L'histoire de Nadya : un anniversaire mémorable dans tous les mauvais sens - CARE

L'histoire de Nadya : un anniversaire mémorable dans tous les mauvais sens

Nadya, dont le nom signifie « espoir », a passé son 16e anniversaire à fuir sa ville natale de Mykolaïv, en Ukraine. Photo : Lucy Beck/CARE

Nadya, dont le nom signifie « espoir », a passé son 16e anniversaire à fuir sa ville natale de Mykolaïv, en Ukraine. Photo : Lucy Beck/CARE

Plus de 3.6 millions d'Ukrainiens ont fui la guerre, dont Nadya, qui a eu 16 ans la semaine dernière. Sa famille a fui son domicile à Mykolaïv, en Ukraine, et a traversé la frontière roumaine le jour de son anniversaire.

Un membre du personnel à court terme de CARE a aidé Nadya et sa famille à transporter leurs effets personnels dans la voiture d'un ami qui les conduisait en Bulgarie, où ils resteront pendant qu'ils élaborent les prochaines étapes. Photo : Lucy Beck/CARE

« La situation était vraiment, vraiment mauvaise à Mykolaïv, à partir du 7 mars. Ils attaquaient avec des roquettes, des mitrailleuses de gros calibre. Une des maisons de mon ami a même été touchée par une grenade et détruite, heureusement qu'il était déjà parti en Pologne.

« Mykolaïv a été attaqué tous les jours pendant deux semaines avec seulement une heure de pause. C'était tellement effrayant là-bas. Le jour de notre départ était le premier jour calme depuis le début de la guerre.

« Je voyage avec ma grand-mère, ma mère et mon petit frère.

Photos : Lucy Beck/CARE

"Nous avons fait un très long trajet jusqu'en Roumanie avec beaucoup d'embouteillages tout le long du trajet. Maintenant, nous avons encore huit heures pour arriver en Bulgarie. La chose la plus importante est d'être en sécurité. Nous allons en Bulgarie, puis peut-être en Allemagne ou au Royaume-Uni.

« J'étudie à l'Académie de la créativité des enfants en Ukraine ; nous sommes en vacances jusqu'au 25 mars mais après je ne sais pas ce qui va se passer.

Les partenaires de CARE en Roumanie soutiennent le point frontière d'Isaccea avec des articles de secours, y compris des articles pour bébés et enfants. Ils aideront également à la coordination et à la gestion du processus d'arrivée et du centre pour les Ukrainiens nouvellement arrivés à la recherche d'une assistance et pour se rendre dans d'autres pays. Photo : Lucy Beck/CARE

Le partenaire de CARE a fourni à la famille de Nadya des couches pour son petit frère Vova et a aidé à déplacer leurs affaires dans la voiture d'un ami, qui les conduira en Bulgarie pendant qu'ils planifient leurs prochaines étapes. SERA, partenaire de CARE en Roumanie, forme également 200 psychologues pour aider les réfugiés à surmonter le traumatisme de la guerre et du déplacement. De la nourriture, des articles d'hygiène, des matelas et des couvertures sont également fournis.

Histoires connexes

Exode ukrainien : des réfugiés partagent leurs histoires poignantes

Près de trois millions de réfugiés ukrainiens, principalement des femmes, des enfants et des personnes âgées, ont fui le pays depuis l'invasion russe du 24 février. De plus en plus de personnes affluent en Pologne, en Roumanie, en Slovaquie et en Moldavie chaque jour qui passe. Les Ukrainiens ont fait preuve d'une résilience extraordinaire et les pays voisins les ont accueillis avec une générosité rarement accordée. En savoir plus

En savoir plus

Conflit en Ukraine : la flambée des prix des denrées alimentaires et du carburant menace le bien-être de millions de personnes en Afrique de l'Est, du Centre et de la Corne de l'Afrique

Alors que le conflit en Ukraine se poursuit, à des centaines de kilomètres de là, les communautés africaines en ressentent les effets d'entraînement. Dans toute la région de l'Afrique orientale, centrale et australe, les citoyens ordinaires subissent les effets initiaux alors même que les indicateurs et les analystes indiquent des répercussions encore plus néfastes sur la région au cours des six prochains mois. En savoir plus

En savoir plus

La crise en Ukraine augmente le risque de traite, d'exploitation et de décès maternels, prévient CARE

En quelques jours, les violences en Ukraine ont déplacé plus de quatre millions de personnes. Beaucoup ont choisi de partir pour la Pologne, mais face à l'arrivée massive de réfugiés, les frontières sont saturées. Beaucoup ont donc décidé de se tourner vers le sud pour trouver refuge en Roumanie. L'ONG CARE et son partenaire roumain SERA sont sur le terrain au poste frontière d'Isaccea, se préparant à fournir une assistance. En savoir plus

En savoir plus