Stations d'eau, fabrication de charbon de bois, gestion des terres, etc. - CARE

Stations d'eau, fabrication de charbon de bois, gestion des terres, etc.

David Mutua/CARE

David Mutua/CARE

Renforcer la résilience dans le comté aride de Mandera au Kenya

Le comté de Mandera est une région aride du nord-est du Kenya, à la frontière de l'Éthiopie et de la Somalie, où les habitants luttent régulièrement contre les effets de la sécheresse, du surpâturage et du COVID-19, ainsi que contre une espèce végétale envahissante omniprésente.

Parce que ces défis et d'autres compliquent les moyens de subsistance pastoraux et agricoles, un partenariat régional entre CARE, World Vision et le Conseil danois pour les réfugiés a aidé les gens à trouver des solutions. Financé par le Fonds fiduciaire de l'Union européenne pour l'Afrique, le projet BORESHA (Building Opportunities for Resilience in the Horn of Africa) vise à renforcer les marchés et le commerce, à développer les compétences commerciales et à améliorer la gestion des ressources naturelles.

Certaines de ces solutions comprennent des puits et des pompes à eau à énergie solaire, un pâturage contrôlé, des émissions de radio d'information, des fournitures d'hygiène et même l'apiculture.

'Mathenge' - l'usine passe de la gêne à l'atout

Prosopis juliflora, appelé "Mathenge" par les locaux, a été importé d'Amérique du Sud dans les années 1970 avec les meilleures intentions. On espérait que la plante aiderait à la production de miel, fournirait de l'ombre, servirait de coupe-vent, fournirait du bois de chauffage et des matériaux de construction. Au lieu de cela, l'arbuste épineux - qui nécessite peu d'eau - a pris le dessus, entraînant des conséquences inattendues.

Les épines piquent les sabots des vaches et des ânes, et lorsque les gousses vertes de la plante sont consommées crues, elles peuvent être mortelles pour le bétail. Il a également consommé des terres agricoles.

Beaucoup ont subi les dégâts de Mathenge de première main, ayant perdu des animaux de ferme au profit de l'usine. Dans cette région aride, où 72 pour cent de la population vit de l'élevage, toute perte de bétail a un impact majeur sur les familles.

Mathenge ne peut pas non plus être facilement éliminé, alors CARE et ses partenaires se sont mis à trouver des moyens de l'utiliser, en le transformant à la fois en combustible de cuisson et en aliment pour animaux.

"Du Prosopis arbuste, nous ramassions les gousses, les séchions et les broyions avec de l'herbe sur le broyeur, mélangeions le mélange avec de l'eau, puis procédions à la fabrication d'aliments qui peuvent être stockés et donnés aux animaux », nous dit Mohamed Sheihk Hosman. "Étant donné que l'arbuste de Mathenge survit même pendant la sécheresse, cela garantit que les bovins faibles, fragiles et producteurs de lait n'ont pas à parcourir de longues distances pour paître."

Abdullah Hussein, membre du Neboi Prosopis Charcoal Making Group, montre un morceau de charbon de bois fabriqué à partir de l'arbuste Prosopis. (David Mutua/CARE)

Abdullah Hussain est membre d'un groupe qui utilise Prosopis faire du charbon de bois et explique comment la plante devient combustible.

« Nous abattons le Prosopis arbuste et ensuite en faire du charbon de bois », dit-elle. « Le charbon de bois est ensuite réduit en poudre et mélangé à de l'eau. Le mélange final est ensuite passé dans une machine à briquettes de charbon de bois. La briquette est ensuite séchée et utilisée en cuisine. Les briquettes brûlent lentement avec moins de fumée et, contrairement au charbon de bois normal, elles cuisent de nombreux repas.

Abdullah préfère utiliser les briquettes car ses petits-enfants peuvent se concentrer sur leurs études au lieu de ramasser du bois de chauffage. Les membres de la communauté transmettent également leurs connaissances aux voisins de la région.

« Le Prosopis les gousses ont une teneur élevée en protéines et en minéraux, ce qui est bon pour le bétail », explique Salim Abdi, coordinateur du programme Kenya BORESHA pour CARE International. "Les briquettes de charbon de bois ont une efficacité de cuisson supérieure à celle du charbon de bois normal. Nous encourageons l'utilisation de l'arbuste Prosopis pour fabriquer la briquette car il épargnera l'extinction des arbres indigènes et aidera à gérer la propagation de l'arbuste.

L'étape suivante consiste à commercialiser la production d'aliments pour animaux et de briquettes afin que les membres du groupe puissent commencer à gagner un revenu supplémentaire.

Lutter contre le surpâturage par une meilleure gestion des terres

Un autre problème courant dans le Triangle de Mandera est le surpâturage des pâturages, un écueil courant et malheureux dû aux conditions arides, aux sécheresses fréquentes et à la rareté de la végétation. Permettre aux animaux de paître sur chaque parcelle verte disponible pendant la saison des pluies signifie qu'elle est rare - et que les animaux meurent de faim - pendant la saison sèche.

Un membre du comité de gestion des parcours d'Eymole enlève les arbustes et les brindilles d'un des enclos d'élevage du groupe. La gestion des parcours garantit qu'il y a des pâturages pour le bétail lorsque les pâturages réguliers sont épuisés ou décimés par la sécheresse.

En réponse, BORESHA a institué un programme de gestion des parcours, pour préserver des sections de pâturage et leur permettre de se régénérer afin qu'ils soient gardés en réserve. CARE, ses partenaires et les responsables du gouvernement local ont formé les membres de la communauté de 21 villages sur les meilleures pratiques pastorales. Les sujets comprenaient la construction de clôtures, le désherbage et la régénération des terres improductives en plantant de l'herbe et des arbres.

Le projet est également allé plus loin. « Après la formation, 100 personnes ont été embauchées pour travailler à la construction des enclos », explique Aden Ibrahim, président du groupe de gestion des ressources naturelles à Eymole, un sous-comté à la frontière entre le Kenya et l'Éthiopie. « Après 30 jours, nous avons reçu Kes. 21,500 192.57 (XNUMX $) et cela a amélioré notre niveau de vie. Mon bétail a bénéficié de ces enclos.

Le comité de gestion des parcours d'Eymole, comme d'autres comités similaires dans la région, est un groupe inclusif auquel participent des hommes, des femmes et des jeunes. Ce groupe a formé d'autres membres de la communauté à mettre en pratique ce qu'il a appris. (David Mutua/CARE)

Au-delà de la gestion des parcours, la communauté a également reçu une formation sur l'apiculture et la récolte et a établi plusieurs ruches qui ont été colonisées par plusieurs essaims.

De l'eau propre alimentée par le soleil

Les jours ensoleillés, les températures dans le triangle de Mandera atteignent régulièrement 95F, et vont parfois même plus haut, tandis que les sécheresses fréquentes ont rendu l'eau plus difficile à trouver. Une enquête de février 2021 a révélé que seuls 49.3 % des ménages ont déclaré avoir accès à l'eau à partir de points d'eau sûrs, améliorés ou semi-améliorés.

"Pour aller chercher l'eau de pluie, nous avons dû couper à travers l'arbuste Mathenge qui l'entourait", explique Fatuma Abdi, une mère de six enfants âgée de 52 ans à Ashabito. "C'était dangereux parce que des animaux sauvages comme des serpents s'y cachaient et nous attaquaient."

Pire encore, pendant les périodes de sécheresse, les bassins d'eau de pluie locaux s'assèchent, obligeant les gens à parcourir de longues distances ou à payer des prix exorbitants aux vendeurs avec des réservoirs.

La santé est aussi un problème. "Comme nos animaux ne pouvaient boire que de l'eau au même endroit que nous allions chercher, nous finirions par tomber malades à cause de l'eau contaminée", ajoute Fatuma. "Le paludisme était assez répandu, ainsi que les maladies d'origine hydrique comme la typhoïde et la diarrhée qui affectaient nos enfants."

Fatuma Mohamed, Safia Abdi et Khadija Ahmed accèdent à l'eau douce à Ashabito. Avant la mise en place de ce point d'eau, la communauté n'avait d'autre choix qu'une marmite également utilisée par les animaux, les exposant à des maladies comme la typhoïde et le choléra. (David Mutua/CARE)

En réponse, CARE et ses partenaires ont construit 11 points d'accès à l'eau dans le triangle de Mandera, avec des réservoirs souterrains et des pompes à énergie solaire. En Somalie voisine, quatre points d'eau supplémentaires ont été réparés et équipés de pompes. Au total, ces points d'accès à l'eau desservent directement plus de 125,614 XNUMX personnes dans les trois pays.

"En tirant parti de l'énergie solaire toujours disponible, propre et renouvelable, la pompe aspire l'eau du forage jusqu'au robinet, assurant ainsi un approvisionnement en eau propre tout au long de l'année à la communauté", explique Salim Abdullahi, coordinateur de CARE International. "Dans le même temps, des points d'accès à l'eau pour les personnes [et] les animaux ont été construits dans des endroits séparés pour s'assurer qu'il n'y a pas de contamination."

Fatuma Mohamed vend des légumes dans son kiosque à Ashabito. Grâce à l'eau nouvellement accessible, Fatuma a pu démarrer un potager qui nourrit sa famille et lui fournit un surplus à vendre. (David Mutua/CARE)

« Comme le point d'accès à l'eau potable est plus proche et cohérent, nous avons maintenant plus de temps pour faire plus pour notre développement personnel », explique Fatuma, qui vend maintenant les produits de la ferme qu'elle a pu démarrer grâce à la nouvelle source d'eau. "Nous pouvons maintenant nous engager dans l'agriculture parallèlement à l'élevage bovin."

Combattre le COVID-19 par l'information et l'hygiène

Lorsque le COVID-19 est apparu au Kenya, en mars 2020, de nombreuses personnes se sont déplacées vers des zones rurales comme Mandera et ont propagé par inadvertance le virus dans des endroits où les services de santé sont rares. Les responsables gouvernementaux ont réagi avec des restrictions de voyage et des fermetures.

Les fermetures et les fermetures d'écoles qui ont suivi ont affecté l'économie ainsi que le tissu social. "Depuis que les enfants étaient à la maison, beaucoup d'entre eux se sont tournés vers les vices pour passer le temps", explique Khaltuma Abdirahman, directeur de l'école primaire du canton de Mandera. « Certains se sont tournés vers la drogue et se sont livrés à des activités illégales. Certaines filles se sont mariées et d'autres sont tombées enceintes.

Au début de l'épidémie de COVID, BORESHA disposait de fonds d'urgence et les a utilisés dans une campagne d'information publique. Ils ont acheté du temps d'antenne sur DAWA FM, une station de radio locale, et, avec le service de santé du gouvernement du comté de Mandera, ont partagé des informations de base, mais vitales, sur le virus et sur la manière de prévenir sa propagation.

Heikal Suleiman, responsable de la station DAWA FM, diffuse des messages informatifs sur la prévention du COVID-19. La station a une couverture et des auditeurs en Somalie, en Éthiopie et au Kenya. (David Mutua/CARE)

« Étant donné que notre rayon de transmission couvre 140 kilomètres carrés et que nous sommes proches de la frontière, nous pouvons diffuser des informations non seulement à Mandera [Kenya] mais aussi en Somalie et en Éthiopie », explique Haqil Suleiman, directeur de la station. « Cela a permis d'assurer que les messages de prévention atteignent les communautés frontalières qui traversent régulièrement. Les conversations et les interactions entre la communauté et les agents de santé du comté via notre station étaient si engageantes qu'elles allaient souvent au-delà du temps.

Safiya Mohid se lave les mains devant l'école primaire du canton de Mandera. CARE a distribué 18 stations de lavage des mains à l'école pour aider à empêcher la propagation du COVID-19. (David Mutua/CARE)

Les sessions scolaires en personne ont repris fin 2020 à mesure que le nombre de cas diminuait, mais dans le strict respect des directives de prévention. En réponse, CARE et ses partenaires ont mis en place des stations de lavage des mains dans les écoles et distribué des kits de lavage des mains, ce qui a réduit la propagation d'autres maladies - pas seulement le COVID. Au-delà des écoles, le programme a également distribué des kits d'hygiène aux personnes déplacées.