icône (sur le bord gauche de l'écran) icône (sur le bord gauche de l'écran) icône (sur le bord gauche de l'écran) icône (sur le bord gauche de l'écran) icône (sur le bord gauche de l'écran) icône (sur le bord gauche de l'écran) icône (sur le bord gauche de l'écran)

Alors que le coronavirus bloque les flux d'envois de fonds dans le monde entier, des millions de personnes risquent de perdre leur ligne de vie

Photo: Brian Sokol / CARE
Photo: Brian Sokol / CARE

(Genève, 24 avril 2020) - Les communautés de la diaspora du monde entier sont durement touchées par les verrouillages, les licenciements et les maladies dus au COVID-19. Selon une analyse récente de la Banque mondiale, les envois de fonds vers les pays à revenu faible et intermédiaire devraient chuter de 19.7% à 445 milliards de dollars (contre 554 milliards de dollars en 2019), laissant des millions de personnes qui dépendent des envois de fonds pour survivre au risque de les perdre. lignes de vie critiques.

Alors que ceux qui envoient de l'argent à l'étranger et ceux qui le reçoivent sont touchés, CARE est préoccupé par les communautés vulnérables dans les pays à faible revenu, y compris celles qui sont déjà affectées par les effets cumulatifs des phénomènes météorologiques violents ou des conflits.

«Les pays fortement dépendants des envois de fonds ont également tendance à dépendre de l'aide humanitaire - mais avec ces deux sources de financement critiques qui s'épuisent en raison du COVID-19, nous nous retrouvons avec une image très sombre de l'avenir pour des millions de personnes», déclare Delphine Pinault, Coordinateur du plaidoyer pour la politique humanitaire de CARE International et Représentant des Nations Unies. «Les femmes sont particulièrement touchées par ces répercussions économiques; ils sont plus susceptibles d'occuper des emplois informels et mal rémunérés - souvent sans protection salariale - et dépendent des envois de fonds et de l'aide pour assurer la survie de leur famille. »

Prenons l'exemple des Tonga, un petit État insulaire en développement, fortement tributaire du tourisme, qui représente 20% du PIB. Ici, les envois de fonds représentent plus de 35% du PIB, ce qui le classe au premier rang du classement de la Banque mondiale des pays ayant le pourcentage d'envois de fonds le plus élevé par PIB. Le pays où plus de 1 pour cent de la population vit sous le seuil de pauvreté vient également d'être frappé par un cyclone de catégorie 20 qui a gravement endommagé les maisons et les sources d'eau dans des communautés déjà confrontées à l'insécurité alimentaire. «Ensemble, ces éléments créent une tempête parfaite de facteurs de risque qui auront un énorme impact social et économique sur une population déjà pauvre et vulnérable», poursuit Pinault.

Au Népal, pays qui a reçu 8.1 milliards de dollars d'envois de fonds en 2018 - au 5e rang sur la liste de la Banque mondiale - la situation pour beaucoup est également désastreuse. «En raison des restrictions de verrouillage, les travailleurs migrants népalais en Inde qui envoyaient de l'argent à leurs familles dans les zones rurales du Népal, reviennent maintenant au Népal sans source de revenus et avec des moyens limités pour nourrir leur famille», dit Pinault.

Dans ces pays, comme dans beaucoup d'autres, les envois de fonds et l'aide sont essentiels à la survie des populations. Le soutien financier des agences d'aide et de la diaspora de migrants a joué un rôle essentiel en aidant les gens à répondre à leurs besoins de base; à connecter les personnes vulnérables des zones rurales au système bancaire en leur donnant accès au crédit et la possibilité d'investir dans les petites entreprises.

«Le fonds d'intervention humanitaire mondial spécifique au COVID-2 de 19 milliards de dollars n'était financé qu'à 30% en avril», ajoute Pinault. «La réduction des envois de fonds laisse un écart encore plus grand et entraînera potentiellement des pertes de vies inacceptables. Alors que les pays du monde entier sont aux prises avec l'impact économique du COVID-19 au niveau national, nous ne pouvons tout simplement pas nous permettre d'ignorer la souffrance des nations les plus pauvres et les plus faibles qui ont désespérément besoin des économies les plus développées du monde, pour être également solidaires avec elles. "

Porte-parole: 

Delphine Pinault
Coordonnateur du plaidoyer pour la politique humanitaire et représentant des Nations Unies, CARE International
Courriel : pinault@careinternational.org, Mobile et WhatsApp +33 (0) 6 37 79 17 54

Sur le Népal:

Lora Wuennberg
Directeur Pays, CARE Népal
Courriel : Lora.wuennenberg@care.org

Thakur Prasad Chauhan
Coordinateur de programme, CARE Népal
Courriel : thakur.chauhan@care.org

Retour au sommet