L'impact de Covid sur les femmes, les filles et les réfugiés en Ouganda - CARE

Comment le coronavirus affecte les femmes, les filles et les réfugiés en Ouganda

Questions et réponses avec Apollo Gabazira, directeur pays de CARE Ouganda, sur les verrouillages, les restrictions et les défis que la pandémie pose aux plus vulnérables du pays.

Lorsque des cas de coronavirus ont commencé à apparaître en Afrique, le gouvernement ougandais a adopté certaines des réglementations les plus strictes du continent, fermant les frontières du pays et imposant un couvre-feu national.

Le pays a réduit la propagation du virus, avec 775 cas positifs et aucun décès au 9 juin. En Ouganda, comme dans de nombreux pays, les verrouillages ont un effet disproportionné sur les groupes vulnérables, entraînant une augmentation de la violence sexiste et l'élimination d'emplois, entre autres. Une personne sur trois dans le pays vit déjà dans l'extrême pauvreté, survivant avec moins de 2 dollars par jour.

En mai, le président Yoweri Museveni a déclaré que le pays allégerait «lentement et prudemment» les restrictions, après avoir «apprivoisé le virus». Alors que les entreprises commencent à rouvrir, les frontières et les écoles du pays resteront fermées, et l'utilisation du transport en commun et de la plupart des véhicules privés restera interdite, limitant les déplacements des personnes à pied ou à vélo.

Depuis son domicile à Kampala, le directeur pays de CARE Ouganda, Apollo Gabazira, a discuté du verrouillage, de la possibilité de se distancer physiquement et de l'impact du virus et des restrictions associées sur les femmes, les filles et les réfugiés en Ouganda.

1/3 des Ougandais survivent avec moins de 2 dollars par jour

Quelle a été la réponse de CARE Ouganda?
L'intervention humanitaire est au cœur de notre mandat, nous sommes donc profondément engagés dans la prévention-intervention contre les coronavirus dans les domaines dans lesquels nous travaillons. CARE Ouganda est là pour augmenter le travail du gouvernement.

Et même avec tous les défis et les risques, le gouvernement nous a donné des permis de mouvement afin que le personnel essentiel puisse accéder aux camps de réfugiés. Bien que notre mandat soit de le faire en tant que travailleurs humanitaires, nous ne pouvons ignorer que nous nous exposons et que nous devons atténuer le risque. Nous avons des fournitures d'équipement de protection individuelle et un conseiller pour le personnel de soutien. Nous recherchons tous les moyens possibles pour donner à notre personnel les moyens de remplir le mandat humanitaire de l'organisation, mais aussi de se sentir en sécurité.

CARE Ouganda est directement impliqué dans les campagnes d'information et d'éducation sur les risques. Les gens peuvent ne pas avoir de télévision ni d'électricité là où ils vivent, nous avons donc le devoir d'informer le public sur les dangers du coronavirus, en utilisant les médias appropriés. Par exemple, nous imprimons des affiches dans diverses langues locales pour informer les gens sur les pratiques et les conseils en matière de santé.

Quels groupes sont les plus vulnérables pendant cette pandémie et pourquoi?
Nous savons que les femmes et les filles souffrent le plus des crises et sont très vulnérables à la violence sexiste. Les réalités socioculturelles et la dynamique de pouvoir qui en résulte placent les femmes et les filles dans une position de servitude. En temps normal, nous nous attaquons aux causes sous-jacentes de ce déséquilibre des pouvoirs et nous y sommes parvenus. Mais étant donné la situation du COVID-19, nous continuons à fournir un soutien par téléphone et par le biais du personnel qui travaille dans les camps de réfugiés. Il y a des cas de violence sexiste, de violence entre partenaires intimes qui sont urgents, ils ne peuvent pas attendre. Nous devrions être là en personne, mais la vérité est que ce ne sera pas toujours possible.

Le gouvernement ougandais est généralement extrêmement réceptif aux réfugiés venant de n'importe quel pays, mais ils ont fermé leurs frontières. Nous espérons seulement que les frontières s'ouvriront aux réfugiés dès que possible, et nous pourrons les filtrer et les isoler par mesure de précaution. Entre-temps, nous espérons également que leurs droits de l’homme seront respectés et qu’ils seront traités avec dignité. C'est un territoire inconnu pour nous tous.

Si vous êtes déjà allé sur un marché africain, vous saurez qu'il n'y a littéralement pas d'espace entre les étals et les gens là-bas.

Apollon Gabazira

La distanciation sociale est-elle possible pour la personne moyenne vivant en Ouganda?
Cela varie considérablement selon la région. Dans les bidonvilles, la distanciation sociale n'est pas possible étant donné la proximité des gens. Cependant, les installations de réfugiés sont correctement planifiées et ce ne sera pas un problème aussi grave que dans les bidonvilles urbains congestionnés d'Ouganda. Mais il y a aussi un aspect socioculturel à la distanciation, ce qui la rend difficile.

Les gens sont très conscients du virus, ils ne se serrent donc pas la main. Il n'y a pas grand-chose que les gens puissent faire dans un bidonville pour se distancer physiquement lorsqu'ils vivent à un demi-mètre l'un de l'autre. Il y a une forte volonté de prendre des précautions, mais il y a des défis structurels dans ce sens.

À quoi vous préparez-vous dans les semaines et les mois à venir?
L'analyse et les projections de CARE Ouganda indiquent des milliers d'infections au plus haut niveau. Cela est conditionnel à ce que le gouvernement et ses partenaires, y compris les organisations de la société civile, conjuguent leurs efforts pour lutter efficacement contre la prévention. Nous savons que nos ressources sont limitées. L'Ouganda aura besoin d'aide. Je ne peux que lancer cet appel.

Le COVID-19 représente une menace sans précédent pour les personnes les plus vulnérables du monde, y compris les femmes et les filles déplacées.

Découvrez certaines de ces histoires de femmes et Fight With CARE en signant la pétition pour donner la priorité aux plus vulnérables dans une réponse mondiale au COVID-19.