Au Yémen, une fille rêve d'école - CARE

Au Yémen, une fille rêve d'école

Photo: Holly Frew / CARE

Photo: Holly Frew / CARE

Photo: Holly Frew / CARE

A 7 heures du matin, la cloche sonne à l'école à côté de la maison de Maryam. Maryam, 16 ans, et ses sœurs se réveillent, mettent rapidement des vêtements et se précipitent vers la porte. Dehors, des filles avec des livres à la main se précipitent vers l'école. Maryam et ses sœurs saluent leurs amis puis marchent dans la direction opposée. Au lieu de l'école, chaque jour, les sœurs marchent une heure dans chaque sens vers un point d'eau local pour aller chercher de l'eau pour leur famille.

«Je vois les élèves aller à l'école tous les matins, mais je ne peux pas y aller», dit Maryam. «Je voulais passer le plus de temps possible à l'école.»

Lors de ses promenades, elle rêve de devenir un jour enseignante. Mais au Yémen, où vivent Maryam et sa famille et où 8 millions de personnes sont au bord de la famine, les filles abandonnent l'école pour subvenir aux besoins de leur famille.

«Je porte l'un des jerricans sur ma tête et l'autre que je tiens avec mes mains», dit-elle. Une fois à la maison, elle aide sa mère dans la cuisine, à cuisiner et à préparer la pâte pour que sa mère fasse du pain.

«J'adorerais voir mes enfants aller à l'école mais je suis à peine capable de leur trouver de quoi manger», dit Saadah, la mère de Maryam. La femme de 40 ans est mère de deux garçons et de cinq filles. «Les écoles ont besoin de livres, d'articles de papeterie, de vêtements. Comment puis-je me permettre cela? »

Le mari de Saadah est décédé il y a 10 ans dans un accident de voiture avec son frère.

«Il m'a dit qu'il reviendrait. Il l'a fait, mais dans un cercueil blanc », dit-elle. "C'est mon destin. Il est parti et a mis un lourd fardeau sur mes épaules. J'aimerais que mes enfants aillent à l'école et leur donnent de meilleures chances dans la vie. Mais les difficultés de la vie après la mort de mon mari et les défis liés au conflit me rendent encore plus difficile d'y penser. "

Il m'a dit qu'il reviendrait. Il l'a fait, mais dans un cercueil blanc.

Maryam fait partie des millions d'enfants yéménites non scolarisés en raison de la violence et des conditions de vie difficiles. Le Yémen est confronté à la pire crise humanitaire au monde avec 22 millions de personnes ayant besoin d'assistance. Dans les régions entravées par la guerre et les conflits, les filles sont vulnérables au mariage forcé, car leurs familles cherchent à les sauver en les mariant tôt à un mari qui, selon elles, peut mieux les protéger. La plupart des filles qui se marient tôt manquent invariablement l'école, la formation professionnelle et, par conséquent, la possibilité de vivre tout ce qu'elles peuvent être. Plus des deux tiers des filles yéménites sont mariées avant d'avoir 18 ans, contre 50% avant la guerre, selon l'UNICEF.

En ce moment, Maryam garde son regard tourné vers l'école. «Je souhaite qu'un jour je rejoigne mes amis et que je puisse écrire mon nom. Ecrire mon nom est le plus grand rêve que j'ai. »