COVID19, faim et inégalités de genre - CARE

Laissés de côté et laissés pour compte: COVID19, faim et inégalités entre les sexes

Les femmes et leurs moyens de subsistance sont les plus touchés par la pandémie. Photo: SOINS

Les femmes et leurs moyens de subsistance sont les plus touchés par la pandémie. Photo: SOINS

Comment les femmes sont touchées mais absentes de la réponse

(18 août 2020) - Une pandémie mondiale, la faim et l'inégalité entre les sexes s'intensifient et se heurtent. Si nous ne traitons pas les inégalités entre les sexes dans les systèmes alimentaires et la réponse au COVID, nous ne parviendrons pas à résoudre la pandémie de faim, a déclaré CARE aujourd'hui dans un rapport récemment publié.

Dans le rapport intitulé «Oubliés et laissés pour compte: ignorer les femmes nous empêchera de résoudre la crise de la faim», CARE a interrogé plus de 4,500 64 femmes de XNUMX pays sur la manière dont la pandémie affecte leurs moyens de subsistance et leur capacité à nourrir leurs familles. La priorité la plus immédiate était la nourriture et les revenus, et le plus grand défi est la charge croissante qui pèse sur les femmes. Voici quelques-unes des principales conclusions du rapport.

Où sont les femmes?

Les experts estiment que si les femmes avaient le même accès à l'information et aux ressources que les hommes, nous nourririons 150 millions de personnes supplémentaires chaque année. L'égalité des sexes doit être un élément clé de la solution, mais les preuves montrent qu'il y a peu d'efforts pour y parvenir.

  • 73 rapports mondiaux ont été publiés par des bailleurs de fonds et des décideurs qui proposent des solutions à la pandémie de faim.
    • 34 NE JAMAIS faire référence aux femmes
    • 0 rapports fournissent des données montrant la différence dans les expériences des femmes
    • Seuls 5 rapports proposent des actions concrètes pour résoudre les inégalités qui paralysent le système alimentaire

«Si notre réponse mondiale et locale au COVID19 perpétue le statu quo, nous finirons probablement par une pandémie de faim parmi ceux qui souffrent déjà d'insécurité alimentaire. Les femmes en font déjà l'expérience », a déclaré Tonya Rawe CARE, directrice de Global Food and Nutrition Security Advocacy. «Nous perdrons la chance de reconstruire un système alimentaire durable, inclusif et équitable. Nous perdrons notre chance d'investir dans les femmes. Nous ne pouvons pas perdre cette chance de bien faire les choses, pour aujourd'hui et pour demain. »

Les femmes et les filles sont touchées par la pandémie COVID19, notamment en ce qui concerne l'insécurité alimentaire. Les femmes assument le fardeau économique de l'achat de nourriture pour la famille, tout en effectuant plus de 75% du travail non rémunéré, comme le nettoyage et la garde des enfants.

L'insécurité alimentaire frappe déjà les femmes de manière sévère. Les femmes mangent moins et durent. CARE voit déjà cette tendance dans la pandémie COVID19. Au Bangladesh, par exemple, 33 pour cent des femmes ont réduit leur propre alimentation pour tenter de conserver leurs économies.

«Pendant une crise de santé publique, les femmes perdent leurs droits, leurs gains économiques, leur bien-être et même leur vie lorsque les décideurs politiques ne reconnaissent pas ces différences de genre, que ce soit par ignorance ou par choix.» Dit Rawe. «Lorsque les femmes ne sont pas à la table de prise de décision et que les chercheurs ne ventilent pas les informations par sexe, tout le monde y perd - les femmes et les filles surtout. C'est pourquoi nous recommandons que l'ONU nomme un groupe de défense des droits des femmes au Comité consultatif pour le Sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires en 2021. Le comité ne comprend actuellement aucune représentation de groupes de femmes. Pour résoudre cette crise de la faim qui doit changer. »

Pour plus d'informations ou des interviews:

Rachel Kent, attachée de presse principale, Rachel.Kent@care.org, 516.270.8911