Les militants écologistes font la différence en Afrique - CARE

Trois militants écologistes qui font une différence en Afrique et dans le monde

Une militante pour le climat dans un serre-tête se tient devant un fond de marque CARE

Photo: Guy Bell / CARE 2020

Photo: Guy Bell / CARE 2020

Des militants au Ghana, au Kenya et en Ouganda aident à montrer la voie en plaidant pour les problèmes environnementaux et la justice climatique.

Le vendredi 25 septembre, des gens du monde entier ont participé à la Journée mondiale de l'action pour le climat et à une grève pour exiger une action contre le changement climatique. À ce jour, les manifestations, inspirées en grande partie par la militante suédoise pour le climat Greta Thunberg et son mouvement Fridays For Future, ont eu lieu sur tous les continents et ont impliqué plus de 13 millions de personnes.

En Afrique, des militants tels que feu Wangari Maathai, un activiste environnemental et politique kenyan qui a commencé à manifester sur les questions environnementales dans les années 70, ont ouvert la voie à une nouvelle génération d'activistes. Rencontrez trois militants écologistes africains qui agissent dans leurs communautés et mobilisent leurs pairs pour se rallier à la justice climatique.

Un activiste climatique se tient devant un lutrin transparent.
Photo: Julie Edwards / CARE 2020

Hilda Flavia je suis désolé

Pendant des années, Hilda Flavia Nakabuye a vu sa famille lutter pour faire pousser des cultures dans le district de Masaa en Ouganda au milieu de changements climatiques tels que de graves sécheresses.

«Je me souviens que ma grand-mère pleurait à chaque fois qu'elle passait devant le jardin, pensant que nous étions maudits par les dieux. Nous ne savions pas [du] changement climatique », dit Hilda.

«Ma famille a tout perdu à cause du changement climatique.»

En 2017, alors que la situation empirait, la famille d'Hilda n'a pas pu payer ses frais de scolarité et elle a raté trois mois d'école. La famille a eu du mal à joindre les deux bouts et a finalement vendu toutes ses terres et son bétail.

«Ma famille a tout perdu», dit Hilda.

Par hasard, Hilda a entendu parler d'un forum organisé par un groupe environnemental local sur le changement climatique et y a assisté par curiosité. Elle a rapidement fait le lien entre le changement climatique et la lutte de sa famille et s'est engagée à passer sa vie à œuvrer pour la justice climatique. Hilda a commencé à se renseigner sur le changement climatique et est tombée sur les publications de Greta Thunberg sur Twitter. Inspiré par le mouvement de grève pour le climat, Hilda a fondé Vendredis pour le futur Ouganda et a mobilisé les étudiants ougandais pour qu'ils fassent grève pour l'action climatique en sautant les cours du vendredi en solidarité avec les jeunes du monde entier.

6 millions de personnes dans le monde ont participé à des manifestations contre le changement climatique

Hilda, 23 ans, aujourd'hui militante de premier plan pour les droits du climat et de l'environnement, a pris la parole lors de conférences internationales telles que la COP25 et le C40, appelant les dirigeants mondiaux à agir sur le changement climatique.

Elle a été franc sur la nécessité de l'égalité des sexes et de la diversité raciale dans le mouvement pour le changement climatique. Dans le cadre de la campagne # March4Women de CARE International, un mouvement mondial pour l'égalité des sexes, Hilda a déclaré: «Il n'est pas possible d'avoir l'égalité pour les filles et les femmes sans justice climatique.

«Nos actions d'aujourd'hui déterminent nos vies de demain.»

Les femmes sont touchées de manière disproportionnée par le changement climatique. Selon les chiffres de l'ONU, 80% des personnes déplacées par le changement climatique sont des femmes. Les inégalités entre les sexes telles que l'accès à la terre, la division inégale du travail et le pouvoir de décision influencent la manière dont les femmes sont affectées par la crise climatique et peuvent y répondre.

Les femmes et les filles mènent la lutte contre le changement climatique

Deux femmes portent des feuilles de tôle ondulée.

«L'espoir réside en nous - nous, le peuple. Nos actions d'aujourd'hui déterminent nos vies de demain », déclare Hilda. «Il y a du travail à faire, des vies à sauver, des futurs à garder, des plans d'eau à préserver, des forêts à sauver, parce que notre terre nue est si méritante et exigeante que nous devons lui rendre justice avec tout ce que nous avons.

#TwitterTakeover! Hilda Flavia Nakabuye, @NakabuyeHildaF des vendredis pour Future Uganda, et Sohanur Rahman, @SohanYouthNet de Fridays for Future Bangladesh, prendra le relais @CAREClimate lors de la Journée mondiale de l'action pour le climat le vendredi 9/25/20. Accorder!


 

Une jeune militante du climat attend avec impatience avec un sac en tissu sur son épaule.
CRÉDIT: avec l'aimable autorisation de Portia Adu-Mensah

Portia Adu-Mensah

En 2015, lorsque Portia Adu-Mensah a entendu parler d'un projet de centrale au charbon situé à Ekumfi Aboano, dans la région centrale du Ghana, elle savait qu'elle devait rallier les gens contre elle.

«Je suis allée en Afrique du Sud pour voir l'impact du charbon sur les communautés et les gens souffrent vraiment à cause de la création du charbon», dit-elle. Portia a entendu directement des personnes confrontées à des problèmes de santé, notamment des problèmes respiratoires et cardiaques, et un retard de développement chez les enfants. «Je savais que je ne permettrais pas que cela arrive à nos gens», dit-elle à propos de la centrale à charbon proposée.

Portia, alors âgée de 29 ans, était la coordinatrice nationale d'un groupe appelé 350 Ghana - Reducing Our Carbon (G-ROC), une organisation dirigée par des jeunes créée en 2013 dans le but de défendre les énergies renouvelables et d'éliminer les combustibles fossiles. Portia, membre fondateur du groupe, a mobilisé les jeunes et les organisations environnementales contre le projet de centrale à charbon. Ils ont écrit des lettres, contacté le régulateur national de l'énergie du Ghana et organisé des réunions en personne avec la communauté d'Ekumfi Aboano.

«Nous avons reçu le message [des membres de la communauté] qu'il y avait un message du sommet selon lequel tout chef qui nous rencontrera sera en difficulté, nous devions donc revoir notre stratégie.»

des personnes déplacées par le changement climatique sont des femmes

des personnes déplacées par le changement climatique sont des femmes

Portia s'est tournée vers des journalistes, parlant publiquement des dommages qu'une centrale au charbon causerait à Ekumfi Aboano. Elle a partagé des études de cas avec des membres de la communauté pour les informer sur les dangers potentiels et les possibilités d'alternatives énergétiques propres. Avec la pression croissante du public, le gouvernement a annulé les projets de construction de l'usine.

Les membres de Portia et du G-ROC continuent de défendre les énergies renouvelables et ont fourni des banques d'énergie solaire et des ampoules solaires à des groupes de femmes. Portia fait également pression sur le gouvernement ghanéen pour qu'il révise la loi sur les énergies renouvelables, qui, selon elle, a désespérément besoin d'une mise à jour.

«Je pense que le changement climatique est l'affaire de tous. En tant que Ghanéens, nous pensons que le changement climatique est loin de nous », déclare Portia. Tout en s'efforçant d'éduquer les autres sur les problèmes environnementaux, Portia surveille également les entreprises dont les intérêts peuvent nuire.

«Je ne veux pas que les entreprises viennent dans les communautés et y déposent leurs idées, car en fin de compte, [les membres de la communauté] sont ceux qui vont vivre avec les effets négatifs.»


 

Un groupe de cinq adultes et enfants plante un petit arbre.
CRÉDIT: avec l'aimable autorisation d'Ellyanne Wanjiku

Ellyanne Wanjiku

À neuf ans, Ellyanne Wanjiku (à gauche) a été le moteur de la plantation de 250,000 2004 arbres au Kenya. Quand Ellyanne était à la maternelle, elle a entendu parler de l'activiste environnementale kenyane Wangari Maathai, qui a farouchement défendu les terres publiques contre les plans de développement du gouvernement et, par le biais de son organisation à but non lucratif, le Green Belt Movement, a payé des femmes pour planter des pépinières dans tout le pays. Inspirée par la lauréate du prix Nobel de la paix XNUMX, Ellyanne a décidé de suivre ses traces en plantant des arbres.

Au début, la mère d'Ellyanne, Dorothy Githae, n'aimait pas l'idée. «J'étais bouleversé et [je me suis demandé]: qu'est-ce que les arbres vont faire pour vous?»

Ellyanne était catégorique. «Que ferions-nous sans les arbres? Nous ne pouvons rien faire parce que les arbres nous donnent de l'oxygène », a-t-elle dit à sa mère.

«Parce qu'elle était si persistante, j'ai dit de faire celle à la maison, de la planter dans le jardin et de me laisser tranquille», dit Dorothy.

Après avoir planté son premier arbre - un oranger dans la cour arrière de la famille - Ellyanne a trouvé des moyens de continuer à en planter davantage. Avec sa permission, elle a commencé à planter des arbres dans la forêt de Karura à Nairobi avec des amis et a finalement été invitée à organiser des activités de plantation d'arbres pour les entreprises dans le cadre d'événements de consolidation d'équipe et d'activités de responsabilité sociale des entreprises.

Ellyanne, qui utilise son allocation pour acheter des semis, dit qu'elle plante maintenant des arbres «presque tout le temps - enfin, pas tout le temps parce que je dois étudier».

En 2016, elle a fondé l'organisation à but non lucratif Children With Nature et a mis en place des pépinières d'arbres dans 80 écoles publiques de communautés où les enfants manquent de repas nutritifs. Grâce à ce partenariat, les enfants plantent des semis dans des sacs à l'école, les nourrissent au fur et à mesure qu'ils deviennent des arbres, et les écoles vendent les semis dans leur communauté pour générer des revenus. De plus, les élèves - dont certains disent que Dorothy dit ne pas dîner à la maison - plantent des arbres fruitiers à l'école, afin qu'ils puissent avoir accès à des fruits gratuits et riches en nutriments.

Grâce à son organisation et à ses allocutions dans les écoles primaires, Ellyanne éduque souvent d'autres enfants sur le changement climatique, la déforestation et la pollution plastique. Elle leur dit de commencer à prendre de petites mesures pour être soucieux de l'environnement.

«Continuez à faire ce que vous pouvez faire et chaque fois que vous êtes libre, pensez à la terre», dit-elle. «Si vous allez dans un endroit avec beaucoup de plastique, peut-être que vous pouvez simplement en ramasser.»

Le changement climatique a provoqué 70% des cas de personnes déplacées de leur domicile en 2019: rapport

Selon un nouveau rapport de l'organisation humanitaire à but non lucratif CARE International, les déplacements liés au changement climatique augmentent dans le monde entier, exacerbant les inégalités mondiales et nuisent de manière disproportionnée aux femmes et aux filles.

En savoir plus
Un nouveau rapport de CARE appelle à une réponse urgente et transformatrice de genre face au déplacement climatique

(7 juillet 2020) - Aujourd'hui, l'organisation d'aide internationale CARE a lancé un nouveau rapport mettant en évidence les causes et les conséquences des déplacements induits par le climat et le besoin urgent d'une réponse transformatrice de genre.

En savoir plus