Séisme en Haïti 3 ans plus tard : CARE mise sur les femmes en voie de relèvement - CARE

Tremblement de terre en Haïti trois ans plus tard: CARE banques sur les femmes en rétablissement

© 2013 Kate Holt
© 2013 Kate Holt

PORT-AU-PRINCE (10 janvier 2013) - Trois ans après un tremblement de terre meurtrier qui a dévasté Haïti, un réseau d'impasse politique, de fatigue des donateurs et de lois chaotiques sur la propriété continue de bloquer la reconstruction dans l'un des pays les plus pauvres du monde. Mais l'organisation humanitaire CARE s'efforce d'éliminer un autre obstacle, souvent négligé, au manque de participation des femmes afin de renforcer les efforts de relèvement et de construire une meilleure base pour l'avenir.

«Qu'il s'agisse de créer des maisons, des emplois ou des sources de nourriture locales fiables, la reconstruction d'Haïti n'est pas durable si les femmes et les filles ne sont pas pleinement intégrées dans le processus», déclare Jean Michel Vigreux, directeur pays de CARE en Haïti. «En fait, ils détiennent la clé pour changer les choses.»

Les femmes, par exemple, représentent plus de 80 pour cent des quelque 5,000 2011 personnes participant au programme des associations villageoises d'épargne et de crédit (VSLA) de CARE. Lancé en novembre 300,000, le programme VSLA est conçu pour atteindre 30 XNUMX personnes en cinq ans. Les participants se réunissent en groupes d'environ XNUMX personnes pour épargner et se prêter de l'argent, ce qui permet aux membres de démarrer de petites entreprises, d'épargner pour la construction de maisons ou de faire d'autres investissements. Et contrairement à de nombreux modèles de microfinance, l'approche basée sur l'épargne de CARE n'implique pas de prêts extérieurs.

Les femmes, qui n'ont souvent pas accès au système bancaire formel, ont utilisé de petits prêts pour lancer des entreprises vendant de la nourriture, des uniformes scolaires, des produits ménagers et des articles de beauté. Beaucoup rapportent que, pour la première fois, ils ont accès à des économies qui gagnent des intérêts et des prêts auprès de sources autres que les usuriers, qui facturent des taux d'intérêt de 100%.

CARE travaille également avec l'USAID pour s'assurer que les femmes vulnérables ne passent pas entre les mailles du filet. En juin, CARE a lancé un programme de 5 ans pour aider les Haïtiens à renforcer leurs propres institutions et les efforts communautaires qui protègent les femmes et les filles de la violence domestique et des abus.

CARE a déjà aidé à établir des groupes de solidarité pour les femmes et les filles, créant un espace sûr pour les discussions sur la santé sexuelle et reproductive, la violence sexiste et la planification familiale. Les centres communautaires de la région de Logne à Port-au-Prince proposent des vaccinations pour les femmes enceintes et les enfants, des services de planification familiale et un lieu pour organiser des initiatives de santé et d'assainissement. Un compagnon clubs de pères engager les hommes à discuter des questions de santé sexuelle et reproductive et de violence sexiste.

Le logement de base reste cependant un défi majeur dans la capitale haïtienne. Quelque 350,000 496 personnes vivent encore dans XNUMX camps disséminés dans la ville. CARE a adopté une nouvelle approche pour réduire ce nombre dans le quartier Carrefour de la capitale, en proposant de réparer des maisons pour les propriétaires souhaitant héberger une famille dans un camp pendant un an sans loyer. Pour soutenir le changement à long terme du développement urbain, seuls les «patrons» de quartier, ou ouvriers du bâtiment, sont utilisés. Chacun doit être formé selon les normes du code du bâtiment post-séisme du ministère haïtien des Travaux publics.

À la suite du tremblement de terre du 12 janvier 2010, CARE a pris un engagement de 100 millions de dollars sur cinq ans pour aider les Haïtiens à reconstruire leurs vies et leurs communautés, en mettant un accent particulier sur les femmes et les filles parce qu'elles ont été affectées de manière disproportionnée. L'équipe d'intervention d'urgence de CARE a fourni de la nourriture, de l'eau, des abris et d'autres services vitaux à 290,000 2,550 Haïtiens. CARE a également construit 13,400 2,500 abris de transition pour héberger environ XNUMX XNUMX personnes et construit et réhabilité XNUMX XNUMX latrines et douches.

Même ainsi, la lenteur des progrès dans l'effort global de relèvement d'Haïti a conduit à la «fatigue des donateurs» des gouvernements et des individus. Le pays sujet aux catastrophes a souffert de pas moins de trois ouragans depuis le tremblement de terre de 2010. Le plus récent, l'ouragan Sandy, a détruit 42 pour cent du maïs d'Haïti, 30 pour cent de son riz et 20 pour cent de sa récolte de haricots.

«Cela a laissé plus de 2 millions d'Haïtiens vulnérables à l'insécurité alimentaire immédiate», prévient Vigreux. «Malheureusement, une autre crise potentielle se profile pour Haïti en 2013.»

Lire le rapport triennal de CARE sur le tremblement de terre en Haïti>

Contacts pour les médias:

Atlanta: Nicole Harris, CARE, nharris@care.org, 1.404.979.9503, 1.404.735.0871
Port-au-Prince: Sénéq Pierre, CARE, spierre@pap.care.org, + 509 3682 9254