L'épidémie de choléra en Syrie pose un risque supplémentaire pour la population déplacée - CARE

L'épidémie de choléra en Syrie pose un risque supplémentaire pour la population déplacée

(Amman, Jordanie – 16 septembre 2022)

Des millions de Syriens risquent de contracter le choléra, avertit CARE International. Selon le ministère syrien de la Santé, 8 personnes sont décédées et 900 cas suspects ont été signalés dans au moins cinq des 14 provinces du pays au cours des trois dernières semaines. Le choléra, une maladie infectieuse aiguë, se transmet par la consommation d'aliments et d'eau potable contaminés. Si elle n'est pas traitée, elle peut rapidement s'avérer mortelle.

« Nous avons un besoin urgent d'une action immédiate si nous voulons renverser la vapeur contre le choléra », déclare Nirvana Shawky, directrice régionale de CARE MENA.

L'épidémie a été déclarée dans un certain nombre de régions, dont le nord-est, qui abrite des millions de personnes déplacées qui ont fui le conflit.

CARE aide la population à accéder à des services d'eau potable et d'assainissement hygiénique dans différentes régions de Syrie. Cela comprend l'approvisionnement en eau et les services d'urgence dans les camps pour les personnes nouvellement déplacées. CARE travaille également avec les communautés pour trouver des solutions à plus long terme et rentables en réhabilitant, en étendant ou en réparant les systèmes d'approvisionnement en eau et les infrastructures et installations d'assainissement. 

« Après plus d'une décennie de conflit, nous assistons aujourd'hui à une épidémie majeure de choléra en Syrie, augmentant la vulnérabilité de la population qui souffre déjà du conflit, de la crise économique et d'autres défis complexes », a déclaré Jolien Veldwijk, directrice nationale de CARE Syrie.

« Rien que dans le nord-est de la Syrie, 4 personnes sont déjà décédées et plus de 700 ont été infectées depuis le début de l'épidémie au début de ce mois », a ajouté Jolien Veldwijk, expliquant qu'« environ 70 % des habitants du nord-est de la Syrie dépendent de sources d'eau insalubres et ont conditions d'hygiène et d'assainissement très mauvaises. Le risque de transmission rapide et étendue de la maladie est très élevé et constitue une grave menace pour le peuple syrien.

À ce jour, le gouvernorat de Deir-ez-Zor est particulièrement touché par l'épidémie puisque 95 % des cas dans le nord-est de la Syrie y sont enregistrés. Les personnes déplacées ont un besoin urgent d'eau potable, d'assainissement et de fournitures d'hygiène. À Hasakah, des cas confirmés sont également signalés et la maladie devrait se propager plus rapidement.

Aucun cas n'a été signalé dans le nord-ouest de la Syrie. Cependant, Sherine Ibrahim, directrice nationale de CARE Turquie, a tiré la sonnette d'alarme. « Nous sommes inquiets car le contexte de la zone est propice à une propagation massive du choléra. Les camps sont déjà surpeuplés et la majorité accueille des femmes et des enfants, qui ont déjà du mal à accéder à l'eau potable. Le traitement de la qualité de l'eau, grâce à un dosage accru de la chloration des systèmes d'approvisionnement en eau et à une gestion appropriée des eaux usées, est notre meilleure chance d'arrêter la propagation. Il est tout aussi essentiel d'augmenter le lavage des mains et la promotion de l'hygiène.

Mahmoud, 27 ans, participant au programme CARE, nous a dit : « J'aimerais pouvoir empêcher mes enfants de sortir, car j'ai peur qu'ils tombent dans les égouts à ciel ouvert et attrapent la maladie. Nous avons peur, car si quelqu'un est infecté par le choléra, il se propagera rapidement et nous n'avons aucun moyen de protection », a-t-il déclaré.

"CARE a établi des actions prioritaires immédiates et des conseils pour les partenaires, y compris des informations de messagerie, du matériel d'éducation et de communication, ainsi que des activités de réponse immédiate", a noté Sherine Ibrahim.

CARE Syrie a élaboré un plan d'intervention de trois mois pour fournir des interventions préventives d'urgence et durables en matière d'eau, d'assainissement et d'hygiène. Ces interventions comprennent la chloration des sources d'eau critiques, la fourniture de kits d'intervention contre le choléra, la désinfection des points de remplissage d'eau et la diffusion de messages de santé publique essentiels.

Pour plus d'information veuillez contacter:

Anis Husain
Attaché de presse CARE
Anisa.Husain@care.org