Les femmes et les filles en Afghanistan espèrent le retour de l'éducation pour tous - CARE

Les femmes et les filles en Afghanistan espèrent le retour de l'éducation pour tous

Les mains de Taalah jointes sur ses genoux

Toutes les photos sont de Suzy Sainovski

Toutes les photos sont de Suzy Sainovski

En Afghanistan, la plupart des écoles ont fermé lorsque le gouvernement du pays a changé en août 2021. Au cours des mois suivants, elles ont progressivement ouvert aux garçons de toutes les classes, mais les filles au-dessus de la sixième année sont à la maison depuis près de 10 mois.

Il était prévu d'ouvrir des écoles pour toutes les lycéennes au début du nouvel an persan en mars 2022, mais cela ne s'est pas concrétisé.

Tant sous le gouvernement précédent que sous le gouvernement actuel, CARE a fourni des programmes d'éducation et d'apprentissage accéléré basés sur la communauté, principalement pour les filles. CARE engage les enseignants et les cours ont lieu dans des salles dans les maisons des enseignants dans les communautés où vivent les étudiants. La taille des classes varie d'une poignée d'étudiants à 25.

Cela dit, les programmes pour les filles d'âge secondaire ne fonctionnent pas actuellement.

Taalah étudie seule, la seule option qui s'offre à elle actuellement.

De grands rêves, des perspectives incertaines

« Je suis venu dans ces classes pendant deux ans », raconte Taalah*, 14 ans. « J'ai aimé venir ici à cause de la qualité de l'enseignement et de la gentillesse de mon professeur. C'est mon souhait que je termine la classe jusqu'à la fin et que je rejoigne ensuite l'éducation formelle. Je veux être médecin quand je serai grand.

"Je suis vraiment inquiet pour mon avenir si je ne peux pas poursuivre mes études."

Aabah* est l'un des enseignants formés et employés par CARE dans le cadre du programme communautaire. « Je ne veux pas que les filles dépendent d'autres personnes lorsqu'elles grandissent », dit-elle. « Ils devraient pouvoir gagner leur propre revenu. La connaissance est le pouvoir. S'ils ont des connaissances, ils seront des gens forts et aideront les autres – ils peuvent réduire la misère des autres. Il y aurait de la luminosité dans la communauté.

 

Aabah est enseignante dans le cadre du programme d'éducation communautaire/d'apprentissage accéléré de CARE.

Un droit fondamental pour chacun

Pourquoi l'éducation communautaire? Certains enfants vivent loin des écoles formelles et il n'est peut-être pas sûr pour eux de parcourir de longues distances pour assister aux cours. Ce problème est particulièrement prononcé pour les filles, pour qui les routes très fréquentées et les zones de marché présentent des périls uniques.

"Dans certaines circonstances exceptionnelles, les garçons peuvent rejoindre les classes", note Arezoo, superviseur du projet Leave No Girl Behind de CARE. "Il y avait un garçon handicapé, et il ne pouvait pas se rendre à l'école formelle, alors il a rejoint une classe."

CARE continue de faire pression pour que les opportunités éducatives soient ouvertes à tous, sans distinction de sexe. « Chaque être humain devrait jouir de droits fondamentaux », déclare Arezoo. "L'éducation est un droit fondamental pour tous."

"La première étape pour une communauté prospère est l'éducation."

« Si une personne est instruite, elle trouve sa propre voie dans la vie. Ils savent distinguer le bien du mal. Si une femme a été éduquée, elle peut guider ses enfants, et cela conduit à une société meilleure.

Gros plan d'un tableau avec des mots et des traductions.

Pour des filles comme Taalah, qui continue d'étudier à la maison en attendant la réouverture des écoles, l'éducation est une bouée de sauvetage - ou, du moins, une bouée de sauvetage potentielle. « Je suis inquiète de la situation économique en Afghanistan », dit-elle. « Mon père est mort et ma mère ne travaille pas. Un de mes frères était un salarié journalier. Maintenant, il n'y a plus personne qui gagne un revenu dans ma famille.

"Mon espoir pour les filles en Afghanistan est qu'elles puissent poursuivre leurs études et qu'elles n'aient pas à dépendre des autres."

* noms modifiés