Déclaration conjointe de 30 organisations non gouvernementales opérant au Yémen à l'occasion de la 77e Assemblée générale des Nations Unies - CARE

Déclaration conjointe de 30 organisations non gouvernementales opérant au Yémen à l'occasion de la 77e Assemblée générale des Nations Unies

(Septembre 22, 2022)

Après avoir enduré plus de sept ans de conflit brutal, le peuple yéménite a enfin eu l'occasion de découvrir ce que signifie avoir de l'espoir. Une trêve sans précédent, qui en est maintenant à son sixième mois, offre la possibilité d'une paix à plus long terme et la possibilité de reconstruire des vies et des moyens de subsistance. Mais alors que le conflit ralentit, les besoins humanitaires continuent d'augmenter et la réponse humanitaire reste sous-financée et inégalement financée.

Des millions de personnes restent déplacées, les enfants ne peuvent pas aller à l'école, les moyens de subsistance ont été anéantis et le pays devient de plus en plus vulnérable aux impacts du changement climatique. Pourtant, près de la moitié de tous les financements disponibles vont à l'aide alimentaire au détriment d'autres types d'aide qui peuvent aider à renforcer la résilience et à s'attaquer aux causes sous-jacentes et profondes de la crise humanitaire actuelle.

La trêve offre une fenêtre d'opportunité critique pour la communauté internationale afin d'améliorer les retours concrets sur leurs investissements humanitaires au Yémen. L'accent mis sur la réduction du déficit de financement humanitaire inégal et les programmes de financement qui peuvent aider à éloigner le peuple yéménite de la dépendance à l'aide et à accroître la résilience contribueront à assurer le redressement et la stabilisation à long terme du Yémen. Cependant, l'opportunité sans précédent et l'espoir pour l'avenir apportés par la trêve risquent d'être perdus si les programmes vitaux sont réduits en raison d'un sous-financement. Il est temps d'agir. La communauté internationale doit redoubler d'efforts pour soutenir à la fois une trêve à long terme et une pleine et entière
une réponse humanitaire équitablement financée, afin de permettre aux gens de se reconstruire et de retrouver leur vie.

En mars 2022, le Coordonnateur résident et humanitaire des Nations Unies pour le Yémen, David Gressly, a appelé à une aide humanitaire soutenue pour conjurer la famine et soutenir une réponse humanitaire intégrée pour des millions de personnes ; grâce à la protection, à l'eau potable, aux soins de santé de base et à l'accès aux services essentiels. Aujourd'hui, cependant, alors que nous approchons du dernier trimestre de 2022, le plan de réponse humanitaire au Yémen n'est financé qu'à 47.2 %. Plus de la moitié de ces ressources vont à l'alimentation et à la nutrition, tandis que le financement pour répondre à d'autres besoins reste très limité, y compris les programmes qui sont essentiels pour accroître la résilience à la famine et à l'insécurité alimentaire comme les initiatives d'eau, d'assainissement et d'hygiène, les interventions de protection et les projets de moyens de subsistance. Lors de la dernière réunion des hauts fonctionnaires du Yémen (SOM) en juin 2022, les parties prenantes ont reconnu le Yémen comme une crise de protection, mais malgré cela, le financement des programmes de protection n'est que de 36.9 % (sur les 47.2 % disponibles).

Le niveau actuel de la faim au Yémen est en effet sans précédent. Malgré l'aide humanitaire en cours, 17.4 millions de Yéménites sont en situation d'insécurité alimentaire et ont besoin d'aide pour parer au risque de famine et ce nombre devrait atteindre 19 millions d'ici décembre 2022. Les taux de malnutrition chez les femmes et les enfants au Yémen restent parmi les plus élevés du pays. dans le monde, avec 1.3 million de femmes enceintes ou allaitantes et 2.2 millions d'enfants de moins de 5 ans nécessitant un traitement contre la malnutrition aiguë. Dans ce contexte fragile, les femmes et les filles sont exposées à des risques accrus de violence et d'exploitation à mesure que les familles adoptent des mécanismes d'adaptation négatifs.

Afin de faire face à cette crise, nous devons comprendre les causes profondes de l'insécurité alimentaire. Le conflit reste le principal moteur sous-jacent de la faim au Yémen. Par exemple, les restrictions liées au conflit sur l'accès aux besoins et aux services de base se retrouvent partout au Yémen. Les attaques contre les hôpitaux et les cliniques et le manque de carburant avant l'entrée en vigueur de la trêve ont affaibli le système de santé déjà fragile du Yémen. En conséquence, l'accès aux traitements vitaux, qui sont si essentiels pour lutter contre la malnutrition et soigner les enfants, a été gravement perturbé. De plus, les impacts du changement climatique et des catastrophes naturelles sont cités comme les principaux moteurs de l'insécurité alimentaire au Yémen, les conditions météorologiques extrêmes telles que les températures élevées, les sécheresses et les inondations ayant un impact sur l'économie, l'agriculture, les ménages et la santé du Yémen.

De même, on estime également que 17.8 millions de personnes n'ont pas accès à l'eau potable et à des services d'assainissement adéquats. Le réseau d'eau actuel dessert moins de 30 % de la population yéménite. L'eau insalubre, l'assainissement et l'hygiène insuffisants (WASH) sont directement liés à la dénutrition, mais les programmes WASH ne sont financés qu'à 22.5 %. Alors que des millions de Yéménites, y compris des femmes et des enfants, doivent parcourir des kilomètres pour aller chercher de l'eau potable, ils s'exposent à d'autres risques liés au conflit. Un financement accru pour WASH, la protection et une paix durable sont tous nécessaires pour mettre fin à ce déclin.

Plus de sept ans de conflit ont décimé l'économie du Yémen et laissé de nombreuses personnes dans l'incapacité de nourrir leur famille, même si la nourriture est facilement disponible. La dépréciation de la monnaie dans les zones contrôlées par l'IRG au Yémen, ainsi que les restrictions liées au conflit sur le commerce et l'investissement, la guerre en Ukraine et la perturbation de la chaîne d'approvisionnement alimentaire mondiale qui en a résulté, ont entraîné une hausse des prix des denrées alimentaires. Dans le même temps, de nombreuses personnes ont du mal à trouver des moyens de subsistance et les salaires du secteur public n'ont pas été payés régulièrement - voire pas du tout - depuis 2016. Un plus grand soutien à la création d'opportunités de subsistance est essentiel pour permettre aux Yéménites ordinaires de nourrir leur famille, maintenant et à l'avenir. le long terme.

La trêve entre les parties au Yémen tient dans l'ensemble depuis le 2 avril 2022. Ni les frappes aériennes confirmées à l'intérieur du pays n'ont eu lieu, ni les attaques transfrontalières depuis le Yémen. Cependant, bien que cela offre un répit bienvenu après plus de sept ans de conflit actif, les habitants du Yémen continuent de faire face à une situation humanitaire désastreuse et à des risques quotidiens critiques pour leur vie. Alors que les pertes civiles ont chuté de plus de 50 % au cours des trois premiers mois de la trêve, par rapport aux trois mois précédents, les pertes dues aux mines terrestres et aux UXO ont continué d'augmenter, même pendant la durée de la trêve.

Un financement accru pour soutenir une action humanitaire contre les mines à grande échelle dans l'ensemble du Yémen est nécessaire de toute urgence, non seulement pour faire face aux risques critiques immédiats, mais aussi en tant que partie intégrante de la route des Yéménites vers la stabilité. Et enfin, plus de 8.5 millions de filles et de garçons ont besoin d'une aide à l'éducation, dont 2.42 millions seraient non scolarisés dans de nombreux cas parce que les enseignants ne reçoivent pas de salaire et doivent trouver des moyens de subsistance ailleurs. L'accès limité et inégal à l'éducation est déstabilisant et entrave la consolidation de la paix et le développement. Malgré cela, les programmes d'éducation ne sont financés qu'à hauteur de 5.6 %.

La trêve devant expirer le 2 octobre, c'est maintenant un moment critique à la fois pour le peuple yéménite et pour l'avenir du pays et de la région. La communauté internationale doit faire tout ce qui est en son pouvoir pour garantir la prolongation de la trêve et, en même temps, s'engager à apporter une réponse humanitaire complète et équitablement financée, afin de permettre aux acteurs humanitaires de tirer parti des acquis de la trêve et d'assurer la pérennité redressement et stabilisation du Yémen.

La communauté internationale doit prendre des mesures immédiates pour :

  • Engager toutes les parties au conflit à soutenir et maintenir une trêve élargie et à trouver une solution politique pleinement inclusive et durable au conflit,
  • Tenir leurs engagements de financement pour assurer une réponse humanitaire complète et équitablement financée, conçue pour s'attaquer aux causes profondes des crises humanitaires au Yémen,
  • Soutenir l'engagement significatif et actif de la société civile yéménite, y compris les femmes et les jeunes, dans le cadre des discussions en cours sur la trêve et sur toutes les pistes de toute paix future

-

ACTION CONTRE LA FAIM / Action for Humanity / ADRA Yémen / CARE / Caritas Pologne / Civilians In Conflict / Danish Refugee Council / Direct-Aid / FES / FHI360 / Geneva Call / Handicap International – Humanity & Inclusion / Human Appeal / International Medical Corps / International Rescue Committee / Intersos / OXFAM / Médecins du Monde / Mercy Corps / Norwegian People's Aid / Norwegian Refugee Council / Polish Humanitarian Action / PUI / Qatar Charity / Relief International / Save the Children / Search for Common Ground / Vision Hope International / Yemen Family Association de soins / ZOA

Pour plus d'information veuillez contacter:

Anis Husain
Attaché de presse CARE
Anisa.Husain@care.org