CARE sur le rapport du GIEC : « Chaque fraction d'un diplôme compte pour ceux qui sont déjà en première ligne » - CARE

CARE sur le rapport du GIEC : « Chaque fraction d'un diplôme compte pour ceux qui sont déjà en première ligne »

Marja Koole/CARE

Marja Koole/CARE

9 août 2021 — Le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) a publié son dernier rapport, GT1, dans le cadre du sixième cycle d'évaluation (AR6).

Ce rapport couvre les dernières sciences physiques évaluées par des pairs sur l'état changeant du système climatique, l'influence humaine sur le système climatique et le futur climat mondial. Il s'agit du seul rapport du GIEC à être publié avant la COP26 à Glasgow.

En réponse au rapport, Chikondi Chabvuta, responsable du plaidoyer en Afrique australe, CARE Malawi a déclaré :

« Ce rapport du GIEC ne concerne pas seulement les catastrophes climatiques, il traite aussi de la souffrance humaine. Chaque fraction de degré compte pour les personnes déjà en première ligne de l'urgence climatique. Avec chaque fraction de degré, il devient plus difficile pour les communautés vulnérables d'échapper au cycle de pauvreté et d'inégalité créé par le changement climatique. À chaque inondation ou sécheresse supplémentaire, il devient plus difficile pour les femmes et les jeunes en particulier de se relever.

Nous avons déjà vu plus de chaleur et de précipitations extrêmes, plus de sécheresse et des ouragans plus puissants, et le GIEC nous dit que ces conditions deviendront de plus en plus sévères. Cela signifie plus de pertes de vie et de difficultés pour les pauvres qui ont peu de ressources pour faire face aux changements. Le réchauffement climatique n'est pas causé par les pauvres. Il est temps que les nations riches assument leur responsabilité face à l'état critique de la planète, et elles peuvent commencer par respecter leurs engagements d'aide au financement de l'adaptation dans les pays pauvres. À l'heure actuelle, ils ne dépensent qu'environ 20 milliards de dollars par an sur les 50 milliards promis. C'est une honte et devrait être traité en priorité avant la COP26. »

John Nordbo, conseiller principal en climat, CARE Danemark, a déclaré :

« Ce rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat est une lecture difficile. Cependant, il y a une bonne nouvelle ; il n'est pas devenu plus difficile de maintenir le réchauffement climatique en dessous de 1.5 degré. Nous avons encore le temps d'atténuer les pires impacts, mais les gouvernements doivent agir immédiatement, collectivement et ils doivent agir de manière décisive. Nous devons voir les promesses de financement tenues, la confiance rétablie et les émissions réduites.

La COP26 est une réunion cruciale, et tous les pays doivent adhérer à l'objectif de 1.5 degré. C'est sans équivoque : il n'y a pas de place pour de nouveaux investissements dans le charbon, le pétrole et le gaz, et les émissions doivent être taxées et réduites de moitié au cours de la prochaine décennie.

Contact : Juliet Perry, responsable des communications mondiales sur le changement climatique, CARE International, perry@carenederland.org, +31615574513