfugiés.»

Amina et ses collègues enseignants ont passé une semaine à se préparer à enseigner à l'antenne. Ils ont modifié leurs plans d'enseignement, appris à écrire des scripts radio et se sont mis à l'aise devant le microphone.

Au départ, Amina a donné des cours en direct à la station de radio à trois étudiants qui l'ont rejointe à l'antenne. Ce format a donné à Amina l'occasion de simuler un environnement de classe qui, selon elle, a encouragé les élèves.

«L'enfant à la maison le saurait… ce n'est pas seulement l'enseignant qui leur enseigne, mais ce sont aussi les filles et les garçons qui leur enseignent, alors ils seraient heureux», dit-elle.

Et les étudiants qui se sont portés volontaires à l'antenne ont attiré l'attention de leurs pairs. «Quand ils rentrent chez eux, d'autres enfants demandent: Êtes-vous celui [à la station de radio]? Étiez-vous celui qui nous enseignait?

Mais même s'ils ont utilisé des précautions appropriées telles que la distanciation sociale et le lavage des mains lors des premières émissions, Amina a décidé que l'approche la plus sûre était de garder les étudiants complètement éloignés. Elle a plutôt choisi de donner les leçons à l'antenne et d'accepter les appels des étudiants avec leurs réponses.

Photo : Amina Abdi
Photo : Amina Abdi

Bien qu'elle manque d'enseigner dans une salle de classe, Amina dit que c'est une bonne alternative.

«Ils ont cette soif d'éducation… Les enfants écoutent, ils sont totalement attentifs et la leçon se passe bien. Et il y a une pleine participation. La classe est tellement interactive et joyeuse », dit Amina.

Amina, qui enseigne de la quatrième à la huitième année, a des élèves de moins de 19 ans. Pour diverses raisons, de nombreux enfants réfugiés subissent des perturbations dans leur éducation. Maintenant qu'ils sont à l'école, il est impératif que leur éducation ne soit pas suspendue à cause du coronavirus, déclare le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR).

«[Les réfugiés] savent à quel point une perturbation de l'éducation est dévastatrice. Ils en ont fait l'expérience tout au long de leur vie de réfugiés », déclare Eujin Byun, porte-parole du HCR au Kenya. «Ils savent que l'éducation est la clé d'un avenir meilleur, en particulier les filles.»

Elle dit que les perturbations dans l'éducation dues au COVID-19 peuvent «retarder leur rêve», d'entrer dans une profession et de briser le cycle de la pauvreté.

Amina reconnaît que les enfants ont une courte durée d'attention, ce qui peut rendre difficile l'apprentissage par la radio, mais elle les encourage à prendre leurs études au sérieux en ce moment.

«C'est seulement l'école qui est fermée - pas d'étude et de révision, et pas vos livres», leur dit-elle à l'antenne.