Conclusion de la Conférence des Nations Unies sur les droits des femmes - CARE

De retour du gouffre: la Conférence des Nations Unies sur les droits des femmes atteint sa conclusion

© 2012 Wolfgang Gressmann
© 2012 Wolfgang Gressmann

NEW YORK (18 mars 2013) - La session annuelle de la Commission des Nations Unies sur la condition de la femme (UN CSW) s'est terminée la semaine dernière par un accord des États membres visant à renforcer les efforts mondiaux pour prévenir et répondre à un large éventail de violence contre les femmes et les filles.

Après l'effondrement des négociations de la CSW de l'année dernière, les militants ont applaudi lorsque l'accord a été finalisé. Mais ils ont soulevé des inquiétudes concernant les schismes qui existent encore parmi les gouvernements concernant l'accès aux droits reproductifs et à la santé, entre autres problèmes urgents liés à la violence sexiste.

«Il est triste de voir certains gouvernements à la CSW tenter de démanteler les engagements internationaux de longue date en faveur de la protection des femmes et des filles», a déclaré Vivian Thabet, directrice du programme des droits des femmes de CARE Egypte, qui a assisté à la session de la CSW. «Les droits des femmes sont devenus une sorte de monnaie d'échange à échanger contre des programmes politiques qui n'ont que peu ou rien à voir avec les intérêts et le bien-être des femmes et des filles.»

Les «conclusions concertées» de la CSW ont été atteintes après des jours de négociations acharnées, tard dans la nuit. Le document final met en évidence un certain nombre d'engagements importants à renforcer les lois et les politiques, ainsi que les services et autres mesures pour prévenir et répondre à la violence allant de la traite des êtres humains au harcèlement sexuel en passant par les pratiques coutumières néfastes et la violence entre partenaires intimes.

Une controverse particulière a surgi au cours des pourparlers concernant les questions de santé sexuelle et reproductive, les mariages précoces et forcés, la violence contre les femmes dans des situations d'instabilité politique et l'idée que la souveraineté de l'État pourrait être invoquée pour démêler les lois et normes internationales déjà convenues sur les droits.

Malgré les faiblesses du résultat, CARE et ses organisations partenaires locales ont applaudi l'accent mis sur la lutte contre les causes structurelles de la violence de genre, telles que l'éducation et l'autonomisation économique des femmes et des filles. Parmi les autres éléments importants et durement acquis de l'accord figurent le soutien à la protection des défenseurs des droits des femmes et la condamnation de l'utilisation de justifications sociales de toute forme de violence à l'égard des femmes et des filles.

CARE a soutenu une délégation de 12 militants des droits des femmes de tout le Moyen-Orient, d'Asie et d'Afrique pour assister et apporter leur expertise au niveau communautaire aux discussions mondiales.

L'une des membres de la délégation, Anastasia Olembo, conseillère en genre chez CARE Ouganda, a déclaré que les pourparlers étaient peut-être terminés mais que le travail ne faisait que commencer.

«Ce qui a été convenu au siège de l'ONU à New York doit maintenant se traduire par une action vigoureuse contre la violence sur le terrain», a déclaré Olembo. «Des milliers de défenseurs des droits des femmes à travers le monde ont suivi les discussions de loin. La controverse suscitée par les débats sur des questions telles que l’égalité des sexes et les pratiques traditionnelles néfastes signifie qu’elles ont plus que jamais besoin de notre soutien. »

Thabet, de CARE Egypte, a déclaré qu'en Égypte et ailleurs au Moyen-Orient, ils ont été témoins de progrès réels et durables dans la transformation des attitudes face à des pratiques telles que les mutilations génitales féminines, la violence domestique et les mariages précoces et forcés au niveau local. Elle a souligné que les chefs traditionnels et religieux se sont ralliés à la cause de la fin des coutumes néfastes, tout en protégeant les institutions locales.

«Nous espérons que les engagements de la CSW pourront désormais aider à intensifier ces efforts au niveau national», a déclaré Thabet.

Contacts pour les médias:
Washington, DC: Stéphanie Chen, CARE, schen@care.org, +1.202.595.2824, +1.404.819.6638
Genève: Howard Mollett, CARE International, mollett@careinternational.org, + 44795657589

Ressources

Une Zambie plus sûre (ASAZA)

Lutter contre la violence sexiste en Zambie en élargissant l'accès à des services complets de qualité et en promouvant l'égalité des sexes

Lire la suite

Infographie - Aborder les normes sociales pour prévenir la violence sexiste - Version imprimable

Lire la suite

Infographie - Aborder les normes sociales pour prévenir la violence sexiste

Lire la suite

Industrie de la vente de bière au Cambodge

BSIC améliore la santé, la sécurité et les conditions de travail des promoteurs de bière en établissant des normes industrielles.

Lire la suite

DIAGNOSTIC CRITIQUE

Les arguments en faveur du placement du système de santé du Soudan du Sud au cœur de la réponse humanitaire

Lire la suite

Guide pour le suivi et l'atténuation de la VBG dans la programmation sectorielle non-VBG

Ce document vise à répondre à la demande croissante d'orientations claires sur la manière de surveiller et d'atténuer de manière pratique et éthique la violence sexiste (VBG) dans le cadre de programmes de développement international non urgents, dans lesquels la VBG n'est pas une composante programmatique spécifique. Plus précisément, il s'appuie sur les orientations existantes relatives à la VBG, ainsi que sur les contributions d'un groupe d'experts, pour fournir des recommandations pour prévenir et/ou répondre aux risques, menaces ou violences involontaires contre les individus liés aux interventions programmatiques. Ces recommandations décrivent des moyens de faire le point sur l'environnement programmatique concernant la VBG en général, ainsi que des suggestions ciblées sur la manière de suivre les incidents et les problèmes liés à la VBG tout au long du cycle du programme.

Lire la suite

Les voyages de transformation: un manuel de formation

Ce manuel de 88 pages décrit le travail de CARE au Rwanda pour impliquer les hommes en tant qu'alliés dans l'autonomisation économique des femmes.

Lire la suite

Être bien dans l'âme

Un article rédigé par CARE dans la fondation War and Trauma qui traite des impacts des conflits sur le bien-être des femmes et comment travailler ...

Lire la suite

Brève: Transmission intergénérationnelle de la violence basée sur le genre dans l'éducation

Cette brève de 5 pages traite de ce que nous savons sur la VBG dans l'éducation et comment l'exposition de l'enfance à la VBG affecte le comportement plus tard dans la vie. Il...

Lire la suite

Rapport: Transmission intergénérationnelle de la violence basée sur le genre

Ce rapport de 28 pages décrit une revue de la littérature de ce que nous savons sur la prévention de la VBG en milieu éducatif, ainsi que des ...

Lire la suite

Fiche TESFA

TESFA est un projet de 3 ans financé par la Fondation Nike qui vise à améliorer les résultats en matière de santé économique, sexuelle et reproductive pour ...

Lire la suite

Résumé de l'Initiative des jeunes hommes

Voir le bref résumé de nos conclusions sur l'engagement d'hommes et de garçons dans les Balkans.

Lire la suite

Initiative des jeunes hommes

Découvrez l'Initiative des jeunes hommes dans les Balkans et ce que nous apprenons sur la façon dont le travail avec les hommes et les garçons peut conduire à l'égalité des femmes dans les familles et les communautés.

Lire la suite

Renforcer la voix des femmes

Décrit les principales conclusions de l'Initiative de plaidoyer sur les Grands Lacs au Burundi, au Rwanda, en Ouganda et en RDC de 2009 à 2013.

Lire la suite

Contester la violence sexiste dans le monde: les preuves du programme de CARE

Stratégies, résultats et impacts des évaluations 2011 - 2013

Lire la suite

Position politique de CARE International sur la fin de la violence sexuelle dans les conflits

CARE appelle à l'action lors du Sommet pour mettre fin à la violence sexuelle dans les conflits à Londres, juin 2014.

Lire la suite

'LA FILLE N'A PAS DE DROITS'

Ce rapport de 12 pages sur la violence sexiste au Soudan du Sud, de mai 2014, fournit les résultats d'entretiens et de recherches CARE est ...

Lire la suite

Dossier thématique 2014 Mettre fin à la violence sexiste

Lire la suite

RDC, micro-épargne et survivants de violence

Groupes villageois d'épargne et de crédit dans le cadre d'une approche socio-économique holistique pour aider les survivants de formes sexuelles et autres de genre ...

Lire la suite

La crise humanitaire syrienne: rehausser le profil des femmes et des filles

Nous appelons les gouvernements donateurs à répondre aux besoins spécifiques des femmes et des filles touchées par la crise en Syrie.

Lire la suite

Comprendre le coût de la violence sexiste et l'importance de faire participer les hommes et les garçons

Le Bangladesh est confronté à l'un des taux de violence domestique les plus élevés au monde.

Lire la suite

Connaissance sur le feu:

Attaques contre l'éducation en Afghanistan

Lire la suite

Résumé du programme | L'engagement de CARE à mettre fin à la violence sexiste

Lire la suite

Note de politique | L'Abatangamuco:

Engager les hommes pour l'autonomisation des femmes au Burundi

Lire la suite

La violence sexiste:

Un guide de plaidoyer pour les militants de la base au Burundi

Lire la suite

Explorer les dimensions de la masculinité et de la violence

Lire la suite

Modèle unique de soutien aux survivants de la violence sexiste

Leçons de CARE Zambie

Lire la suite

L'engagement de CARE à mettre fin à la violence sexiste

La prévention et la réponse à la VBG font partie intégrante de l'engagement de CARE à promouvoir l'égalité des sexes et à mettre fin à la pauvreté.

Lire la suite

Histoires de harcèlement, de violence et de discrimination

Expériences des migrants entre l'Inde, le Népal et le Bangladesh.

Lire la suite

Le projet Empower

De 2007 à 2012, CARE International au Bénin a mis en œuvre un projet appelé EMPOWER—Enabling Mobilization and Policy Implementation for Women's Rights. Ce projet, financé par le gouvernement américain par l'intermédiaire de l'Agence américaine pour le développement international (USAID), visait à galvaniser une réponse nationale à la VBG en renforçant les services de soutien aux survivants et en améliorant les politiques et les lois sur la violence sexiste et les droits des femmes plus largement. Ce dossier met en lumière les expériences et les leçons tirées du travail de plaidoyer et de mobilisation sociale réalisé dans le cadre de ce projet pour rallier le soutien à l'adoption d'une nouvelle loi anti-VBG et pour accroître l'accès à l'assistance pour les survivants.

Lire la suite

Tremblement de terre en Haïti: rapport triennal

Trois ans après le pire tremblement de terre de l'histoire d'Haïti, l'énorme tâche de relèvement et de reconstruction se poursuit.

Lire la suite