Ukraine : Alors que le conflit s'éternise, les besoins des réfugiés s'aggravent - CARE

Alors que le conflit s'éternise, les besoins des réfugiés s'aggravent

Image de réfugiés ukrainiens à la frontière polonaise

Photo par Adrienne Surprenant/MYOP

Photo par Adrienne Surprenant/MYOP

Les médias manquent peut-être maintenant d'images de réfugiés ukrainiens fuyant à la frontière polonaise, mais cela ne signifie pas que la situation des réfugiés est devenue moins désastreuse. Au contraire, certains signes indiquent que la situation des réfugiés est encore plus fragile et mérite la plus grande attention des humanitaires.

Le personnel de CARE Pologne rencontre davantage de réfugiés de villes comme Mariupol et Kherson ainsi que des régions de Donetsk et Luhantsk. Beaucoup ont des difficultés financières ou autres qui les ont empêchés de faire le voyage plus tôt. Rester derrière, cependant, n'a fait qu'aggraver leurs problèmes.

Image d'un homme déchargeant une boîte d'un camion
Photo de Tvoya Opara/CARE

Le traumatisme et ses suites

Beaucoup ont été bombardés et ont été témoins d'atrocités, évitant souvent eux-mêmes la catastrophe. Diana de Mariupol parle de vivre avec un pain de base composé de farine et d'eau et de boire de l'eau de rivière bouillie pour survivre. Des rapports font surface selon lesquels de nombreux Ukrainiens déplacés à l'intérieur du pays sont confrontés à une faim aiguë et ont été contraints de boire à partir de sources d'eau contaminées.

De plus, les voyages des réfugiés sont devenus beaucoup plus difficiles car ils croisent des forces hostiles et franchissent de nombreux points de contrôle. Une conductrice de bus au poste-frontière de Hrebenne, qui transporte constamment des réfugiés de Lviv à Varsovie, a déclaré qu'un groupe avait observé des meurtres depuis les fenêtres du bus et était gravement traumatisé.

Sur les plus de quatre millions d'Ukrainiens qui ont traversé la frontière polonaise, 1.1 million y sont restés. Environ 90 % d'entre eux sont des femmes et des enfants. CARE a vu des preuves qu'il y a de la fatigue à la fois au sein du gouvernement polonais et de la population en général pour maintenir leur soutien aux réfugiés, ce qui n'est pas inattendu. Cependant, les volontaires polonais et les ONG travaillent toujours dur, et nous sommes fiers de continuer à les soutenir.