Famine prévue en Somalie alors que la situation de la sécheresse s'aggrave - CARE

Famine prévue en Somalie alors que la situation de la sécheresse s'aggrave

Sarah Pâques

Sarah Pâques

5 septembre 2022 – Mogadiscio, Somalie – La famine a été projetée dans certaines parties de la région de Bay en Somalie par spécialistes de la sécurité alimentaire après quatre saisons de pluies successives ratées, deux infestations de criquets pèlerins et les effets économiques des fermetures de COVID-19.

Avec plus d'un million de personnes déplacées à travers le pays et 7.8 millions d'autres confrontées à une grave insécurité alimentaire, un OCHA de l'ONU rapport indique que au moins 200 enfants sont morts de dénutrition et de maladie dans les centres de malnutrition. Dans les cliniques soutenues par CARE, les agents de santé signalent une augmentation significative du nombre d'enfants nécessitant un traitement contre la malnutrition et les besoins dépassent rapidement les ressources. L'accès à l'eau devient de plus en plus difficile car la plupart des points d'eau se sont asséchés et les prix ont grimpé en flèche. Cela oblige les femmes et les filles à parcourir de longues distances à la recherche de cette denrée précieuse, ce qui les expose à la violence basée sur le genre (VBG).

CARE a vu des enfants abandonner l'école car leurs parents avaient besoin d'eux pour chercher de la nourriture. Des centaines d'écoles à travers le pays ont fermé en raison du manque d'eau et des mouvements de population. L'élevage du bétail, qui constitue l'épine dorsale des revenus de la plupart des familles, est mort par centaines de milliers en raison du manque d'eau et de pâturages. La famine en Somalie érodera tous les gains réalisés au cours de la dernière décennie et une cinquième saison des pluies ratée prévue (octobre - décembre 2022) va être catastrophique pour la situation déjà désastreuse.

Les maladies telles que le choléra et la rougeole sont en augmentation en raison du manque de nourriture et d'eau et les établissements de santé voient davantage d'admissions d'enfants de moins de 5 ans et de femmes enceintes souffrant de malnutrition sévère. Entre janvier et juillet 2022, l'OMS a signalé 7,796 37 cas de choléra et 53.5 décès. XNUMX% des personnes touchées étaient des enfants de moins de deux ans. L'Unité d'analyse de la sécurité alimentaire et de la nutrition de la FAO avertit que le seuil de malnutrition aiguë pour la famine a été dépassé dans certaines parties du pays

Ardo, 60 ans, vivait de son bétail, mais maintenant elle en a perdu la majeure partie à cause du manque d'eau et de pâturages. « La seule chose que nous pouvions faire était de vendre notre bétail lorsque le prix du marché était bon. Ma famille possède encore environ 100 moutons et chèvres. Avant la sécheresse, nous en possédions plus de 500. La plupart d'entre eux sont morts parce que nous ne pouvions pas leur donner de l'eau ou de la nourriture », a déclaré Ardo.

Aisha a été déplacée à cause de la sécheresse, a-t-elle déclaré : « Toutes mes 300 chèvres sont mortes de soif. J'habite habituellement à environ 100 kilomètres d'ici. Il n'y a plus d'eau là-bas, c'est pourquoi je suis venue ici », raconte Aisha, qui vit dans une hutte à l'extérieur d'un village. Elle a environ 70 ans. « Je ne me souviens pas de mon âge, la sécheresse m'a tellement affecté mentalement et physiquement que je ne m'en souviens plus », poursuit Aisha.

« La communauté humanitaire a lancé divers avertissements et sonné l'alarme au cours des deux dernières années, mais nous n'avons pas réussi à éviter une catastrophe, il n'est jamais trop tard pour réagir et sauver des vies. Nous avons besoin de toute urgence d'un financement plus flexible pour la réponse en Somalie où la moitié de la population souffre de la faim. Un million de personnes ont déjà quitté leur foyer à la recherche de nourriture et d'eau. 1.5 million d'enfants sont à risque de malnutrition aiguë et 230,000 XNUMX personnes pourraient mourir à tout moment de faim. Ils ont tous besoin que nous agissions maintenant, pas plus tard », a déclaré Deepmala Mahla, vice-présidente de CARE USA pour les affaires humanitaires.

Iman Abdullahi, directeur national de CARE Somalie, «Pour les familles qui ont enduré la famine de 2011, une autre sera un cauchemar qui reviendra les hanter. Nous craignons pour les femmes et les filles qui sont toujours plus impactées par de telles conditions. Les femmes sont confrontées à davantage de risques de protection car elles doivent maintenant parcourir de longues distances pour aller chercher de l'eau. Les filles abandonnent l'école et sont exposées à des pratiques néfastes telles que les mariages précoces et les mutilations génitales féminines. Nos équipes continuent d'enregistrer un pic d'enfants admis pour malnutrition sévère dans les structures de santé que nous soutenons.

CARE intensifie sa réponse à l'aggravation de la situation humanitaire par le biais d'une assistance en matière d'eau, d'assainissement et d'hygiène, de santé et de nutrition, de protection et d'aide alimentaire et de moyens de subsistance sous forme d'espèces et de bons, afin que les gens puissent choisir la meilleure façon de prioriser les finances de leur ménage .

Pour plus d'information veuillez contacter:

Anis Husain
Attaché de presse CARE
Anisa.Husain@care.org