icône (sur le bord gauche de l'écran) icône (sur le bord gauche de l'écran) icône (sur le bord gauche de l'écran) icône (sur le bord gauche de l'écran) icône (sur le bord gauche de l'écran) icône (sur le bord gauche de l'écran) icône (sur le bord gauche de l'écran)

Le secteur de la santé en RDC s'effondre au milieu d'un conflit qui a un impact négatif sur les survivantes d'agressions sexuelles

SOINS / Kelvin Baltumike

SOINS / Kelvin Baltumike

"L’est de la RDC est devenu l’un des endroits les plus dangereux au monde pour les femmes et les enfants.

SOINS, GOMA 14th Novembre 2023 – CARE tire la sonnette d’alarme face à la situation sanitaire dégradée et déplorable en République Démocratique du Congo (RDC). Alors que plus de 6.9 ​​millions de personnes en RDC sont actuellement déplacées – et d’autres encore fuient les violences en cours – le secteur de la santé du pays continue de s’effondrer. Les multiples conflits qui sévissent en RDC ont entravé l'accès aux soins de santé pour plus de 8.9 millions de personnes, en particulier dans les zones reculées et en proie à des conflits, ce qui a limité l'accès aux services médicaux essentiels et vitaux. L'impact de cette aggravation de la réalité a été particulièrement aigu pour les femmes, qui représentent 50.6 % et les enfants, 40.9 % des personnes ayant besoin d'une aide médicale.

« L’est de la RDC est devenu l’un des endroits les plus dangereux au monde pour les femmes et les enfants. La santé maternelle et infantile reste un problème critique en RDC. L’accès à des services de santé maternelle appropriés, notamment à des accoucheuses qualifiées et aux installations nécessaires, reste un défi dans de nombreuses régions, entraînant des taux de mortalité maternelle et infantile élevés. En tant que principales dispensatrices de soins, les femmes sont plus susceptibles de contracter des maladies et de tomber malades lorsqu'elles s'occupent des membres de leur famille », a déclaré Sidibé Kadidia, directeur national de CARE International en RDC.

Après avoir fait face à de nombreuses épidémies mortelles, dont 15 épidémies d’Ebola, le paludisme, le choléra, la peste bubonique, la fièvre jaune et la rougeole, des millions de vies ont été perdues et bien d’autres encore ont été touchées. L'infrastructure sanitaire en RDC est inadéquate, manque d'équipements appropriés et peine à fournir suffisamment de services de soins de santé primaires essentiels, de prévention et de traitement des maladies transmissibles, ainsi que de services de santé sexuelle et reproductive. Avec une forte prévalence de VSBG dans le pays et la stigmatisation qui y est associée, de nombreuses femmes continuent de souffrir en silence.

Le personnel de CARE est témoin de femmes confrontées à des violences sexuelles et basées sur le genre (SGBV) non seulement dans les camps mais aussi à la maison. Les rapports indiquent qu'en RDC 52 % de femmes seront confrontées à des violences sexuelles et sexistes au cours de leur vie et 39 % des filles seront mariées avant d'atteindre 18 ans. Rien qu'à Goma, fini 70 femmes touchées par la SGBV sont soignés quotidiennement dans les cliniques et depuis le début de l'année, plus de 35,000 XNUMX cas ont été signalés. En raison de la stigmatisation associée aux agressions sexuelles, de nombreux cas ne sont pas signalés. Le besoin de soins holistiques tels qu’un traitement médical spécialisé, notamment pour les blessures gynécologiques extrêmes, fait défaut. Le manque de centres fonctionnels ou d’établissements de référence double la tragédie pour les survivants qui sont déjà aux prises avec un traumatisme psychosocial.

« Un effort concerté de tous est nécessaire pour soutenir les communautés en détresse. D’une part, les donateurs et sympathisants internationaux doivent soutenir le plan de réponse humanitaire qui manque actuellement de 63.5 % de ce qui est nécessaire. D’un autre côté, il faut cesser les hostilités afin de fournir de manière adéquate, entre autres services, un soutien en matière de santé et de nutrition à ceux qui en ont besoin. L’opportunité de sauver des vies se présente maintenant. N'attendons pas qu'il soit trop tard pour soutenir ceux qui en ont besoin », a déclaré Sidibé Kadidia.

Pour les demandes des médias, veuillez contacter:

David Mutua, conseiller régional en communication de CARE Centre-Est et Afrique australe : via : david.mutua@care.org

Anisa Husain, attachée de presse de CARE US via : Anisa.Husain@care.org

 

Notes aux rédacteurs

  • CARE en RDC financé par l'USAID en collaboration avec des partenaires locaux, le Comité pour le Développement et (CODEVAH) et le Programme de Promotion de Soins de Santé Primaires (PPSSP) mettent en œuvre la réponse d'urgence multisectorielle pour les ménages touchés par le conflit et les personnes déplacées dans l'est de la RDC (MERCI). .
  • Le projet a touché plus de 265,549 77,455 personnes, dont XNUMX XNUMX personnes déplacées grâce au projet.
  • Le projet soutient les établissements de santé primaires gérés par le ministère de la Santé de la RDC dans les provinces du Nord-Kivu et du Sud-Kivu.
  • Le projet:
    • fournit des soins et un soutien essentiels aux survivants de violences basées sur le genre (VBG) et à celles qui risquent de le devenir, notamment des conseils de soutien, une contraception d'urgence, des kits de prophylaxie post-exposition (PPE) pour prévenir la transmission du VIH, des antibiotiques pour les IST et la prévention de l'hépatite. B),
    • Le projet a réhabilité des espaces confidentiels/sûrs et des dialogues communautaires sur la réponse, la prévention et les services disponibles dans les établissements de santé en matière de VBG.
    • La gestion des cas identifie les besoins individuels et les orientations vers d'autres prestataires de services qui peuvent fournir des services spécialisés en matière de VBG aux survivants, par exemple dans les secteurs de la santé mentale, médical et juridique.
Retour au sommet