Michelle Nunn sur COVID-19: 5 choses que nous pouvons faire - CARE

Michelle Nunn sur COVID-19: 5 choses que nous pouvons faire

La présidente-directrice générale de CARE USA, Michelle Nunn, partage cinq choses que nous pouvons faire pour ralentir la propagation du coronavirus.

Dans de nombreuses régions du monde, des maladies aussi mortelles que le COVID-19 ont déjà frappé. Pendant 75 ans, chez CARE, nous avons aidé dans les points chauds: en travaillant là où la famine, les conflits et les catastrophes frappent pour apporter une aide vitale et pour aider les communautés à se reconstruire plus fortes et plus résilientes. Nous étions en première ligne pour la crise d'Ebola en Afrique de l'Ouest et avons combattu les épidémies de choléra et de Zika dans certaines des communautés les plus vulnérables et les plus difficiles à atteindre au monde. Nous avons appris des leçons que nous pouvons appliquer - ensemble - pour empêcher un raz-de-marée COVID-19 de tuer des millions de personnes dans le sud du globe, mais nous devons agir maintenant.

Des endroits comme l'Inde et le Nigéria, où le virus se propage maintenant, sont densément peuplés et des millions de personnes vivent dans des quartiers exigus dans des bidonvilles sans accès à l'eau courante, à une électricité fiable ou à des installations sanitaires. Imaginez si chaque fois que vous vouliez vous laver les mains, vous deviez marcher trois kilomètres pour accéder à de l'eau propre. En Syrie et dans d'autres endroits où vivent des millions de réfugiés déplacés, les conditions sont souvent pires. Le camp de réfugiés de Cox's Bazar au Bangladesh abrite 855,000 19 personnes déplacées, et le seul centre de dépistage du COVID-10 dans le pays est à XNUMX heures de route. Comment ralentir la propagation de la maladie dans ces régions du monde? C'est plus difficile, mais c'est possible. Voici cinq choses que nous pouvons faire:

1. Apportez les bases: Savon, eau potable et autres produits ménagers pour l'hygiène personnelle.

Alors que nous sommes nombreux à nous laver les mains 10 fois ou plus par jour pour éviter de contracter ou de propager le virus, de nombreuses familles avec lesquelles nous travaillons sont incapables de donner à leurs enfants un bain dans de l'eau propre, même une fois par semaine. CARE et d'autres organisations de secours relèvent le défi dans des endroits comme le Mozambique, le Bangladesh, la Somalie et la Syrie. Nous fournissons du savon, installons des stations de lavage des mains et construisons des réservoirs de stockage d'eau.

Les femmes sont à l'avant-garde de la résilience communautaire et seront le pivot de ce combat.

michelle nunn

2. Renforcer l'infrastructure sanitaire de base

Si l'apparition et la propagation rapide de ce virus submergent les établissements de santé ici aux États-Unis, imaginez ce qu'il fera dans des endroits avec autant de personnes, mais moins d'un centième du nombre de médecins et d'infirmières, et de moins en moins et de moins bons soins de santé. installations. C'est intimidant. Pourtant, il existe des moyens d'aider à faire en sorte que les cliniques de santé et les hôpitaux existants servent les patients aussi efficacement que possible en prépositionnant les fournitures et en renforçant les processus d'assainissement pour minimiser l'infection, ce que CARE et d'autres font dans des endroits comme le Soudan du Sud et l'Éthiopie.

Nous avons appris de l'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest à quel point une pandémie peut faire peser un lourd tribut sur le personnel de santé lorsque les prestataires n'ont pas d'équipement de protection adéquat ou ne sont pas formés aux protocoles de protection: un prestataire sur 10 traitant Ebola est décédé. la maladie. La protection de notre personnel de première ligne est d'une importance capitale. Nous organisons des sessions de renforcement des capacités pour les membres de l'équipe médicale directement impliqués dans la préparation, la prévention et la réponse aux coronavirus en Cisjordanie et à Gaza, y compris les médecins, les infirmières et les agents de santé communautaires, ainsi que les gardiens des mesures générales d'hygiène.

Les 10 meilleures histoires de CARE en 2020

Des impacts sans précédent de la pandémie de COVID-19 à une saison électorale historique aux États-Unis, voici les histoires les plus populaires publiées par CARE cette année.

En savoir plus
20 histoires qui nous ont inspirés en 2020

Dans une année difficile, ces histoires ont offert espoir, force et inspiration.

En savoir plus

3. Autonomiser les femmes leaders locales

Les femmes sont à l'avant-garde de la résilience communautaire et seront le pivot de ce combat. Pourquoi? Parce que dans les communautés du monde entier, les femmes sont le ciment: elles prennent soin de leurs enfants et souvent de leurs proches vieillissants, gèrent le ménage, se soutiennent mutuellement, et leur agriculture ou leur commerce gagne le revenu quotidien qui se traduit par le repas du soir. Au cours de nos 75 années de travail humanitaire, CARE a appris à placer les femmes au centre en tant que moteurs du changement, et il est impératif que nous agissions en conséquence alors que nous relevons ce défi.

Au Sri Lanka, par exemple, les femmes chefs d'entreprise se réunissent pour consacrer leur temps et leurs ressources à prévenir la propagation du coronavirus. Un propriétaire d'un magasin de vêtements pour bébés a coordonné un effort avec d'autres femmes entrepreneurs pour produire 1,800 XNUMX masques réutilisables pour le gouvernement et livrer les masques cousus gratuitement aux habitants des zones reculées. Ces femmes ont pu non seulement aider à lutter contre le virus, mais aussi maintenir leur personnel - dont beaucoup étaient des femmes dirigées par des femmes - au travail.

Lorsqu'il s'agit d'un virus hautement contagieux, aucune communauté n'est en sécurité tant que chaque communauté n'est pas en sécurité.

michelle nunn

4. Combattre l '«infodémie» de désinformation

Les batailles d'Ebola et de Zika nous ont appris que la confiance de la communauté faisait la différence entre la vie et la mort: confiance dans l'information et acceptation de ceux qui offraient des conseils. Les médias sociaux peuvent être une voie importante vers des informations et des vidéos pratiques; cela peut aussi être une source de désinformation et de théories dangereuses. Nous mobilisons des volontaires communautaires dans des endroits comme le Nigéria, Haïti et le Népal pour faire du porte-à-porte avec des faits importants et des conseils pour aider à prévenir, répondre et atténuer les épidémies. Nous traduisons également les directives de l'Organisation mondiale de la santé dans les langues locales - et complétons les documents écrits par des publications à la radio et sur les réseaux sociaux.

5. Donnez un coup de main, élevez votre voix

Empêcher le raz-de-marée imminent du COVID-19 nous prendra tous. Il faudra que chacun suive les directives pour sa propre santé et sécurité pour arrêter la propagation. Il faudra notre plaidoyer collectif, notamment en encourageant la réponse des gouvernements américain et européen à inclure un financement supplémentaire pour la prévention et la réponse dans les contextes de développement et humanitaires. Et cela nécessitera le soutien financier d'individus, de fondations et d'entreprises, dont beaucoup répondent déjà à l'appel. Nous et d'autres travaillons avec des partenaires de confiance sur le terrain pour évaluer ce qui est nécessaire (et ce qui n'est PAS nécessaire) au niveau du pays et de la communauté, et adapter les programmes aux besoins. Nous ne réussirons pas sans eux. Et nous ne réussirons pas sans vous.

Permettez-moi de le répéter: lorsqu'il s'agit d'un virus hautement contagieux, aucune communauté n'est en sécurité tant que chaque communauté n'est pas en sécurité. Si nous agissons maintenant et agissons ensemble, nous sauvons des vies et, ce faisant, nous protégeons tous.