Elle nous l'a encore dit - CARE

Elle nous l'a encore dit

Les impacts de la COVID-19 dans le monde sont pires qu'ils ne l'étaient en septembre 2020. Loin d'un retour à la « normale », les femmes et les filles disent que leur situation continue de s'aggraver. Fati Musa au Nigéria déclare : « Les femmes ont beaucoup souffert pendant la pandémie, et nous ne nous remettons pas encore de cette épreuve. 55 % des femmes ont signalé des lacunes dans leurs moyens de subsistance en 2020. Ce nombre est maintenant de 71 %. Pour l'insécurité alimentaire, le chiffre est passé de 41 % à 66 %. 63 % des femmes disent que leur plus grand besoin est un soutien en santé mentale. Les femmes ont relevé le défi. "Nous sommes des femmes leaders dans l'urgence... nous avons la capacité de dire : j'ai une voix et un vote, je ne vais pas stagner..." (Colombie). Au Niger, les femmes disent : « Maintenant, nous les femmes, nous n'avons pas peur de nous défendre quand une décision ne nous convient pas. La lutte constante fait des ravages. Les femmes sont presque deux fois plus susceptibles de signaler des problèmes de santé mentale qu'elles ne l'étaient en 2020. Comme le décrit une femme en Irak : « Si une opportunité se présentait, l'homme serait le favori. . . Cela a affecté psychologiquement de nombreuses femmes... » Ce rapport représente les voix de plus de 22,000 23 personnes dans 2020 pays depuis septembre XNUMX.

Télécharger (anglais) Télécharger (anglais)

Rapports connexes

Localisation dans la pratique : Réalités des droits des femmes et des organisations dirigées par des femmes en Pologne

Depuis que les femmes et les filles ukrainiennes ont commencé à franchir la frontière polonaise en février, la société civile polonaise et les organisations de femmes ont été mises à l'épreuve comme jamais auparavant. La demande et le besoin de leurs services ont monté en flèche alors que des millions de femmes et de filles ukrainiennes cherchent refuge et services de soutien en Pologne. CARE s'est entretenu avec des représentants de 11 organisations de défense des droits des femmes et d'organisations dirigées par des femmes en Pologne. Ils nous ont dit ce dont leurs organisations avaient besoin, ce qui les préoccupait et quelles étaient leurs recommandations pour l'avenir de la réponse. En savoir plus

En savoir plus

Épargne et solidarité en temps de crise : les VSLA de CARE dans les projets pilotes d'urgence

À l'échelle mondiale, on estime que 1.1 milliard de femmes, soit près d'une sur trois, sont exclues du système financier formel. Cela est particulièrement vrai dans les crises humanitaires. Le modèle de l'association villageoise d'épargne et de crédit (VSLA), qui met l'accent sur la mise en place de services financiers informels à faible coût et auto-administrés - avec la possibilité de se connecter à des institutions financières formelles le cas échéant - a le potentiel d'aider à combler cette lacune et de jeter les bases d'une future reprise économique. Depuis 2019, CARE travaille à travers notre approche VSLA en situations d'urgence (VSLAiE) pour accroître l'apprentissage sectoriel sur la façon de mettre en œuvre avec succès les VSLA dans certains des contextes les plus difficiles touchés par la crise. En savoir plus

En savoir plus

Analyse rapide de genre de l'Ukraine 4 mai 2022

La vie des habitants de toute l'Ukraine a été profondément affectée par la crise humanitaire provoquée par l'invasion du 24 février 2022. Au 29 avril, 5.5 millions de réfugiés ont déjà fui l'Ukraine et le nombre de personnes déplacées à l'intérieur du pays a atteint 7.7 millions. En savoir plus

En savoir plus