Exode ukrainien : des réfugiés partagent leurs histoires poignantes - CARE

Exode ukrainien : des réfugiés partagent leurs histoires poignantes

Une femme âgée tient sa tête dans ses mains dans une rue bondée de Przemysl, en Pologne, après avoir traversé la frontière ukrainienne. Photo : Adrienne Surprenant/MYOP

Une femme âgée tient sa tête dans ses mains dans une rue bondée de Przemysl, en Pologne, après avoir traversé la frontière ukrainienne. Photo : Adrienne Surprenant/MYOP

Près de trois millions de réfugiés ukrainiens, principalement des femmes, des enfants et des personnes âgées, ont fui le pays depuis l'invasion russe du 24 février. De plus en plus de personnes affluent en Pologne, en Roumanie, en Slovaquie et en Moldavie chaque jour qui passe. Les Ukrainiens ont fait preuve d'une résilience extraordinaire et les pays voisins les ont accueillis avec une générosité rarement accordée.

Photo: Valerio Muscella
Photo : Adrienne Surprenant/MYOP
Photo : Adrienne Surprenant /MYOP
Photo : Adrienne Surprenant /MYOP

 

Cependant, à mesure que le conflit se rapproche du premier mois anniversaire, les ressources des pays voisins commencent à s'épuiser. CARE s'efforce de fournir de la nourriture, de l'eau, des kits d'hygiène, un soutien psychosocial et une aide en espèces par l'intermédiaire de nos partenaires.

Chaque déplacé a vécu le conflit différemment. Certains sont très vieux ou très jeunes. Certains sont des ressortissants de pays tiers. Certains sont confrontés à des problèmes de santé graves ou à des circonstances atténuantes.

Voici quelques-unes de leurs histoires.

Photo: Lucy Beck / CARE

Roumanie
"Comment pourrais-je rester?"
Trois générations de femmes trouvent refuge à Sighet

Oleksandra, 81 ans, sa fille Elena, 53 ans, et sa petite-fille Vika, 22 ans, sirotent un thé chaud dans un refuge sûr conçu pour les personnes handicapées établi par le partenaire roumain de CARE, Star of Hope, au poste frontière de Sighet. Oleksandra souffre de diabète de type 2 et a effectué la dernière étape de son voyage vers la frontière dans un fauteuil roulant fourni par des bénévoles.

Quelques jours après l'invasion, Vika a voyagé de Kiev à Tchernivtsi, dans l'ouest de l'Ukraine, pour aider sa mère et sa grand-mère à évacuer. Les trois femmes ont pleuré lorsque Vika a décrit leur voyage long et dangereux. « Nous avons essayé de voyager en voiture avec un homme qui transporte des personnes handicapées, mais il n'avait pas assez de papiers, donc au final nous avons dû venir en bus et à pied, ce qui a pris trois heures », raconte-t-elle. « Mais nous avons lutté avec ma grand-mère, car elle était vraiment faible et ne pouvait pas marcher parce qu'elle avait tellement peur. Alors nous la tenions sous ses bras et la portions. Nous avions vraiment peur; nous n'étions pas sûrs que ma grand-mère survivrait, mais des volontaires de l'intérieur de l'Ukraine nous ont également aidés. La route était vraiment mauvaise.

Photo: Lucy Beck / CARE

"J'espère que maintenant le voyage est terminé, que le pire est passé, mais je suis vraiment fatigué. J'étais tellement inquiète pour ma famille. Les gens ont demandé à ma mère en cours de route comment elle pouvait venir, sur une route aussi difficile, et avec ma grand-mère qui a de tels handicaps, mais ma mère disait : 'comment pourrais-je rester ?' »

Les volontaires ont ensuite pu organiser le transport jusqu'à un refuge et se rendre ensuite à la frontière polonaise où le gendre d'Oleksandra viendra les chercher et les emmener dans son appartement en Pologne et en lieu sûr.

Vika planifie déjà son retour en Ukraine. Elle envisage de se battre pour son pays, puis de reprendre son travail de spécialiste du marketing en ligne et de retrouver son chat, qui a été laissé pour compte. « Après cela, je reviendrai, me porter volontaire pour aider mon pays. Une fois que je saurai qu'ils sont en sécurité et pris en charge, je repartirai tout de suite - c'est mon pays, ma terre. Bien sûr, j'ai peur, mais maintenant mes parents, ma famille sont en sécurité, donc maintenant je n'ai plus à m'inquiéter pour personne d'autre que moi. Tout le monde a peur, mais pour nous l'alternative, si la Russie réussit, c'est pire. S'il s'avère que la seule chose qui reste est de se battre, alors je suis prêt à me battre, mais pour l'instant je veux aider en faisant du bénévolat.

CARE soutient Star of Hope et nos partenaires ont commencé une formation en soutien psychosocial le 8 mars, Journée internationale de la femme.

Photo: Lucy Beck / CARE

Roumanie
Nadia, 15 ans
"Mais je me demande quand la guerre finira et je pourrai retourner voir mes amis."

Nadya est assise dans un refuge bondé de Bucarest et réfléchit à son avenir, après s'être échappée d'Odessa avec sa mère, Nga, sa tante Hanh, sa cousine Katya et l'amie de sa mère, Dung. Comme la plupart des jeunes de 15 ans, Nadya s'ennuie déjà de ses amis et de son ordinateur, trop lourd à transporter.

« Les gens ici [au refuge] sont si amicaux et gentils, je me sens en sécurité ici, mais je m'ennuie aussi car il n'y a pas grand-chose à faire et mes amis et l'école me manquent. Je tiens à remercier toutes les personnes qui nous ont aidés depuis que nous sommes arrivés ici. A Odessa, c'était très dangereux ; nous avons entendu des bombes près de la maison et nous devions courir et nous cacher, parfois quand nous faisions cela, les gens venaient à la maison et essayaient de la voler également, alors ma mère a décidé de partir.

L'Ukraine est la patrie de Nadya, qui a quitté le Vietnam avec sa famille à l'âge de trois ans. Elle chérit un souvenir fait à la main qu'un ami a fait pour l'aider à se souvenir de sa vie ukrainienne. "Ma meilleure amie Diana m'a fait un cadeau spécial - un petit livre avec tous nos souvenirs, dessins et conversations, qui... est mon bien le plus important ici."

« Mais je me demande quand la guerre finira et je pourrai retourner voir mes amis. Pour l'instant, nous irons temporairement au Vietnam (au Viet Tri) car ma mère est trop inquiète de la guerre pour revenir, mais je veux retourner en Ukraine dès que possible. C'est ma maison. Pour l'instant, nous attendons simplement que l'ambassade organise les vols de retour », a-t-elle déclaré.

 Le refuge d'une capacité de 150 places est une salle de sport reconvertie. La capacité peut être étendue à 175 en ajoutant jusqu'à 25 matelas au sol. La plupart des gens ne restent pas longtemps ; quelques heures à quelques jours. Il y a un roulement élevé avec de nombreuses personnes qui arrivent la nuit ou tôt le matin. Le centre dépend des approvisionnements de ses propres réserves ainsi que des dons des entreprises et des communautés locales et des ONG. Le partenaire de CARE, SERA, fait don de vêtements et d'autres articles de base pour soutenir le centre.

De nombreux résidents du refuge sont des ressortissants de pays tiers comme Nadya et sa famille, qui restent parfois plus longtemps, tout en naviguant dans les exigences légales compliquées du retour dans leur pays d'origine via leurs ambassades respectives. Le centre accueille actuellement un mélange de Vietnamiens, d'Azerbaïdjanais, d'Arméniens et de Turkmènes, ainsi que d'Ukrainiens.

Photo : Adrienne Surprenant/MYOP

Williams Amoakoheme Ababio, 27 ans, également ressortissant d'un pays tiers, craint d'être séparé de sa famille.

Williams est venu du Ghana pour étudier puis travailler en Ukraine, où il a rencontré sa femme Airapetryan Sattennilc, 27 ans. Le couple a deux jeunes enfants, Martin, 7 ans, et Richard, 1. Bien qu'ils soient maintenant ensemble dans un refuge polonais de la ville. de Przemsyl, la famille a déjà été séparée une fois alors qu'elle tentait de fuir l'avancée russe. Finalement, ils ont été réunis et ont pu prendre le train Lviv-Pzermysl à travers la frontière polonaise.

Photo: Lucy Beck / CARE

Roumanie
Lydia : une décision difficile
« Vive l'Ukraine ! C'est ainsi que maintenant nous nous saluons et nous saluons dans la rue.

Lydia, une veuve de 64 ans, et son amie Sylvia, 73 ans, se sont enfuies en Roumanie depuis Nikolaev dans le sud de l'Ukraine avec le mari de Sylvia. Ils séjournent dans le même refuge de Bucarest que Nadya (décrit ci-dessus). La décision de partir a été très difficile pour Lydia puisque le reste de sa famille a choisi de rester en Ukraine. Elle n'est partie qu'à la demande de ses enfants.

"Nos enfants nous ont dit que nous devions quitter le pays pour être en sécurité et pour qu'ils puissent rester et se battre sans avoir à s'inquiéter pour nous", a-t-elle déclaré. « Nous ne voulions pas quitter notre pays, mais nos enfants nous ont poussés à partir. Quand nous étions de retour à Nikolaev, nous entendions souvent des bombes. Je pense tout le temps à mon fils, je suis tellement inquiète, je ne peux pas dormir la nuit, je suis tellement inquiète, comme toute mère dans cette situation. Je me sentais tellement mal de quitter ma maison, et même maintenant, je n'arrive pas à croire que je suis vraiment parti - ça ne me semble pas réel. Je suis inquiet pour tout le pays et pour tout le monde là-bas. Il y a tellement de villages détruits par les bombes là-bas, les gens n'ont rien – rien à manger, rien à boire, nulle part où se loger.

Lydia a un fils, Alexandrei, 39 ans, qui est resté en Ukraine pour se battre. Sa femme et ses deux enfants sont également restés avec lui; bien qu'il les ait exhortés à partir également. Ils ont refusé, préférant rester dans leur propre pays.

Lydia se dirige vers la France avec Sylvia et espère rester avec des amis qui y vivent déjà. Comme, Nadya, ils rêvent d'un retour rapide en Ukraine.

« Il nous a fallu une journée pour arriver ici en bus. Nous sommes très heureux ici [au refuge] avec toute l'aide que nous avons reçue… Nous sommes très reconnaissants envers les bénévoles qui nous ont beaucoup aidés. J'espère que demain nous pourrons partir. Et j'espère que nous n'aurons pas à rester trop longtemps en France et que nous pourrons revenir. Nous n'avons pas apporté grand-chose avec nous car nous espérons rentrer bientôt à la maison. "Vive l'Ukraine !" – c'est ainsi que nous nous saluons et nous saluons maintenant dans la rue. Nous aimons l'Ukraine, c'est notre maison. Nous sommes reconnaissants à tous les pays et à toutes les personnes qui s'inquiètent pour l'Ukraine et la situation là-bas.

Photo : Adrienne Surprenant/MYOP

Pologne
Tatiana : deux fois déplacée
"Je ne peux pas dormir, j'ai la panique à l'intérieur."

Début mars, Tatiana Ganchou, 62 ans, une réfugiée ukrainienne, a rejoint des millions d'autres qui se dirigeaient vers la Pologne avant l'avancée russe. Mais ce n'était pas la première fois que Tatiana était brusquement chassée de chez elle. En 1986, elle était une jeune fille vivant à Pripyat, la ville la plus proche de la centrale nucléaire de Tchernobyl. Lorsque le noyau a fondu et libéré une énorme quantité de matières radioactives, telles que le corium, l'uranium et le plutonium, sa famille a fait partie d'un exode massif.

Tchernobyl est considéré comme l'un des pires accidents nucléaires de l'histoire en termes de victimes et de coûts. Le nettoyage final de la zone de Tchernobyl est toujours en cours et les déchets radioactifs continuent de couver. Cette catastrophe a entraîné l'évacuation d'au moins 100,000 40 personnes, dont la famille de Tatiana. Elle se souvient avoir « tout quitté », alors qu'elle repose dans un refuge à Przemsyl, en Pologne, près de XNUMX ans plus tard.

« Je ne peux pas dormir, j'ai la panique à l'intérieur. J'ai peur que tout se reproduise comme à Tchernobyl. J'ai le même sentiment que j'avais alors », a-t-elle déclaré.

Elle espère rejoindre soit sa fille qui vit à Varsovie, soit son fils qui vit en Allemagne.

 

Lucy Beck, Laura Noel et Adrienne Surprenant ont contribué à cette histoire.