icône (sur le bord gauche de l'écran) icône (sur le bord gauche de l'écran) icône (sur le bord gauche de l'écran) icône (sur le bord gauche de l'écran) icône (sur le bord gauche de l'écran) icône (sur le bord gauche de l'écran) icône (sur le bord gauche de l'écran)

Les communautés mozambicaines luttent sans nourriture ni abri suite au cyclone Kenneth

Crédit photo: Joseph Scott / CARE

Crédit photo: Joseph Scott / CARE

Crédit photo: Joseph Scott / CARE

Les femmes et les enfants particulièrement touchés par l'énorme tempête

Nhamu Sufu retient ses larmes en racontant comment elle a perdu sa maison et ses biens après que le cyclone Kenneth a frappé son village de Bangala, dans le district de Macomia au Mozambique, la semaine dernière. Nhamu, une mère enceinte de cinq enfants, possédait une maison de trois chambres. Kenneth a réduit la maison de Nhamu en décombres.

«C'est tout ce qui reste», dit-elle en désignant un tas de boue et de bâtons derrière elle. «Nous dormons en plein air depuis une semaine.»

Les pluies incessantes provoquées par le cyclone Kenneth continuent d'entraver les efforts de reconstruction. De nombreuses personnes ont érigé des structures de fortune en chaume en attendant que les conditions météorologiques se stabilisent. Beaucoup sont encore traumatisés par Kenneth et craignent que leurs maisons temporaires ne tiennent pas longtemps tant que la pluie persiste.

Communautés à court de nourriture

Nhamu et d'autres membres de sa communauté ont eu un bon rendement et s'attendaient à une meilleure récolte cette année. Mais le cyclone a frappé avant qu'elle et d'autres ne puissent transporter leurs récoltes vers des entrepôts dans des greniers. Le peu qu'ils ont réussi à récupérer risque de se gâter en raison des conditions humides.

«Je ne peux pas prendre le maïs pour la mouture car il est humide. Le soleil ne sort que quelques minutes avant de disparaître à nouveau. Et puis de fortes pluies suivent », dit Nhamu. «Nous avons faim et nous sommes à court d'options pour la restauration rapide. Nous survivons grâce aux citrouilles et aux ignames, mais elles s'épuisent lentement.

«Je ne pense pas que nous puissions survivre comme ça pendant une autre semaine.»

«La situation est assez désespérée», déclare Daw Mohamed, directeur humanitaire de CARE, qui coordonne la réponse à Cabo Delgado. «Lors de notre évaluation initiale au début de cette semaine, nous avons vu des gens très affamés. Certains pleurent pour de la nourriture car beaucoup d'entre eux n'ont pas mangé un bon repas pendant deux jours. Nous avons un besoin urgent de plus de soutien pour aider les personnes touchées à leur apporter une aide vitale. »

Risque élevé de maladies

Alors que les crues soudaines continuent d'inonder le village de Bangala, la plupart des puits peu profonds utilisés par la communauté ont été submergés, augmentant le risque de maladies d'origine hydrique comme le choléra.

La fille de Nhamu, âgée de 3 ans, a déjà souffert de diarrhée, probablement causée par de l'eau contaminée. Nhamu a commencé à faire bouillir son eau pour la rendre potable.

Pourtant, la menace de maladies transmises par les moustiques persiste. Sans abri, Nhamu et ses enfants sont particulièrement vulnérables.

«Je crains que dormir en plein air ne m’expose, moi et ma famille, à des maladies telles que le paludisme, qui peuvent entraîner des complications plus tard dans ma santé alors que je suis sur le point d’accoucher», dit Nhamu.

En plus du paludisme, le Mozambique présente également un risque élevé de dengue, de chikungunya et d'autres infections transmises par les moustiques.

CARE commence les distributions, plus en chemin

Au cours de la semaine dernière, CARE et ses partenaires ont distribué environ 1,300 XNUMX bâches à des familles dans le besoin à travers la province de Cabo Delgado. CARE apporte également plus de fournitures, y compris des kits familiaux, des tentes et des produits d'hygiène pour s'assurer que les personnes touchées disposent des éléments de base pour survivre.

L'ONU et les responsables locaux estiment que plus de 700,000 363,000 personnes dans la province ont été touchées par le cyclone Kenneth; environ XNUMX XNUMX sont des enfants qui ont besoin d'une assistance urgente.

Pour l'instant, Nhamu dit que ses espoirs reposent sur un soutien extérieur.

«Je ne pense pas que nous puissions survivre comme ça pendant une semaine de plus», dit-elle. «Nous avons besoin d'un abri et d'une nourriture convenables. Ma seule prière est que les sympathisants viennent m'aider car mes enfants n'ont pas mangé un bon repas depuis des jours.

Retour au sommet