Nouveau rapport de CARE: les femmes syriennes sont confrontées à des niveaux d'insécurité alimentaire inquiétants, une décennie après le début du conflit - CARE

Nouveau rapport de CARE: les femmes syriennes font face à des niveaux d'insécurité alimentaire inquiétants, une décennie après le début du conflit

Une femme tient un bâton tout en élevant des moutons.

Amman, le 24 février 2021- Dix ans après le début de la crise en Syrie, de nombreuses femmes font état de la peur de l'instabilité, de la violence récurrente et du déplacement, associée à une lutte constante pour répondre aux besoins de base de leurs familles. En 2020, les prix moyens des denrées alimentaires en Syrie ont augmenté de 236%, ce qui les rend plus de 29 fois plus élevés que la moyenne quinquennale d'avant la crise. Selon un nouveau rapport CARE intitulé, "Si nous ne travaillons pas, nous ne mangeons pas: les femmes syriennes sont confrontées à une insécurité alimentaire croissante après une décennie de conflit, " Les femmes syriennes déclarent massivement que l'insécurité alimentaire est un problème urgent et pressant pour leur ménage, de nombreuses familles ayant recours à des stratégies négatives, y compris manger moins ou des repas plus petits pour se débrouiller.

Aujourd'hui, le nombre de Syriens en situation d'insécurité alimentaire a presque doublé, passant de 6.3 millions en 2015 à 12.4 millions aujourd'hui. Les prix alimentaires en Syrie sont les plus élevés enregistrés depuis que le PAM a commencé à suivre en 2013. Avant le conflit, le prix national moyen sur cinq ans (2006-2010) du panier alimentaire de référence du PAM était de 3,700 7 SYP (près de 111,676 USD); Le panier alimentaire d'aujourd'hui est trente fois plus élevé et coûte 210 80 SYP (plus de XNUMX USD). Une grande partie des infrastructures essentielles de la Syrie - telles que les écoles, les logements, les systèmes d'approvisionnement en eau et les établissements de santé - n'a pas encore été restaurée et plus de XNUMX% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté.

"Alors que nous arrivons au tragique dixième anniversaire du conflit, les femmes syriennes sont confrontées à leurs plus grands défis pour assurer la nourriture de leurs familles. Au lieu d'être sur la voie de la reprise, l'effondrement de l'économie syrienne et la flambée des prix des denrées alimentaires ont obligé les femmes à vendre leurs biens et à réduire les repas pour que leurs familles survivent. À ce moment crucial, ils doivent avoir la priorité avec une aide alimentaire d'urgence pour les protéger; ils ont également besoin de moyens pour gagner leur vie pour mener une vie digne et indépendante», Déclare Nirvana Shawky, directrice régionale de CARE au Moyen-Orient et en Afrique du Nord.

Hana, une femme déplacée de 24 ans à Idlib, déclare: «Mes enfants grandissent assez bien mais mon petit garçon souffre de malnutrition. Une des organisations est venue au camp et l'a mesuré et ils m'ont dit qu'il souffrait de malnutrition et avait un retard de développement. Ils lui ont prescrit du lait et des vitamines, mais je n'ai pas l'argent pour les acheter. »

Les femmes syriennes assument de plus en plus le rôle de seul soutien de famille, supportant pleinement le fardeau de subvenir aux besoins de leurs familles avec des moyens d'existence limités. Environ 22% des ménages syriens sont désormais dirigés par des femmes; contre seulement 4% avant le conflit. Les femmes déclarent qu'elles sont poussées dans le rôle de «prestataire» d'une manière que la plupart n'avaient jamais expérimentée auparavant, en raison du manque d'opportunités d'emploi pour les hommes; décès, perte ou incapacité d'un homme chef de famille; augmentation du coût de la vie; et les bas salaires. En plus de subvenir aux besoins de leur ménage, la plupart des femmes déclarent également assumer des responsabilités de soins aux enfants, aux parents, aux conjoints handicapés ou à d'autres membres de la famille.

Muna, une femme chef de famille d'Al-Hassakeh âgée de 44 ans, déclare: «Je prends soin de ma mère malade et âgée, en plus de ma responsabilité d'élever des moutons et de m'occuper d'eux, car ils sont ma source de subsistance, je fais les travaux ménagers, sécurise la nourriture et la prépare. L'une de mes craintes quotidiennes est l'incapacité de fournir du pain, du diesel, des denrées alimentaires et, surtout, des médicaments, en raison du manque d'argent parfois. »

Dix ans après le début de cette crise, les femmes syriennes continuent de faire preuve d'une force et d'une résilience extraordinaires. Bien que le rôle de soutien de famille soit nouveau et inattendu pour beaucoup, les femmes se sont rapidement adaptées, ont confiance en leur capacité à diriger et à subvenir aux besoins de leur famille, et ont hâte de le faire. Ce dont ils ont besoin maintenant, c'est d'un soutien et de ressources pour réduire leur dépendance à l'aide et accéder à des moyens de subsistance pour subvenir à leurs besoins et à ceux de leur famille. S'ils en ont la possibilité, ils continueront de surmonter les énormes défis que représente la vie dans et autour du conflit en cours en Syrie.

Pour plus d'information:
Rachel Kent
Attaché de presse principal de CARE
Rachel.kent@care.org