Les mères en Syrie font face à des choix impossibles - CARE

Les mères syriennes font face à des choix impossibles

Toutes les photos: Abdullah Hammam / Syria Resilience Consortium

Toutes les photos: Abdullah Hammam / Syria Resilience Consortium

Toutes les photos: Abdullah Hammam / Syria Resilience Consortium

«J'espère que mes enfants pourront retourner à l'école et vivre la vie qu'ils méritent.»

Deux mois avant le début de la guerre syrienne en 2011, le mari de Mariam * a eu une crise cardiaque et est décédé. Elle était enceinte à l'époque et a accouché peu de temps après, juste au moment où les combats ont commencé.

«Il a huit ans maintenant, comme la guerre», dit Mariam.

Mariam était toute seule, luttant pour survivre et joindre les deux bouts maintenant en tant que mère de quatre enfants. Elle a trouvé du travail dans une ferme et est devenue l'unique aidante et soutien de famille de sa famille. Elle gagne l'équivalent de 20 cents US par jour - à peine assez pour qu'elle et ses enfants survivent. Le soutien de CARE aux veuves, dans le cadre du Syria Resilience Consortium, l'a aidée à prendre un nouveau départ.

Mariam se souvient à quel point il lui a été difficile de travailler quelques mois seulement après avoir donné naissance à Mahmoud. «J'ai commencé à emmener Mahmoud avec moi sur le terrain alors qu'il n'avait que quelques semaines. Il pleurait tellement et j'avais peur que le propriétaire de la ferme me licencie. Elle a dû retirer sa fille aînée de l'école pour pouvoir prendre soin de son petit frère pendant que Mariam travaillait. «C'était si difficile pour moi, mais je n'avais pas le choix.»

Mariam vivait dans la peur constante de perdre la source de revenus de sa famille. «Je l'enveloppais dans un morceau de tissu et je le laissais avec ma fille. Quand il pleurait, je l'allaitais rapidement. J'ai prié pour que le propriétaire de la ferme ne me voie pas.

Elle a dû retirer ses deux enfants plus âgés de l'école pour aider à s'occuper des plus jeunes.

«Comment aurions-nous survécu autrement? Je peux endurer la faim, mais mes enfants ne le peuvent pas », dit-elle.

La fille aînée de Mariam travaille maintenant avec elle dans une ferme pour subvenir aux besoins de la famille.

"Ça me rend très triste. Mon fils aîné ne sait même pas lire ni écrire. S'il voit un panneau sur la route, il doit demander à sa sœur de le lui lire », dit-elle. «Chaque personne devrait avoir une enfance heureuse. C'est important pour notre avenir. Et je me sens tellement triste de ne pas pouvoir donner ça à mes enfants.

Le soutien de CARE aux veuves, dans le cadre du Syria Resilience Consortium, l'a aidée à prendre un nouveau départ. «Lorsque nous avons reçu les moutons, mes enfants et moi étions très heureux. Nous n'avions rien du tout. Cela signifiait tellement pour nous. L'une des brebis était même enceinte », dit-elle.

Mariam n'a plus besoin d'aller acheter du lait. Les brebis donnent suffisamment de lait pour elle et ses enfants. Au printemps, Mariam prévoit de tondre les moutons et de fabriquer des oreillers et des matelas pour gagner un peu plus d'argent.

Mariam est assise à côté de ses deux plus jeunes enfants dans la pièce où ils vivent.

«Mon seul espoir pour l'avenir est que mes enfants auront une vie meilleure. J'espère que nous vivrons dans un endroit où nous n'aurons pas à tout faire dans une petite pièce. Plus que tout, j'espère que mes enfants pourront retourner à l'école et vivre la vie qu'ils méritent.

* Les noms ont été changés.